Acanthurus chirurgus

Famille : Acanthuridae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

Le Chirurgien docteur ( Acanthurus chirurgus - Bloch, 1787 ), appartient à la classe Actinopterygii, les poissons aux nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Acanthuridae qui compte actuellement (2016) 6 genres et 82 espèces.

Le nom de genre Acanthurus vient du grec “akantha“, épine, et “ura” = queue, en raison de l’épine tranchante comme un rasoir que ces animaux portent de chaque côté du pédoncule caudal.

Le nom d’espèce chirurgus, veut simplement dire chirurgien en latin. Il est vrai que l’épine tranchante est particulièrement dangereuse, y compris pour l’homme, mais on peut se demander pourquoi, avec 82 espèces de poissons chirurgiens existantes, c’est précisément celui-ci qui mérite le nom scientifique de chirurgien. La réponse est simple. Lorsque, en 1787, Bloch reçut ce poisson de la Martinique, où ils sont appelé en français "chirurgien", en raison des blessures causées aux pêcheurs, seuls 6 Acanthurus ( Acanthurus gahhm - Forsskål, 1775 ; Acanthurus lineatus - Linnaeus, 1758 ; Acanthurus nigricans - Linnaeus, 1758 ; Acanthurus nigrofuscus - Forsskål, 1775 ; Acanthurus sohal - Forsskål, 1775 ; Acanthurus triostegus - Linnaeus, 1758 ) avaient été décrits et compte tenu du nom local et de l’étymologie donnée par Linné au genre il trouva plus que naturel de répéter le concept chez l’espèce.

JPEG - 147.8 ko
Acanthurus chirurgus est présent dans les eaux tropicales de l’Atlantique, surtout américaines © Giuseppe Mazza

Zoogéographie

Il vit pratiquement exclusivement dans les eaux tropicales de l’océan Atlantique. La plus grande concentration est en Amérique, du Massachusetts et des Bermudes à Rio de Janeiro, mais vers l’est, on le trouve dans les eaux du Sénégal et de l’île de l’Ascension.

Ecologie-Habitat

l nage parmi les récifs et les formations madréporiques entre 2 et 15 m de profondeur, descendant occasionnellement jusqu’à 25 m le long de la falaise du récif.

Morfofisiologia

Acanthurus chirurgus atteint généralement les 35 cm de longueur avec un record à 39 cm et un poids de 5 kg.

JPEG - 118.4 ko
Il peut atteindre les 5 kg et 39 cm de long et la lame tranchante voyante du pédoncule caudal, lui ayant valu le nom de chirurgien, est dangereuse aussi pour l’homme © Giuseppe Mazza

Corps plat, ovale à la denture faite pour sectionner les plantes, avec un maximum, chez les adultes, de 18 petites dents maxillaires s’encastrant en guise de ciseaux sur les 20 de la mandibule. Une unique grande nageoire dorsale avec 9 rayons épineux et 24 ou 25 rayons mous. L’anale est symétrique mais plus courte, avec 3 rayons épineux et 22 ou 23 rayons inermes. Les nageoires pectorales, sombres, comportent 16 ou 17 rayons, les ventrales 1 épine et 5 rayons mous. La nageoire caudale presque tronquée chez les jeunes, est émarginée chez les adultes, pour une nage lente avec des détentes rapides en cas de besoin. La livrée, brun grisâtre dans l’ensemble, avec d’élégantes nageoires bleues, présente une dizaine de bandes verticales sombres. L’œil est maquillé de traits jaune orangé entre les narines et l’opercule et la lame tranchante du pédoncule caudal est particulièrement voyante, soulignée par un étui de repli charnu bleu vif. Rappel sans équivoque pour les prédateurs qui cherchent des ennuis.

Éthologie-Biologie reproductive

Acanthurus chirurgus se nourrit principalement d’algues plus ou moins filamenteuses des genres Chaetomorpha, Cladophora, Dictyota et Wurdemannia, mais également d’algues plus consistantes et de plantes aquatiques appartenant au genre Thalassia, qui forment les prairies submersibles des tropiques. Pour mieux les broyer dans son estomac, il avale souvent, comme le font les oiseaux, un peu de sable, et complète souvent, comme d’autres Acanthurus, ce régime végétarien par des débris organiques ; à tel point qu’à l’aquarium de New York un spécimen a vécu pendant cinq ans se contentant, en plus d’algues occasionnelles, de petits morceaux de poissons et de mollusques bivalves.

JPEG - 150.6 ko
Facilement reconnaissable, par à sa nageoire bleue et la dizaine de bandes verticales sombres, l’espèce à l’indice de vulnérabilité très bas est végétarienne et détritivore © Giuseppe Mazza

Le chirurgien docteur paît, en particulier dans la journée, en rassemblements libres. Les œufs fécondés sont abandonnés aux courants et les larves planctoniques se développent en pleine mer. Quand ils atteignent une certaine taille, les jeunes retournent en bancs vers le récif, se comportant souvent comme nettoyeurs de poissons, comme les jeunes d’ Acanthurus coeruleus. Ils grandissent en débarrassant des parasites des animaux de grande taille, tortues vertes ( Chelonia mydas ) incluses.

Bien que pêché localement à des fins alimentaires, le chirurgien docteur n’est pas une espèce menacée. Il a une bonne résilience, avec une population qui peut doubler en 1,4 à 4,4 années, et un indice de vulnérabilité très bas de 23 sur une échelle de 100.

Synonymes

Chaetodon chirurgus - Bloch, 1787 ; Acanthurus chirurgicus - Bloch, 1787 ; Acanthurus phlebotomus - Valenciennes, 1835.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-299-2_acanthurus_chirurgus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants