Acanthurus fowleri

Famille : Acanthuridae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 217.7 ko
Acanthurus fowleri se reconnaît tout de suite, lorsque les nageoires pectorales sont ouvertes, au dessin en fer à cheval proche de l’opercule © Giuseppe Mazza

Le Poisson chirurgien de Folwer, ( Acanthurus fowleri - de Beaufort, 1951 ), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Acanthuridae.

JPEG - 117 ko
Il vit dans les eaux tropicales de l’océan Indien oriental et du Pacifique occidental © Giuseppe Mazza

Le nom de genre Acanthurus vient du grec “akantha“, épine, et “ura” = queue, pour l’épine effilée comme un rasoir, mise en évidence par le contour noir, que ces animaux portent des deux côtés du pédoncule caudal.

Le nom de l’espèce fowleri , en latin de Fowler, honore la mémoire de Henry Weed Fowler (1878-1965) conservateur des poissons à l’Académie des Sciences Naturelles de Philadelphie, et co-fondateur de la Société Américaine d’Ichtyologie et d’Herpétologie.

Zoogéographie

Il est présent dans les eaux tropicales de l’océan Indien oriental et du Pacifique occidental. On le trouve, à titre indicatif, en progressant vers l’est, le long des côtes de Thaïlande, d’Indonésie, d’Australie, des Philippines, de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Îles Salomon.

Écologie-Habitat

Les adultes nagent solitaires ou en couples sur le côté extérieur du récif jusqu’à environ 50 m de profondeur, libérant les coraux et les éponges des algues envahissantes, mais également dans le pâturage des prairies submergées et sur les fonds sableux où prospère le périphyton, pellicule d’algues microscopiques, de champignons et de débris dont, entre autres, ils se nourrissent.

Morphophysiologie

Il peut atteindre les 45 cm de longueur. Le corps est plat, plus ou moins ovale conformément au schéma des poissons chirurgiens, mais avec un profil de tête convexe avec une face tendant à la verticale chez les spécimens de grande taille.

Une seule grande nageoire dorsale avec 9 rayons épineux et de 26 à 28 rayons mous. L’anale est symétrique mais plus courte, avec 3 rayons épineux et de 25 à 26 rayons inermes. La nageoire caudale en forme de croissant, est particulièrement longue sur les côtés.

JPEG - 203.9 ko
Plutôt rare, il nage solitaire ou en couple, en général entre 10-50 m de profondeur et peut atteindre 45 cm de long © Giuseppe Mazza

La mâchoire compte 18 dents, la mandibule 20. Elles sont plates, au dessin ondulé, à emboitement pour couper les algues.

La couleur de fond est orangé-marron et est traversée de fines lignes bleu-foncé longitudinales ondulantes et irrégulières.

JPEG - 119.4 ko
Comme le montrent les dents plates au dessin ondulé emboîtées il se nourrit des algues qui étouffent les coraux et de détritus et c’est donc un éboueur utile du récif © G. Mazza

A côté de l’opercule on remarque un dessin spectaculaire en forme de fer à cheval, caractéristique de l’espèce. Il est violet ourlé de bleu, ouvert vers l’avant. La zone de la tête sous les yeux présente un quadrillage bleu qui se fond en une tache lumineuse dans le menton.

Les lèvres et la nageoire dorsale, ourlées de bleu comme l’anale, sont jaunes comme les traits autour de l’œil et la partie haute des nageoires pectorales.

Le pédoncule caudal présente de chaque côté un trait horizontal foncé d’où émerge, en cas de besoin, la lame caractéristique et effilée de chirurgien des Acanthurus.

Pour souligner la chose aux prédateurs dans cette partie du corps la couleur orange du fond est beaucoup plus intense, avec une coupure nette blanche perpendiculaire à la lame suivie d’une zone foncée et d’un bleu puis brillant. C’est le logo de l’arme, un avertissement à agiter, avec les longs rayons caudaux, devant le nez des agresseurs.

Stratégie également utilisée par Acanthurus bariene, espèce assez similaire, mais à la distribution beaucoup plus large, et un petit dessin semblable à un fer à cheval noir est également présent chez les sous-adultes de Acanthurus tennentii.

Éthologie-Biologie reproductive

Le poisson chirurgien de Fowler se nourrit d’algues et de détritus, comme cela arrive souvent avec les Acanthurus, et c’est donc un éboueur utile du récif.

On sait peu de chose sur la reproduction de cette espèce relativement rare et vraiment pas surveillée.

Compte tenu de leur taille, les poissons adultes qui sont pris dans les filets sont consommés localement, et certains jeunes malchanceux sont victimes, en raison de leur beauté, du marché aquariologique. Étant données les dimensions c’est en fait une espèce appropriée seulement pour les grands bassins des aquariums publics, sans parler de son agressivité envers les autres hôtes et des difficultés connues d’alimentation.

JPEG - 141.2 ko
Compte tenu de l’alimentation et de la taille, il ne convient pas pour les aquariums domestiques et a déjà malheureusement un niveau relativement élevé de vulnérabilité © Giuseppe Mazza

La résilience de l’espèce est bonne, avec des populations pouvant doubler en 1,4 à 4,4 années, mais l’indice de vulnérabilité est modérément élevé, atteignant désormais 45 sur une échelle de 100.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-297-3_acanthurus_fowleri
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants