Acanthurus japonicus

Famille : Acanthuridae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 55.4 ko
Acanthurus japonicus ne vit pas seulement au Japon, mais bien au-delà de l’Indonésie © Giuseppe Mazza

Peu présent dans les aquariums, le Pois- son chirurgien japonais ( Acanthurus japonicus - Schmidt, 1931 ), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Acanthuridae.

Le nom de genre Acanthurus vient du grec "akantha", épine, et "ura" = queue, en raison de l’épine tranchante comme une lame de rasoir que ces poissons portent de chaque côté de la queue.

Le nom de l’espèce japonicus = du Japon en latin, indique le plus connu de ses pays d’origine.

Zoogéographie

En plus du Japon Acanthurus japonicus est chez lui à Taiwan, aux Philippines, en Indonésie, aux Palaos et aux îles Andaman, Ogasawara et Ryukyu.

Écologie-Habitat

Il vit dans les formations coralliennes, généralement sur les plates-formes et sur les pentes des récifs, entre 5 et 15 m de profondeur. On le trouve rarement en dessous de 20 m.

Morphophysiologie

Sa taille peut atteindre 21 cm, mais sa longueur moyenne est d’environ 14 cm.

Le corps est plat, presque ovale, avec une unique grande nageoire dorsale munie de 9 épines et de 28 à 31 rayons mous. L’anale est symétrique et plus courte ; les nageoires ventrales et pectorales sont de taille modeste ; la caudale est tronquée.

La couleur est très variable selon l’humeur du poisson, mais avec quelques points clés : il y a toujours une large bande blanche allant de l’œil à la lèvre supérieure ; les rayons mous de la nageoire dorsale ont une bande orange voyante ; le pédoncule caudal, avec sa lame tranchante, est jaune.

JPEG - 67.7 ko
La coloration est très variable mais avec quelques points clés. Il n’est pas en danger © Giuseppe Mazza

Le corps peut être très sombre, avec des nuances de brun et de bleu, ou très clair, presque jaune.

La bouche est proéminente, avec deux lèvres charnues et des dents minuscules.

Éthologie-Biologie reproductive

L’ Acanthurus japonicus ne s’arrête jamais. Il nage toute la journée, en groupes plus ou moins nombreux, dans les parties les plus ensoleillées du récif, là où croissent les algues. Bien que principalement végétarien, il enrichit souvent son régime alimentaire avec de petits crustacés et autres animaux qu’il trouve entre les algues et les coraux.

Après la fécondation, les œufs se dispersent et les larves traversent différents stades. Les jeunes peuvent être confondus avec ceux d’ Acanthurus nigricans et ils ressemblent également à ceux d’ Acanthurus leucoster- non.

Compte tenu de sa taille modeste et de sa tendance omnivore, il s’agit d’un poisson qui pourrait, théoriquement, être hébergé en aquarium, mais il n’en est pas ainsi. Comme beaucoup d’ Acanthurus c’est, en fait, un véritable despote et il ne tolère pas la présence de congénères. Et, comme si cela ne suffisait pas, il est très sensible à un protozoaire cilié, Cryptocaryon irritans, qui provoque la maladie des points blancs.

Compte tenu de sa taille il n’est même pas pêché à des fins alimentaires. Les populations peuvent doubler en seulement 15 mois et le taux de vulnérabilité, 22 pour 100, est, évidemment, faible.

Synonymes

Hepatus aliala japonicus - Schmidt, 1931.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-29-2_Acanthurus_japonicus
_A-29-6_Acanthurus_japonicus
_A-29-7_Acanthurus_japonicus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants