Acoelorrhaphe wrightii

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

Traduction en français de Henri Paulin De Feutcha

 

 

JPEG - 186.5 ko
Jusqu’à 8 m de haut. Cespiteuse. Tronc mince. Peu cultivée © Giuseppe Mazza

La Acoelorrhaphe wrightii (Griseb. & H.Wendl.) H.Wendl. ex Becc. (1907) est originaire de la Floride méridionale (Etats-Unis), du Cuba, du Bahamas et de la côte atlantique de l’Amérique Centrale, du Mexique méridional à la Colombie, où elle se développe principalement dans les marécages à proximité de la mer.

Le nom du genre vient du Grec « a » = (sans), de « coelos » = cavité et du « raphé » = raphé, se référant à l’absence de dépression sur ces graines à différence de celles des genres proches. Le nom de l’espèce est dédié au botaniste américain Charles Wright.

On la connaît sous les noms communs de « guano preto » (Cuba), « tasiste » (Mexique), « tique » (Honduras), « palma de pan- tano » (Venezuela), « paurotis palm », « Everglades palm », et « saw cabbage palm » (USA).

Palmier cespiteux avec des troncs minces, rougeâtres, de 5-15 cm de diamètre et jusqu’à 7-8 m de hauteur, entourés par des feuilles basales persistantes.

Les feuilles sont palmées, 50-90 cm de diamètre, avec un limbe foliaire vert clair au dessus, légèrement argentées en dessous et des segments bifides à l’extrémité ; le pétiole, d’une longueur pouvant aller jusqu’à 90 cm, avec des épines triangulaires le long des bords.

Palmier monoïque, avec l’inflorescence interfoliaire plus longue que les feuilles. Les fleurs bisexuées, couleur crème, sont de petite taille et disposées par groupes de 2 ou 3. Les fruits sont petits, globuleux, d’environ 12 mm de diamètre, de couleur orange, tournant au noir à maturité. Elle se propage par graine, prenant environ trois mois pour germer, et avec une certaine difficulté par division des pieds.

En dépit de sa grande valeur ornementale, cette plante n’est pas beaucoup utilisée hors de ses régions d’origine ; elle peut être cultivée dans les zones tropicales, subtropicales et tempérées (où elle résiste aux basses températures allant jusqu’à environ -6 °C), en plein soleil et dans des sols sableux constamment humides ; elle s’adapte aussi aux sols normaux bien irrigués, mais avec une croissance généralement plus lente.

Synonymes : Copernicia wrightii Griseb. & H.Wendl. (1866) ; Paurotis wrightii (Griseb. & H.Wendl.) Britton (1908) ; Serenoa arborescens Sarg.(1899) ; Paurotis androsana O.F.Cook, (1902) ; Paurotis arborescens (Sarg.) O.F.Cook (1902) ; Acoelorrhaphe wrightii var. novogeronensis Becc. (1907) ; Acoelorrhaphe arborescens (Sarg.) Becc.(1908) ; Acanthosabal caespitosa Prosch. (1925) ; Brahea psilocalyx Burret (1934) ; Acoelorrhaphe pinetorum Bartlett (1935) ; Paurotis schippii Burret (1935) ; Paurotis psilocalyx (Burret) Lundell (1961) ; Acoelorrhaphe wrightii f. inermis Hadac (1970).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-353-1_Acoelorraphe_wrightii
_A-353-2_Acoelorraphe_wrightii
_A-353-3_Acoelorraphe_wrightii
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants