Aechmea caudata

Famille : Bromeliaceae

Texte © Pietro Puccio

GIF - 5.1 ko

 

Traduction en français de Jacqueline Léopold

 

 

JPEG - 66.8 ko
L’éclatante inflorescence peut atteindre les 80 cm © G. Mazza

L’ Aechmea caudata Lindm. (1891) est originaire des forêts et des régions côtières sablonneuses du Brésil méridional.

Le nom de l’espèce provient du grec « aichme » = pointe de lance en référence aux pointes épineuses des sépales et des bractées florales, le nom de l’espèce est le mot latin « caudata » = pourvue de queue, en référence à l’aspect des bractées inférieures de l’inflorescence.

Noms communs : « tail bromeliad » (anglais).

Espèce herbacée à feuilles persistantes, monocarpique (fleurit une seule fois et meurt ensuite), acaule, épiphyte ou saxicole, haute de près de 1 m (à la floraison) présente une rosette imbutiforme de feuilles lancéolées rigides, arquées, de couleur vert clair, longues de presque 70 cm et larges de 6-8 cm, avec des bords munis d’épines longues de 1 mm et une extrémité arrondie épineuse, les feuilles forment dans le centre une cavité normalement pleine d’eau.

L’inflorescence, longue de presque 80 cm, est constituée par le pédoncule floral couvert d’un duvet blanc qui se termine par un épi, composé en la moitié inférieure, simple dans la moitié supérieure, long de 20-25 cm, les bractées inférieures à l’épi sont lancéolées-linéaires, longues de 5-8 cm, de couleur rose lilas avec de petites écailles grisâtres, les bractées florales supérieures sont longues de près de 15 mm, triangulaires, rose lilas avec de petites écailles grisâtres et une extrémité épineuse. Les fleurs individuelles ont des sépales longs de 5 mm avec une extrémité pointue et des pétales de couleur jaune, longues de 15 mm, et un ovaire laineux de couleur blanche qui vire sur le jaune à la maturité, les fleurs s’ouvrent successivement pendant une durée de près de 40 à 45 jours.

L’espèce est auto incompatible, par conséquent elle a besoin de la pollinisation croisée pour fructifier, le fruit est une baie de couleur orange.

Elle se reproduit facilement par voie végétative à travers de nouvelles plantes qui naissent de bourgeons axillaires entre les feuilles, qui peuvent être retirées quand elles ont atteint une dimension d’au moins d’un tiers de la plante mère.

Espèce cultivable soit comme épiphytie soit comme terrestre dans les climats tropicaux et subtropicaux en plein soleil ou de préférence sous une légère ombre, comme bordure ou couvre-sol, en particulier dans sa variété la plus cultivée, l ’Aechmea caudata ‘Variegata’ (voir photo), qui présente des feuilles de couleur vert brillant bordées et parcourues par des stries longitudinales blanc crème.

L’espèce autant que la variété sont des plantes robustes, résistantes au vent et aux intempéries marines et provenant de climats humides, elles peuvent résister aussi à des périodes de sécheresse. Elle peut être cultivée en plein air aussi sous des climats tempérés-chauds, supportant, durant de brèves périodes, des températures jusqu’à -3/-4°C, bien qu’avec des dégâts sur le feuillage, dans ces circonstances elle résiste mieux protégée des pluies hivernales étant donné que l’humidité et les basses températures la rendent plus sensible à la pourriture.

Cultivée en pot, elle est utilisée pour la décoration d’intérieurs, de galeries lumineuses et de jardins d’hiver, dans un endroit très lumineux et sur un substrat drainant, très poreux et aéré qui peut être constitué de tourbe et de sable ou de d’autres matières inertes (perlette, vermiculite, etc.) à des températures qui se maintiennent au dessus des 14°C, idéales à 18-22°C.

Le substrat en été se maintient légèrement humide, et on doit laisser un peu d’eau dans le centre de la rosette si les températures sont supérieures à 18°C, à des températures inférieures on court le risque de début de pourriture, en présence d’eau très calcaire, pour éviter des dépôts inesthétiques dans le centre de la rosette, utiliser de l’eau déminéralisée, en la renouvelant fréquemment en été et sous les climats chauds pour éviter qu’elle ne se transforme en un foyer de larves à moustiques.

Synonymes : Hoplophytum platzmannii E.Morren (1875) ; Hoplophytum luteum E.Morren ex Baker (1889) ; Aechmea henningsiana Wittm. (1891) ; Aechmea platzmannii Wittm. (1891) ; Aechmea caudata var. variegata M.B.Foster (1953) ; Aechmea caudata f. albiflora W.Weber & Roeth (1982) ; Ortgiesia caudata (Lindm.) L.B.Sm. & W.J.Kress (1989) ; Ortgiesia caudata f. albiflora (W.Weber & Roeth) L.B.Sm. & W.J.Kress (1989).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des BROMELIACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-328-1_Aechmea_caudata
_A-328-2_Aechmea_caudata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants