Agrostophyllum uniflorum

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire de Nouvelle-Guinée où elle pousse épiphyte sur les arbres des forêts humides de montagne à moyenne et haute altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs “ἄγρωστις” (agrostis) = herbe, graminée et “φύλλον” (phyllon) = feuille ; le nom spécifique est la combinaison de l’adjectif numéral latin “unus, a, um” et du substantif “flos, oris” = fleur, en référence évidente.

Agrostophyllum uniflorum Schltr. (1905) est une espèce épiphyte, haute de 20-45 cm, qui forme des touffes denses aux racines filiformes et aux fines tiges dressées, légèrement comprimées latéralement, pourvues de nombreuses feuilles alternes subdressées, distiques, linéaires à apex bifide, longues de 4-7 cm et larges de 2-4 mm, et aux gaines foliaires enveloppant entièrement la tige. Inflorescences terminales portant généralement une unique fleur minuscule de couleur blanche tachée de jaune pâle à la base du labelle. Sépales oblongs-lancéolés à apex apiculé, de 0,7-1 cm de longueur et 2-3 mm de largeur, pétales linéaires à apex aigu, longs de 0,7-0,8 cm et larges de 2-3 mm, labelle ovale à apex aigu, de 0,5-0,6 cm de longueur et de largeur, et ovaire sessile, long d’environ 0,7 cm. Le fruit est une capsule fusiforme de 0,7 cm de longueur. Elle se reproduit par semis, in vitro, et par division de chaque section pourvue d’au moins 3-4 tiges.

JPEG - 143.2 ko
Épiphyte fréquente en Nouvelle-Guinée, Agrostophyllum uniflorum est très rare en culture. Espèce pour passionnés aux fleurs minuscules et isolées, pleines de charme © Giuseppe Mazza

Espèce répandue dans la nature, mais rarement présente en culture, d’intérêt principalement botanique, elle nécessite une exposition semi-ombragée, des températures intermédiaires, 18-28 °C, une humidité élevée, 70-85 %, et un air en mouvement constant. Les arrosages doivent être réguliers au cours de la période de croissance, plus réduits pendant la stase végétative, mais sans jamais laisser sécher le substrat, en utilisant l’eau de pluie, de l’eau distillée ou osmosée ; en présence de températures élevées et d’une faible humidité atmosphérique on procédera à des nébulisations avec de l’eau à température ambiante. Elle peut être cultivée en pots ou en paniers, en utilisant un substrat très drainant constitué de fragments d’écorce additionnés de tourbe grossière, de charbon et de fragments de polystyrène, ou bien montée sur troncs, radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes avec une couche de sphaigne à la base pour retenir l’humidité. Rempotages et divisions éventuels seront effectués à la reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Agrostophyllum oliganthum Schltr. (1912) ; Agrostophyllum biflorum Ridl. (1916).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-433-2_agrostophyllum_uniflorum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants