Allamanda blanchetii

Famille : Apocynaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 108.7 ko
Allamanda blanchettii est une sarmenteuse de 3 m cultivable en espaliers ou en buissons © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du nord-est du Brésil (Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambouc, Piauíe, Rio Grande do Norte et Sergipe), où elle pousse dans les forêts sèches connues localement sous le nom de caatinga.

Le genre a été dédié par Linné au naturaliste suisse Frederick-Louis Allamand (1736-1803) spécialiste de la flore brésilienne ; l’espèce est dédiée à son collecteur, le botaniste et naturaliste suisse Jacques Samuel Blanchet (1807-1875).

Noms communs : cherry allamanda, purple allamanda, purple trumpet flore, violet alamanda (anglais) ; alamanda-de-jacobina, alamanda-rosa, alamanda-roxa, quatra patacas (portugais du Brésil).

Allamanda blanchetii A.DC. (1844) est un arbuste sarmenteux à feuilles persistantes à la sève laiteuse, mesurant jusqu’à environ 3 m de haut, aux jeunes branches tomenteuses et aux feuilles coriaces simples, sessiles, disposées en verticilles de 3 à 5, oblongues à oblongues-elliptiques à apex pointu, de 5 à 11 cm de longueur et de 2,5 à 5,5 cm de largeur, de couleur vert brillant au-dessus, mate en-dessous. Inflorescences terminales ou axillaires cymeuses portant de nombreuses fleurs bisexuelles, sur un pédoncule long d’environ 1 cm, s’ouvrant successivement, à 5 sépales pubescents oblongs à apex pointu, à la corolle campanulée, de 6 à 9 cm de long et de 5 à 6,5 cm diamètre, à 5 lobes arrondis qui se chevauchent partiellement, de couleur allant du rose au pourpre rougeâtre, plus intense dans la gorge. L’espèce est auto-incompatible, c’est-à-dire qu’elle nécessite une pollinisation croisée pour fructifier.

Les fruits sont des follicules globuleux et épineux contenant de nombreuses graines aplaties dotées d’une aile membraneuse.

JPEG - 68.9 ko
Corolle campanulée, longue de 6-9 cm, et large de 5-6,5 cm. Latex toxique mais vertus médicinales © G. Mazza

La reproduction se fait à partir des graines, qui germent en 3 à 6 semaines dans un terreau organique, avec ajout de sable ou de perlite pour améliorer le drainage, maintenu humide à une température de 22-24 °C, et par bouturage et marcottage.

Espèce vigoureuse et à croissance rapide, qui fleurit principalement en été et à l’automne, à partir de laquelle ont été sélectionnées plusieurs variétés avec différentes nuances de couleur, très appréciées et souvent cultivées dans les jardins tropicaux et subtropicaux ; elle peut supporter des abaissements de température jusqu’à quelques degrés au-dessus de 0 °C seulement s’ils sont exceptionnels et de courte durée.

Elle nécessite le plein soleil, pour fleurir au mieux, ou au plus un léger ombrage, et des sols drainants acides ou neutres ; les arrosages doivent être réguliers et abondants, en évitant la stagnation, à laquelle elle est sensible, même si bien enracinée elle supporte de courtes périodes de sécheresse, elle est souvent greffée sur Allamanda cathartica qui a un système racinaire plus résistant.

Elle peut être élevée en buisson ou adossée à un mur ou à un treillage, la taille est utile, à effectuer à la fin de l’hiver ou au début du printemps, pour obtenir un port plus compact et une floraison abondante. Si le climat ne permet pas un séjour continu en plein air elle peut être cultivée en pots en utilisant un substrat aéré et drainant riche en matière organique, avec un arrosage régulier et une fertilisation pendant les mois d’été, en utilisant des produits équilibrés contenant des oligo-éléments, et abritée en hiver dans un environnement très lumineux avec une température moyenne supérieure à 16 °C et en maintenant le substrat légèrement humide.

Les racines et d’autres parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle contre différentes pathologies. Toutes les parties de la plante sont toxiques et le latex peut provoquer des dermatites et des réactions allergiques chez les personnes particulièrement sensibles.

Synonymes : Allamanda violacea Gardner (1844).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des APOCYNACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-399-2_Allamanda_blanchettii
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants