Angraecum moandense

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire d’Afrique tropicale (Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée, îles du Golfe de Guinée, Liberia, Nigeria, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Ruanda, Togo et Ouganda) où elle pousse épiphyte sur les branches les plus hautes des arbres des forêts humides denses, entre 1000 et 2000 m d’altitude.

Le nom de genre dérive du nom malais “angurek” utilisé pour les orchidées épiphytes ; le nom spécifique latin “moandense” = de Moanda, fait référence au fleuve de la République Démocratique du Congo près duquel a été trouvée l’espèce type.

Angraecum moandense De Wild. (1916) est une espèce épiphyte aux tiges fines, parfois ramifiées, tendant à retomber, de 6-15 cm de longueur et 2-3 mm de diamètre, avec des entrenœuds longs de 0,5-1 cm et des racines aériennes le long de la tige, d’environ 2 mm de diamètre, particulièrement fragiles. Feuilles alternes, distiques, oblongues-linéaires à marges recourbées et à apex asymétriquement bilobé à lobes obtus, longues de 2,5-8,5 cm et larges de 0,5-1 cm, coriaces, de couleur vert clair, avec les gaines foliaires enveloppant entièrement la tige.

Inflorescences opposées aux feuilles, mesurant jusqu’à 5 cm de longueur, portant 1-4 fleurs non résupinées (avec le labelle en haut au-dessus de la colonne), sur un pédicelle et ovaire mesurant jusqu’à environ 2 cm de longueur, d’une couleur allant du blanc verdâtre au vert jaunâtre.

JPEG - 161.1 ko
Angraecum moandense est une petite épiphyte aux tiges fines, souvent ramifiées et retombantes, de 6-15 cm. Inflorescences longues de 5 cm à 1-4 petites corolles © Giuseppe Mazza

Sépales presque similaires, lancéolés à apex pointu, longs de 0,8-1,5 cm et larges de 1,5-3 mm, pétales linéaires-lancéolés, longs de 0,9-1,2 cm et larges de 1-1,2 mm, labelle ovale-elliptique à apex longuement pointu, concave, long de 0,8-1 cm et large de 2-3,5 mm, pourvu à la base d’un mince éperon de 1,5-2 cm de longueur.

La reproduction se fait pas semis, in vitro, par division et à partir des jeunes plantes qui naissent à la base et le long des tiges principales.

Orchidée miniature souvent présente dans les collections des amateurs d’orchidées, nécessitant une luminosité élevée, mais pas de soleil direct, des températures intermédiaires, 16-30 °C, une humidité élevée, 75-85 %, et une légère et constante ventilation. Arrosages et nébulisations réguliers le matin, plus réduits pendant les mois les plus froids, mais sans jamais laisser sécher complètement, en utilisant de l’eau de pluie, de l’eau distillée ou osmosée à température ambiante. Elle est de préférence montée sur troncs, écorces, radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes avec une couche de sphaigne à la base pour maintenir l’humidité. En variante, elle peut être cultivée dans des paniers suspendus sur un substrat drainant et aéré à base de fragments d’écorce de taille moyenne. Transplantations et divisions ne seront effectués que si cela est strictement nécessaire, la plante n’aimant pas être fréquemment dérangée, aux premiers signes de reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Aerangis moandensis (De Wild.) Schltr. (1918) ; Angraecum chevalieri Summerh. (1936) ; Angraecoides moandensis (De Wild.) E.M.Pessoa & M.Alves (2016).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-436-2_angraecum_moandense
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants