Antennarius pictus

Famille : Antennariidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 49.1 ko
Un extraterrestre ? Un cauchemar nocturne ? Non, seulement Antennarius pictus en train de nager © Giuseppe Mazza

Le monstrueux Antennaire peint, ou Poisson-grenouille peint ou encore Poisson-crapaud peint ( Antennarius pictus - Shaw, 1794 ) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Lophiiformes et à l’étrange famille des Antennariidae, présente principalement dans les mers tropicales et subtropicales avec une cinquantaine d’espèces.

Le nom de genre Antennarius vient du latin "antenna" = antenne, mât, en référence à la canne à pêche, appelée illicium, qu’il porte sur la tête.

Le nom latin de l’espèce pictus = peint, coloré, tacheté, se réfère à la livrée voyante.

Zoogéographie

Il est très largement diffusé dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique.

A titre indicatif, on le trouve de l’Afrique du Sud, Madagascar et l’Afrique de l’Est à la Mer Rouge et à la Mer d’Oman, puis, aux Seychelles, aux Maldives, en Inde, au Sri Lanka, aux îles Cocos, en Indonésie, en Australie, en Nouvelle-Guinée, aux Palaos, aux Philippines, à Taiwan et dans la partie méridionale du Japon. Vers l’est, il est remonté, au nord vers les Îles Marshall et Hawaï et descendu, au sud vers les îles de la Société, après avoir colonisé la Nouvelle-Calédonie et les Tonga.

Écologie-Habitat

C’est une espèce benthique qui erre parmi les coraux, en eaux relativement peu profondes et calmes, généralement autour de 15 m de profondeur, mais qui a également été aperçu à 75 m, le long de la partie externe du récif. Il passe le plus clair de la journée immobile, digérant paresseusement les proies parmi les coraux multicolores et les éponges, qu’il imite à la perfection passant ainsi parfaitement inaperçu.

JPEG - 74.8 ko
Les nageoires pectorales et ventrales sont transformées en membres et la tête porte une étrange ligne © Giuseppe Mazza

Morphophysiologie

Massif, avec un profil pour le moins inhabituel et un aspect presque arrondi, Antennarius pictus peut atteindre 30 cm de long.

La peau, pleine de protubérances et sans écailles, peut être rouge, jaune, verte, marron, grise ou noire, avec des taches, selon les cas, rouges, brunes ou grises imitant les oscules et le clair-obscur des éponges.

Sur le dos, au-dessus de la bouche, on note la présence d’un rayon épineux transformé en un filament mobile, le fameux illicium, terminé par un appât en touffe destiné à attirer l’attention des proies.

Suivent ensuite deux rayons épineux, invisibles, car situés sous la peau, formant une petite bosse, et enfin une nageoire plus traditionnelle composée de 12 ou 13 rayons mous.

L’anale compte 7 ou 8 rayons inermes ; la nageoire caudale est plus ou moins arrondie, tandis que les pectorales et ventrales ressemblent à des pieds et à des mains avec les doigts palmés.

La bouche, tournée vers le haut, est énorme avec la mâchoire inférieure plus longue. A l’intérieur, on note des dents fines, disposées côte à côte comme une brosse. L’ouverture branchiale, comme chez les murènes, est réduite à un simple trou, bien camouflé, à la base des nageoires pectorales.

JPEG - 93.9 ko
Il s’agit de l’illicium qu’il agite comme un petit ver pour attirer l’attention. En 1/10 000 de seconde la bouche protractile s’ouvre et suce le malheureux © Giuseppe Mazza

Éthologie-Biologie reproductive

C’est un poisson très vorace, parfois cannibale, qui n’hésite pas à avaler des proies ayant sa propre taille. Parfaitement camouflé parmi les éponges et les coraux, couvert d’excroissances, il ressemble réellement à une éponge ou à un rocher riche en incrustations. Il reste immobile et quand il voit se rapprocher un poisson il agite l’illicium de haut en bas afin d’attirer son attention.

JPEG - 57.4 ko
La couleur, très variable, a créé de nombreux synonymes. Les taches imitent l’oscule des éponges © G. Mazza

Celui qui cherchait peut-être un petit ver s’approche et il est aspiré par une énorme bouche protractile qui se projette à l’improviste en avant, s’ouvrant en un dix-millième de seconde. La dépression est telle que, sans même s’en apercevoir, le malheureux se retrouve dans l’obscurité de l’estomac.

Comme on peut le deviner de par sa forme certainement pas trop hydrodynamique, Antennarius pictus est un piètre nageur. Il avance en marchant sur les nageoires avec de petits frétillements, mais en cas de danger il peut nager longtemps grâce à de puissants coups de queue.

Pour s’accoupler, les conjoints remontent à la surface où la femelle émet des milliers d’œufs réunis en cordons flottants, qui sont fécondés dans la foulée et confiés aux courants.

L’éclosion a lieu après quelques jours et les larves planctoniques partent à la dérive pendant 1 à 2 mois avant de se métamorphoser et d’atteindre le fond où, dans les premiers jours, les jeunes sont pris pour des nudibranches. Les populations peuvent doubler en moins de 15 mois et le niveau de vulnérabilité de l’espèce, 16 sur une échelle de 100, est actuellement très faible.

Synonymes

Lophius pictus - Shaw, 1794 ; Lophius chironectes - Latreille, 1804 ; Antennarius chironectes - Latreille, 1804 ; Chironectes verus - Cloquet, 1817 ; Chironectes leprosus - Eydoux & Souleyet, 1850 ; Antennarius leprosus - Eydoux & Souleyet, 1850 ; Antennarius polyophthalmus - Bleeker, 1852 ; Antennarius horridus - Bleeker, 1853 ; Lophiocharon horridus - Bleeker, 1853.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-51-2_Antennarius_pictus
_A-51-29_Antennarius_pictus
_A-51-35_Antennarius_pictus
_A-51-39_Antennarius_pictus
_A-51-40_Antennarius_pictus
_A-51-44_Antennarius_pictus
_A-51-58_Antennarius_pictus
_A-51-6_Antennarius_pictus
_A-51-60_Antennarius_pictus
_A-51-64_Antennarius_pictus
_A-51-66_Antennarius_pictus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants