Anthias anthias

Famille : Serranidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 109.4 ko
Le Barbier commun (Anthias anthias) est l’un des poissons les plus flamboyants de Méditerranée © G. Mazza

Le magnifique Barbier Commun ou Barbier Hirondelle, ou encore Castagnole Rouge ( Anthias anthias - Linnaeus, 1758 ), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Serranidae.

Les noms de genre et de l’espèce ont des racines lointaines. Ils semblent avoir été donnés par Aristote à un poisson mythique, porte-bonheur, qui garantissait la sûreté des pêcheurs. D’où le synonyme d’ Anthias sacer, indiqué ci-dessous, et donné par Bloch à l’espèce en 1792, pour confirmer, avec le terme "sacré", cette ancienne croyance.

Pour sûr, malgré son nom de castagnole rouge, il n’est pas apparenté à la Castagnole ( Chromis chromis ), qui appartient, au contraire, à la famille des Pomacentridés.

Zoogéographie

Le barbier commun est chez lui dans une grande partie de la Méditerranée, mais pas en Mer Noire. Passé le détroit de Gibraltar on le trouve, vers le nord, le long des côtes atlantiques espagnoles, portugaises, françaises et anglaises, et vers le sud, passées les Açores et les Canaries on le trouve jusqu’en Angola.

Écologie-Habitat

C’est un poisson qui aime l’obscurité. Il vit parmi les coraux, dans des grottes à 30-50 m de profondeur, mais il semble avoir aussi été repéré à 300 m.

Morphophysiologie

Le corps est ovale. Relativement haut et comprimé, il peut atteindre, avec la queue, 25 cm de longueur.

La bouche est grande et oblique, prédatrice, avec la mâchoire inférieure légèrement plus longue. Les nombreuses dents, présentes à la fois sur le vomer et sur le palais, sont minuscules mais également caniniformes. Les plus grandes, coniques, aigues et proéminentes pour saisir les proies, sont évidemment placées autour des mâchoires : 2 sur le devant, sur la mâchoire supérieure et 4 ou 6, juste en dessous, sur la mâchoire inférieure.

JPEG - 142 ko
Il vit en troupes formées d’une dizaine d’individus, dans des grottes sombres, entre les coraux à 30-50 m de profondeur. Il chasse surtout la nuit, s’attaquant aux jeunes poissons et aux crustacés © Giuseppe Mazza

Le pré opercule est denticulé en bas et l’opercule comporte trois épines dont une émoussée, dans la zone postérieure.

La nageoire dorsale, épineuse à l’avant, est beaucoup plus haute dans sa seconde partie, en forme de voile, avec des rayons mous. Jusque-là rien d’étrange puisqu’il s’agit d’un schéma que l’on trouve souvent chez les poissons, mais c’est le troisième rayon épineux, dont la hauteur est presque le triple du second qui rend l’ensemble unique.

Les nageoires ventrales, pointues et de taille démesurée par rapport à la norme, sont également vraiment uniques. L’anale, bien développée, fait sa figure, tandis que les pectorales semblent modestes, en comparaison.

C’est certainement l’un des poissons les plus voyants de Méditerranée. Rouge orangé, rouge rubis ou rouge violacé avec des écailles ourlées de jaune. Les mâles adultes se reconnaissent généralement à leurs nageoires plus majestueuses, et pendant la période de reproduction, ils arborent des bandes dorées à l’extrémité des nageoires dorsale et anale, sans oublier les trois bandes jaunes sur les joues.

Éthologie-Biologie reproductive

Le barbier commun va à la chasse, surtout la nuit, de petits poissons, sans négliger les crustacés. Il vit généralement en troupes, formées d’une dizaine d’individus. Il s’agit, dans la plupart des cas, d’un mâle dominant avec son harem. Quand il meurt, vu qu’il s’agit d’une espèce hermaphrodite protogyne, la femelle la plus âgée, qui a maintenant appris quoi faire, prend sa place et change de sexe.

La reproduction a lieu au printemps et en automne ; les nouveau-nés atteignent la taille de 5 à 8 mm. En aquarium de taille adéquate, il s’acclimate bien et il peut vivre pendant des années.

L’indice de vulnérabilité de cette espèce est actuellement de 38 sur une échelle de 100.

Synonymes

Anthias sacer - Bloch, 1792 ; Aylopon canariensis - Guichenot, 1868 ; Labrus anthias - Linnaeus, 1758 ; Serranus anthias - Linnaeus, 1758.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_A-147-6_Anthias_anthias
_A-147-7_Anthias_anthias
_A-147-8_Anthias_anthias
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants