Araucaria hunsteinii

Famille : Araucariaceae

Texte © Pietro Puccio

 

Traduction en français par Michel Olivié

   

JPEG - 229.1 ko
L’araucaria hunsteinii est originaire des forêts de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et atteint une hauteur de 90 m © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée où elle vit dans la partie Nord-Est au milieu des forêts tropicales humides dont elle constitue l’espèce émergente ; elle croît généralement dans les vallées situées entre les montagnes de 500 à 2.000 m d’altitude sur des sols principalement alluvionnaires.

Le nom du genre dérive de celui d’une ethnie chilienne, les Araucans, sur le territoire desquels vit la première espèce découverte, l’ Araucaria araucana ; l’espèce est dédiée à l’ornithologue et botaniste allemand Carl Hunstein ( 1843-1888 ) qui l’a découverte.

Noms communs : klinki pine ( anglais ), araucaria de Papouasie-Nouvelle-Guinée ( français ), araucaria de Nova-Guiné ( portugais ).

L’ Araucaria hunsteinii K. Schum. ( 1889 ) est un arbre au feuillage persistant dont la hauteur peut atteindre exceptionnellement 90 m dans les zones caractérisées par une pluviosité élevée, au tronc droit et cylindrique ayant jusqu’à 2 m de diamètre, à l’écorce rugueuse, résineuse, de couleur brun rougeâtre qui s’ écaille en larges plaques.

Les branches latérales principales, au nombre de 6 à 8, sont disposées en forme de pseudo-verticelles, plus ou moins horizontales et atteignent 6 m de long ; elles sont partiellement privées de feuilles et s’accompagnent de branches secondaires droites ou pendantes qui sont concentrées vers l’extrémité et dotées de feuilles. Celles-ci sont sessiles et présentent un certain dimorphisme : chez les plantes jeunes, jusqu’à l’âge d’environ 20 ans, elles sont disposées en spirale, lancéolées, plates, longues de 3 à 9 cm et larges de 0,5 à 1,5 cm ; chez les plantes adultes elles sont disposées en spirale, densément groupées et imbriquées, de forme triangulaire à lancéolée avec un sommet pointu, plates, longues de 3 à 15 cm et larges de 1 à 2 cm, de couleur gris vert ou vert foncé.

Les inflorescences sont unisexuées et sur la même plante ; les cônes mâles, axillaires et sessiles, sont disposés en groupes de 2 à 6 dans la moitié inférieure du feuillage, droits à l’origine puis pendants, de 10 à 25 cm de long et de 1 à 2,5 cm de large avec de 8 à 10 cellules polliniques ; les cônes femelles, généralement solitaires, sont produits dans la partie supérieure du feuillage sur un court pédoncule ; ils sont droits, de forme subovoïde à cylindrique, de 15 à 25 cm de long et de 12 à 14 cm de diamètre et comportent des bractées cunéiformes dotées d’une aile latérale et d’un sommet pointu, d’environ 5 cm de long et 8 cm de large, ainsi que d’une écaille ovulifère fusionnée dans la partie interne.

JPEG - 58.6 ko
Les feuilles sessiles, de forme triangulaire à lancéolée, longues de 3 à 9 cm, sont disposées en spirale © Giuseppe Mazza

Les graines sont aplaties, d’environ 3 cm de long et 0,8 cm de large, et ont une aile membraneuse large d’environ 2,5 cm ; l’intervalle entre la floraison et la dissémination des graines varie de 21 à 24 mois.

L’espèce se reproduit par des graines qui ont un faible pourcentage de fertilité et de durée de germinabilité - quelques semaines si elles ne sont pas conservées convenablement - avec des temps de germination de 1 à 7 semaines, et aussi par bouturage apical dans un terrain sableux à la température de 20 à 22 °C.

C’est une espèce à la croissance rapide, après la phase initiale d’adaptation, qui est cultivable dans les régions aux climat tropical et subtropical avec une pluviosité annuelle élevée ; on peut tenter de la planter avec des températures plus modérées à condition que les chiffres de température autour de 0 °C soient exceptionnels et de courte durée.

Elle pousse sur les sols acides ou neutres, de préférence argileux, et supportent ceux qui sont lourds et faiblement drainants et où il ne serait pas possible de se livrer à beaucoup d’autres cultures.

Elle est cultivée intensément, surtout en Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour son bois de densité moyenne, facile à travailler, utilisable pour les constructions, en ébénisterie et surtout dans l’industrie du contre-plaqué. Enfin leurs caractéristiques ornementales ne doivent pas être sous-estimées.

JPEG - 286.7 ko
Cônes femelles généralement solitaires, produits dans la partie supérieure du feuillage sur un court pédoncule. Forme de subovoïde à cylindrique avec 15-25 cm de long © Giuseppe Mazza

Synonymes : Araucaria schumanniana Warb. (1900) ; Araucaria klinkii Lauterb. (1913) ; Araucaria hunsteinii var. klinkii (Lauterb.) Silba (1990) ; Titanodendron hunsteinii (K.Schum.) A.V.Bobrov & Melikyan (2006) ; Titanodendron klinkii (Lauterb.) A.V.Bobrov & Melikyan (2006) ; Titanodendron schumanniana (Warb.) A.V.Bobrov & Melikyan (2006) ; Araucaria hunsteinii subsp. klinkii (Lauterb.) Silba (2009).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARAUCARIACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-414-1_araucaria_hunsteinii
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants