Artocarpus integer

Famille : Moraceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 315.5 ko
L’Artocarpus integer est un arbre de 5 à 20 m vivant dans les forêts pluviales à basse altitude du Sud-Est asiatique © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de Bornéo, de Brunéi, de l’Indonésie (Célèbes, Irian Jaya, Java, Kalim- antan, les Moluques et Sumatra ), de la péninsule malaise, de la Nouvelle-Guinée, de Singapour et de la Thaïlande où elle vit dans les forêts pluviales jusqu’à environ 500 m d’altitude, dans un climat caractérisé par une pluviosité élevée répartie tout au long de l’année et d’éven- tuelles inondations périodiques.

Le nom du genre résulte de la combinaison des substantifs grecs “ἄρτος” (artos) = pain et “καρπός” (karpos) = fruit, par référence au goût après cuisson des fruits de l’Artocarpus altilis (Parkinson ex F.A. Zorn) Fosberg, 1941 ; le nom spécifique est l’adjectif latin "integer" = entier, par référence aux bords de la feuille.

Noms communs : chempedak, small jackfruit (anglais), banturug manuk, chempedak, mengkahai, nakan, pu- lutan, temédak (Bornéo), atibrhat- phala, chakka, kathal, kathar, panasa, panasapandu (Inde), akam-akam, anaane, campedak, cempe- dak, cempendak, cimpedak, cuba- dak, nangka, tambura, tawerak, temedak (Indonésie), baroh, bank- cong, deko, menelang (Malaisie), sonekadat (Myanmar), chempedak, chambada (Thaïlande), mit to nu (Vietnam).

L’ Artocarpus integer ( Thunb. ) Merr. 1917 est un arbre semper- virent haut de 5 à 20 m avec un tronc d’un diamètre pouvant atteindre environ 50 cm, à l’écorce de couleur gris marron ; toutes les parties de la plante contiennent un latex blanc.

Les feuilles, portées sur un pétiole long de 1 à 3 cm, sont alternes, simples, elliptiques-obovées avec un bord entier et un apex pointu ; elles sont longues de 5 à 25 cm et larges de 3 à 12 cm, coriaces, de couleur vert vif et luisantes en partie supérieure et vert pâle et pubescentes en partie inférieure.

JPEG - 206.9 ko
Le fruit, un syncarpe en terme de botanique, est formé de nombreux fruits groupés et soudés entre eux dans des textures sphériques ou oblongues-cylindriques de 20 à 40 x 10 à 15 cm à la surface couverte de courts tubercules © Giuseppe Mazza

Les nouvelles feuilles sont entourées de deux stipules (appendices à la base de la feuille dont le rôle principal est de la protéger pendant la phase initiale de sa croissance), caduques, oblongues-triangulaires, de 6 à 9 cm de long et de couleur vert foncé. Les rameaux, les pétioles, les stipules et les feuilles ont des poils bruns hérissés dont la longueur peut atteindre environ 3 mm.

Les inflorescences sont solitaires, unisexuées et sont situées sur la même plante directement à partir du tronc ou des branches ( espèce cauliflore ) sur de courts bourgeons feuillus ; les inflorescences mâles sont des grappes cylindriques de 3 à 5 cm de long et de 1 cm de diamètre avec de minuscules fleurs jaunâtres alors que les inflorescences femelles sont des grappes sphériques ou ellipsoïdes avec de nombreuses fleurs tubulaires.

Le fruit, porté sur un pédoncule long de 7 à 10 cm, est un syncarpe ( ensemble de nombreux fruits groupés et soudés entre eux ), sphérique à oblong-cylindrique, de 20 à 40 cm de long et de 10 à 15 cm de diamètre ; à la surface couverte de courts tubercules pyramidaux et de couleur jaunâtre à jaune orangé. Il dégage à maturité une odeur fortement désagréable semblable à celle du Durian ( Durio zibethinus L., 1774) et du jacquier (Artocarpus heterophyllus Lam., 1789).

Les graines, au nombre de 15 à 100 par fruit, sont ovoïdes et légèrement aplaties, de couleur marron clair, de 2 à 3 cm de long et de 1,5 à 2,5 cm de large ; elles sont entourées par un arille charnu, comestible, de couleur verdâtre, jaune ou orange.

L’arbre se reproduit habituellement par ses graines qui ont un capacité à germer de faible durée et qui doivent être semées dans un terreau organique drainant maintenu humide à la température de 24 à 26 °C. ; la première fructification survient à partir de l’âge de 3 ans. La reproduction s’effectue aussi par bouturage.

C’est une espèce à croissance rapide, cultivable exclusivement dans les régions au climat tropical ou subtropical, car elle ne supporte pas les températures voisines de 0 °C, sans saison sèche mais avec une pluviosité élevée et bien répartie. Elle a besoin d’une exposition en plein soleil, sauf pendant la première phase de sa croissance, et de sols profonds et riches en matières organiques, de légèrement acides à neutres.

JPEG - 127.8 ko
Un spécimen rongé par les animaux de la forêt. Les fruits immatures sont consommés tels des légumes. Les graines sont riches en hydrates de carbone et diverses parties de la plante ont des propriétés médicinales © Giuseppe Mazza

Les fruits immatures sont cuits dans du lait de coco tels des légumes. La pulpe ( l’arille ) qui entoure les graines des fruits mûrs a une saveur agréable, douce, moins acide et moins fibreuse que celle du jacquier et est consommée soit crue soit cuite ou préparée de diverses manières. Les graines, riches en hydrates de carbone, en protéines, en fibres et en minéraux sont consommées bouillies dans de l’eau salée et pelées, elles ont un goût semblable à celui de la Châtaigne d’eau ( Eleocharis dulcis ), rôties ou frites. La farine aussi a une haute valeur nutritive et peut se substituer en grande partie à celle du blé pour la préparation du pain.

Les feuilles et les fruits sont utilisés pour l’alimentation animale ; le bois, de couleur jaune vif et d’excellente qualité, est employé pour les constructions et la fabrication de meubles, d’embarcations, d’outils et d’objets d’usage courant. Du bois on extrait aussi un colorant jaune utilisé pour colorer les robes des moines bouddhistes.

Plusieurs parties de la plante sont utilisées dans la médecine traditionnelle des populations autochtones pour diverses pathologies. Des feuilles on a extrait un hydrocarbure, le stilbène, qui a des propriétés antipaludéennes. Il ne faut pas enfin sous-estimer ses caractéristiques ornementales.

Synonymes : Radermachia integra Thunb. (1776) ; Radermachia integra Thunb. (1776) ; Artocarpus integrifolius L.f. (1782) ; Artocarpus polyphemus Pers. (1807) ; Artocarpus champeden (Lour.) Stokes (1812) ; Artocarpus jaca Miq. (1861) ; Artocarpus hirsutissimus Kurz (1864) ; Artocarpus pilosus Reinw. ex Miq. (1867) ; Saccus integer (Thunb.) Kuntze (1891).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MORACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-415-3_artocarpus_integer
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants