Astrocaryum mexicanum

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 292.3 ko
Astrocaryum mexicanum atteint 6,5 m de hauteur dans les forêts tropicales d’Amérique centrale à basse altitude © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Belize, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Chiapas, Oaxaca, Tabasco et Vera Cruz) et du Nicaragua où elle est présente, souvent en abondance, dans les sous-bois des forêts tropicales, du niveau de la mer jusqu’à environ 500 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des noms grecs ’’ἀστήρ’’ (aster) = étoile et ‘’κάρυον’’ (karion) = noix, graines, en référence aux empreintes présentes sur les graines ; le nom d’espèce est l’adjectif latin ‘’mexicanus, a, um’’ = du Mexique, en référence au lieu d’origine de l’espèce type.

Noms communs : Mexican forest palm (anglais) ; lancetillo (Guatemala) ; lancetilla (Honduras) ; acté, chapay, chicalito de tuxtepec, chichón, chocho, coyol redondo, palmilla, tzitzún (Mexique).

Astrocaryum mexicanum Liebm. ex Mart. (1853) est une espèce à tronc unique, cylindrique, de 1,5-6,5 m de hauteur et 4-7 cm de diamètre, densément recouvert en correspondance avec les cicatrices des bases foliaires d’anneaux d’épines plates, noires, longues de 3-6 cm, orientées dans différentes directions.

Feuilles apparemment simples ou irrégulièrement divisées chez les jeunes plantes, pennées chez les adultes, mesurant jusqu’à environ 2 m de longueur, à 15-30 paires de folioles alternes, linéaires à apex acuminé, régulièrement disposées sur le même plan le long du rachis, longues de 40-50 cm et larges de 2-2,5 cm, les terminales réunies, en queue de poisson, à apex tronqué et irrégulièrement dentées, de couleur vert foncé sur la partie supérieure, glauque en-dessous. Pétiole, long de 50-60 cm, rachis et base foliaire, qui entoure seulement partiellement la tige, sont pourvus d’épines de longueurs variées et orientées dans différentes directions.

JPEG - 251.3 ko
Le tronc, large de 4-7 cm, est protégé par des épines voyantes plates. Les inflorescences immatures, et l’endosperme des fruits sont comestibles. Espèce très décorative à utiliser loin des lieux de passages © Giuseppe Mazza

Inflorescences dressées entre les feuilles (interfoliaires), initialement enfermées dans une spathe épineuse, compactes, longues de 25-30 cm, à ramifications du premier ordre portant des fleurs unisexuelles blanchâtres sur la même inflorescence, avec une fleur femelle à la base de la ramification (rachillet) et de nombreuses fleurs mâles sur le reste de la longueur ; les inflorescences présentent le phénomène de protérogynie (les organes femelles sont matures avant les organes mâles) ce qui favorise la fécondation croisée. Fruits ovoïdes, longs de 4-5 cm et larges de 3-4 cm, de couleur marron et densément recouverts de courtes épines, ne contenant qu’une seule graine.

La propagation se fait à partir des graines, préalablement débarrassées de la pulpe et immergées dans l’eau pendant deux jours, dans un substrat organique drainant maintenu humide à une température de 24-28 °C, avec des temps de germination de 2-3 mois.

Palmier très décoratif, mais à utiliser loin des lieux de passage et de stationnement en raison des épines dangereuses présentes sur la tige et également pour les fruits qui en tombant au sol peuvent représenter un danger. Les jeunes plantes sont particulièrement attrayantes avec leurs feuilles indivises, à installer dans un lieu abrité du vent, et peuvent être conservées en pots pour la décoration des serres et des jardins d’hiver ombragés. Cultivable dans les régions au climat tropical et subtropical humide, on peut tenter sa culture à une exposition abritée dans les régions tempérées chaudes les plus douces où les températures voisines de 0 °C sont des exceptions de très courte durée. La plante nécessite des sols fertiles et parfaitement drainants, d’acides à neutres, maintenus constamment humides, mais sans stagnation, une exposition ombragée au cours des premières années de croissance, puis d’un léger ombrage au plein soleil à l’âge adulte.

Les tiges sont utilisées par les populations locales dans les constructions rurales, les feuilles comme couverture, les inflorescences immatures, et l’endosperme des fruits comme aliment.

Synonymes : Astrocaryum rostratum Hook.f. (1854) ; Astrocaryum warscewiczii H. Karst. (1858) ; Astrocaryum warszewiczii H.Karst. (1858) ; Astrocaryum chichon Linden (1881) ; Bactris cohune S.Watson (1886) ; Astrocaryum cohune (S.Watson) Standl. (1930) ; Hexopetion mexicanum (Liebm. ex Mart.) Burret (1934).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/a-442-1_astrocaryum_mexicanum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants