Bactris concinna

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire de Bolivie, du nord-ouest du Brésil, de Colombie, d’Equateur et du Pérou où elle pousse dans les forêts pluviales, principalement le long des cours d’eau et dans les zones périodiquement inondées, à basse altitude.

Le nom de genre dérive du substantif grec “βάκτρον” (bactron) = bâton, soutien, en référence à l’utilisation des tiges de certaines espèces appartenant au genre comme canne ; le nom spécifique est l’adjectif latin “concinnus, a, um” = élégant.

Noms communs : marayaù (Bolivie) ; marajá, marajá pupunha, mumbaca (Brésil) ; caña brava, marayá (Colombie) ; chontilla (Equateur) ; neja, ñejilla, palmera cespitosa, uyainim (Pérou).

JPEG - 320.3 ko
Bactris concinna forme des touffes denses dans les forêts pluviales de Bolivie, du nord-ouest du Brésil, de Colombie, d’Equateur et du Pérou, principalement le long des cours d’eau et dans les zones inondées périodiquement, à basse altitude. Tiges dressées de 2-5 cm de diamètre et de 4 m de haut avec des spécimens de 7-8 m © Giuseppe Mazza

Bactris concinna Mart. (1826) est une espèce monoïque formant des touffes denses aux tiges dressées ou légèrement arquées, de 2 à 5 cm de diamètre et généralement ne dépassant pas 4 m de hauteur, bien qu’il existe des spécimens qui atteignent 7 à 8 m, recouvertes par les bases foliaires densément épineuses à l’exception de la partie la plus ancienne, et par des anneaux d’épines noirâtres, longues d’environ 1,5 cm, aux nœuds. Les feuilles, sur un pétiole long de 15 à 70 cm, sont pennées, longues de 1,2 à 2 m, avec de 30 à 50 pinnules linéaires, longues de 30 à 60 cm et larges de 1,5 à 3 cm dans la partie médiane, régulièrement disposées de chaque côté du rachis sur le même plan, de couleur vert intense ; bases foliaires, pétioles et rachis sont pourvus d’épaisses épines noirâtres, de 1 à 2 cm de long, entrecoupées de quelques épines noires ou jaunâtres mesurant jusqu’à 10 cm de long. Inflorescences entre les feuilles (interfoliaires) initialement enfermées dans une spathe, de 25 à 40 cm de long, couverte d’épines, aux fleurs unisexuelles disposées généralement en triades (une fleur femelle entre deux mâles), les fleurs femelles arrivent à maturité avant les fleurs mâles favorisant la pollinisation croisée. Les fruits ovoïdes, comestibles, de couleur pourpre noirâtre, de 2 à 4 cm de long et de 1 à 2 cm de diamètre, ne contiennent qu’une seule graine.

La reproduction se fait par semis, dans un terreau drainant riche en substances organiques maintenu constamment humide à 26-28 °C, avec des temps de germination de 5 à 6 mois, et par division.

JPEG - 178.8 ko
Couvert d’épines, même sur les limbes foliaires. Les fleurs femelles murissent avant les mâles, favorisant la pollinisation croisée. Les fruits sont ovoïdes, comestibles, de couleur pourpre noirâtre, de 2-4 cm de long et 1-2 cm de diamètre, contenant une seule graine. Les racines sont utilisées pour faire des décoctions contre le rhume © Giuseppe Mazza

Espèce de grande valeur ornementale et paysagère à croissance relativement rapide, adaptée aux parcs et aux jardins des régions tropicales et subtropicales humides, à installer loin des lieux de passage et de stationnement à cause des denses épines qui la recouvrent. Elle exige le plein soleil, au moins pendant la phase de croissance, ou un ombrage partiel, et des sols drainants maintenus constamment humides, acides ou neutres ; sous les climats saisonniers, elle doit être arrosée régulièrement et abondamment pendant la saison sèche. Les fruits, de saveur agréable, sont parfois vendus sur les marchés locaux, aussi bien pour la consommation humaine qu’animale. Les tiges sont utilisées comme poteaux pour les clôtures, pour la couverture, avec les feuilles, d’abris permanents ou de fortune et pour réaliser des objets d’usage courant. Les racines sont utilisées en médecine traditionnelle, en décoction, en cas de refroidissement.

Synonymes : Bactris concinna var. inundata Spruce (1869) ; Bactris concinna subsp. depauperata Trail (1876) ; Pyrenoglyphis concinna (Mart.) Burret (1934) ; Pyrenoglyphis concinna var. depauperata (Trail) Burret (1934) ; Pyrenoglyphis concinna var. inundata (Spruce) Burret (1934).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-199-2_bactris_concinna
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants