Balistapus undulatus

Famille : Balistidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 79.6 ko
Balistapus undulatus, ici en attitude horrifiante, a les nageoires ventrales fusionnées en une épine © G. Mazza

Le Baliste ondulé ( Balistapus undulatus - Park, 1797 ) appartient à la classe des Actinopterygii les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Tetraodontiformes et à la famille des Balistidae, lesdits poissons arbalète ou poissons gâchette.

Le nom de genre Balistapus vient du latin "balista" = arbalète, la même racine que celle du genre Balistes, et du grec "apus" = sans pied. En somme, il s’agit d’un poisson arbalète sans pied, car les nageoires ventrales, déjà atrophiées chez les Balistidae, se sont transformées en une épine.

Le nom de l’espèce undulatus = en latin ondulé, se réfère aux lignes orangées traversant obliquement, com- me des vagues, le corps verdâtre.

Zoogéographie

Le baliste ondulé est présent dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique.

On le trouve le long de la côte africaine, de l’Afrique du Sud à la mer Rouge et la mer d’Oman. A titre indicatif, il est fréquent aussi aux Seychelles, à la Réunion et aux Maldives, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande, en Australie, en Indonésie, en Nouvelle-Guinée, en Micronésie, aux Philippines, à Taiwan et en Chine, jusqu’au sud du Japon. À l’est, il est chez lui aux Kiribati, aux Samoa, aux Îles Marquises et aux Tuamotu. Dans l’hémisphère sud il atteint la Nouvelle-Calédonie et les Tonga.

Écologie-Habitat

Il vit dans les eaux calmes, dans les lagons riches en coraux, jusqu’à 50 m de profondeur, même s’il préfère nager dans les basses eaux et il descend rarement au-dessous de 15 m.

Morphophysiologie

Il peut atteindre 30 cm de longueur, mais, dans la pratique, il dépasse rarement 27 cm. Le corps est plat, protégé, comme chez tous les Balistidae par un revêtement d’écailles osseuses. Sur le dos il porte la gâchette typique, verrouillable en position dressée. Elle est formée de trois épines, généralement repliées et cachées dans un logement dorsal. La première, longue et effilée, reste verticale même après la mort du poisson et est donc un élément dissuasif important pour les prédateurs. Comme d’habitude chez les balistes, elle est également utilisée pour pouvoir dormir tranquillement, sans être emporté par les courants. Quand Balistapus undulatus trouve une grotte avec une petite entrée, où il ne passe qu’avec la nageoire baissée, il la choisit immédiatement comme repaire, parce qu’il sait qu’en levant la gâchette aucun prédateur de grande taille ne pourra jamais le surprendre.

La seconde nageoire dorsale comporte 24 à 27 rayons mous et elle est symétrique de l’anale, qui en possède 20 à 24. Les nageoires pectorales ont 12 à 16 rayons inermes, les ventrales apparaissent fusionnées ensemble en une épine unique et la caudale est arrondie chez les jeunes et presque tronquée chez les adultes. La bouche, très petite par rapport au corps, est armée de fortes dents pointues pour broyer les coquillages et les coraux.

Le corps, trapézoïdal lorsque les nageoires sont détendues en position horrifiante, a une livrée rendue unique par les merveilleuses lignes orangées qui se détachent sur le fond verdâtre et qui concernent également les nageoires. Elles sont absentes seulement sur les joues des sujets adultes. La nageoire caudale, toujours orangée, est précédée, sur le pédoncule, de deux lignes noires rappelant aux individus malintentionnés la présence d’épines, et entre les premier et deuxième rayons de la gâchette, une tache noire voyante confirme l’avertissement.

Éthologie-Biologie reproductive

Le baliste ondulé se nourrit d’oursins et d’étoiles de mer, de crustacés, d’ascidies, de mollusques, d’annélides, d’éponges, d’hydroïdes et de polypes de madrépores, appartenant, pour la plupart, au genre Acropora. Dans son régime alimentaire très vaste, entrent également de petits poissons et des algues.

Les œufs sont déposés dans un nid creusé dans le sable. Les populations peuvent doubler en 1,4 à 4,4 années, et même s’il est pêché pour les aquariums et consommé par les populations locales, le niveau de vulnérabilité de l’espèce est actuellement modéré : 31 sur 100.

Synonymes

Balistes aculeatus viridis - Bennett, 1828 ; Balistes lineatus - Bloch & Schneider, 1801 ; Balistes minor - Forsskål, 1775 ; Balistes porcatus - Gronow, 1854 ; Balistes undulates - Park, 1797 ; Balistopus undulates - Park, 1797.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_B-54-11_Balistapus_undulatus
_B-54-15_Balistapus_undulatus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants