Bambusa lako

Famille : Poaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Camille Baheux

 

 

JPEG - 399.8 ko
Bambusa Lako est natif du Timor Oriental dans les petites îles de la Sonde. Touffes compactes avec tiges courbées au niveau de l’apex, qui peuvent mesurer 20m. Une espèce non-invasive de choix pour le paysage des jardins tropicaux © Giuseppe Mazza

L’espèce est native du Timor Oriental dans les petites îles de la Sonde, où elle se développe dans les forêts humides.

Le nom du genre provient du terme local malaisien "bambu", le nom de l’espèce est issu du vocabulaire local.

Apellations courantes:Timor black bamboo, Timor giant black (anglais) ; au lako, au meta, au metan, au lako meta (tetoum).

Le Bambusa lako Widjaja (1997) est une espèce vivace rhizomateuse à feuillage persistant, qui se développe en touffes relativement compactes dont les tiges (les chaumes) sont érigées, courbées à l’apex. La plante peut atteindre 20 m de hauteur dans les zones tropicales, est taillée plus courte ailleurs, et son diamètre varie entre 4 et 10 cm.

Les chaumes sont creux entre les nœuds, qui sont espacés de 25-35 cm. L’écorce a une épaisseur de 0,8 à 1,2 cm ; sa surface, particulièrement brillante, est à l’origine de couleur verte, et vire au violet foncé avec le temps, avec éventuellement de fines rayures vertes et jaunes.

Dans leur phase juvénile, les chaumes sont protégés par des bractées triangulaires caduques faisant 10 à 30 cm de long et couvertes de poils marron foncé.

Les feuilles, qui reposent sur de courtes branches situées aux noeuds (sauf dans la partie la plus basse des chaumes), sont linéaires-lancéolées avec un long apex pointu et une marge scabre, pendantes, peuvent atteindre 25 cm de long et 2,5 à 3 cm de large. D’une couleur vert intense, elles sont légèrement duveteuses sur leur partie inférieure. Aucun spécimen en fleur n’a pu être observé lors de la description ; l’appartenance de la plante au genre du Bambusa pourrait être revue, d’autant plus que des études au niveau moléculaire lui ont révélé une grande affinité avec le Gigantochloa atroviolacea Wid- jaja (1987).

La reproduction se fait par la division des rhizomes ou plus fréquemment par le bouturage réalisé de préférence à la fin de la saison végétative, lorsque la plante a pu se constituer un maximum de réserves, en utilisant une portion de 2 ou 3 noeuds porteurs de gemmes, issus de chaumes âgés de 2 ou 3 ans, positionnés de manière oblique ou verticale sur un substrat sablonneux riche en substances organiques et maintenu humide à une température de 24-26 °C.

JPEG - 237.9 ko
Jeunes pousses comestibles. Les chaumes grandissent protégés par des bractées à feuilles caduques triangulaires © Giuseppe Mazza

Il s’agit d’un bambou de grande valeur tant d’un point de vue ornemental que paysager, qui figure parmi les plus appréciés dans l’absolu. Non-invasif et à croissance relativement rapide lorsque les meilleures conditions sont réunies, il peut être utilisé dans les parcs et les jardins de taille moyenne en petits groupes isolés, en bordure d’allées ou pour la réalisation de barrières élégantes, voire en tant que brise-vent.

Bambusa lako peut être cultivé dans les régions au climat tropical, subtropical ou plus rarement tempéré, où il résiste à des températures de -2/-3 °C, dès lors que cela reste exceptionnel et de courte durée, avec un risque de dommage léger au niveau du feuillage.

La plante requiert une exposition en plein soleil pour une croissance optimale, même s’il lui est possible de supporter une ombre légère, ainsi qu’un sol fertile, légèrement acide ou alcalin, correcte- ment drainé et constamment humide.

Elle devra être régulièrement arrosée dans les climats avec une saison sèche, même si les spécimens adultes peuvent supporter de courtes périodes de sécheresse, au détriment de leur apparence ; dans de telles circonstances, les feuilles se faneront avant de tomber. Il est utile d’effectuer des fertilisations régulières au cours de la période végétative par l’administration de produits équilibrés à libération lente avec des micro-éléments.

L’espèce peut être cultivée dans des conteneurs de grande capacité pour la décoration d’espaces ouverts ou dans des serres et jardins d’hiver là où le climat ne lui permet pas d’être continuellement à l’air libre.

Les jeunes pousses sont comestibles, tandis que les chaumes sont utilisés par les populations locales dans le domaine de la construction, pour les murs et les revêtements, ainsi que pour la réalisation de meubles et divers types d’artisanat. Les feuilles sont quant à elles utilisées comme fourrage.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des POACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-180-2_bambusa_lako
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants