Bambusa textilis

Famille : Poaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 343.6 ko
Bambusa textilis est une espèce pérenne à feuilles persistantes rhizomateuse originaire de Chine et du Vietnam formant des touffes compactes aux tiges dressées pratiquement jusqu’à l’apex, longues de 6 à 15 m et larges de 2,5 à 5 cm de large. Bambou à croissance rapide, parmi les plus élégants et décoratifs du genre, cultivé également sous les climats non tropicaux avec de nombreuses variétés dont la plus connue est la ’Gracilis’, représentée ici qui résiste sans dommage jusqu’à -8 °C © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Chine (Anhui, Guangdong et Guangxi) et du Vietnam où elle pousse principalement le long des berges des cours d’eau à basse altitude.

Le nom de genre dérive du nom local malais “bambu” ; le nom spécifique est le substantif latin “textilis, e” = tissu, en référence aux fibres fines et résistantes obtenues à partir des tiges.

Noms communs : graceful textile bamboo, royal bamboo, silk bamboo, slender weavers bamboo, weaver’s bamboo, wong chuk bamboo (anglais) ; qing pi zhu, shan qing zhu, zhu uang, wong chuk (chinois) ; bambou des tisserands (français) ; seihi chiku (japonais).

Bambusa textilis McClure (1940) est une espèce pérenne à feuilles persistantes rhizomateuse formant des touffes compactes aux tiges dressées (chaumes), légèrement incurvées à l’apex, de 6 à 15 m de longueur et de 2,5 à 5 cm de diamètre, de couleur verte, initialement recouvertes d’une pruine blanc-bleuâtre.

Les chaumes sont creux entre les nœuds, distants les uns des autres de 40 à 70 cm, aux parois de 0,2 à 0,5 cm d’épaisseur, initialement protégés par des bractées ovales-lancéolées décidues recouvertes de poils hérissés bruns.

Ramifications regroupées au niveau des nœuds, sauf dans la partie inférieure pour environ ¼ de la longueur, dont l’une est prédominante, avec 8 à 12 feuilles alternes, linéaires-lancéolées à l’apex longuement pointu et aux marges rugueuses, de 7 à 18 cm de long et de 1 à 2 cm de large, glabres au-dessus, pubescentes en-dessous.

Inflorescences en panicule aux épillets regroupés aux nœuds, longues de 3 à 4,5 cm, de couleur initialement pourpre, puis bronze.

On le reproduit par semis, mais le plus souvent par division et boutures de tige, en utilisant une section avec deux ou trois nœuds, placée obliquement ou verticalement dans un substrat sablonneux riche en matières organiques maintenu humide à une température de 24-26 °C.

JPEG - 138.3 ko
La sécrétion siliceuse recueillie aux entrenœuds est utilisée en médecine traditionnelle chinoise. Des études en laboratoire ont mis en évidence dans les extraits de feuilles de nombreux composés bioactifs © Giuseppe Mazza

Bambou à la croissance rapide parmi les plus élégants et les plus décoratifs du genre, avec ses nombreuses variétés, parmi lesquelles la plus populaire est ’Gracilis’, cultivé dans les régions aux climats tropicaux, subtropicaux et tempérés, où il peut supporter sans dommage jusqu’à environ -8 °C.

D’un grand effet en tant que groupe isolé ou pour créer des écrans et des barrières brise-vent et des limites, utilisable également dans les jardins de taille modeste étant non-invasive et en tout cas facilement contrôlable.

Il nécessite le plein soleil pour une végétation dense, ou tout au plus un léger ombrage, et des sols drainants, fertiles, maintenus constamment humides, bien que, bien enraciné, il parvienne à résister à des périodes de sécheresse.

Fertilisation mensuelle du printemps à l’automne, de préférence en utilisant un produit équilibré contenant des oligo-éléments.

Il peut être cultivé dans de grands récipients pour la décoration d’espaces verts, de jardins d’hiver et d’intérieurs vastes et lumineux, en utilisant un substrat drainant riche en matières organiques maintenu constamment humide, mais sans stagnation.

Les chaumes sont utilisés pour réaliser des meubles, des outils et des objets artisanaux ; les fibres, facilement tirées des parois minces, résistantes et flexibles, peuvent être tissées et tressées pour différents usages.

Les sécrétions siliceuses recueillies aux entrenœuds (connu dans la pharmacopée en tant que “Concretio silicea bambusae”) sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise contre les convulsions infantiles. Des études en laboratoire ont mis en évidence dans les extraits de feuilles de nombreux composés bioactifs aux propriétés antioxydantes dignes d’investigations ultérieures pour une utilisation éventuelle en médecine.

Synonymes : Bambusa textilis var. glabra McClure (1940) ; Bambusa textilis var. gracilis McClure (1940) ; Bambusa textilis var. maculata McClure (1940) ; Bambusa textilis var. pubescens B.M.Yang (1985) ; Bambusa textilis var. purpurascens N.H.Xia (1985) ; Bambusa minutiligulata W.T.Lin & Z.M.Wu (1992) ; Bambusa annulata W.T.Lin & Z.J.Feng (1993) ; Bambusa glaucescens var. annulata (W.T.Lin & Z.J.Feng) N.H.Xia (1993) ; Bambusa varioaurita W.T.Lin & Z.J.Feng (1993) ; Bambusa textilis f. purpurascens (N.H.Xia) T.P.Yi (1997) ; Bambusa textilis f. maculata (McClure) T.P. Yi (2007).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des POACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-202-2_bambusa_textilis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants