Bambusa tulda

Famille : Poaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 301.3 ko
Originaire du sud-est asiatique Bambusa tulda dépasse les 22 m de haut avec des chaumes de 10 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Assam, du Bangladesh, de Chine (Yunnan), d’Himalaya, d’Inde, du Laos, de Birmanie, du Népal, de Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts humides semi décidues, souvent le long des cours d’eau, jusqu’à environ 1500 m d’altitude.

Le nom de genre dérive du nom local malais “bambu” ; le nom spécifique est celui local, tulda bans, en bengla.

Noms communs : Bengal bamboo, common bamboo of Bengal, spineless indian bamboo (anglais) ; basini bans, tulda bans (bengla) ; deo-bans, thaik-wa (birman) ; fu zhu (chinois) ; peka bans (hindi) ; bong (laotien) ; kada bans, singhane bans (népalais) ; koraincho bans (Sikkim) ; mai-bong, phai-bong, wae cho wa (thaï).

Bambusa tulda Roxb. (1832) est une espèce pérenne rhizomateuse, inerme, à feuilles persistantes ou caduques en période de sécheresse, formant des touffes denses aux tiges (chaumes) dressées, à l’apex légèrement incurvé, de 6 à 22 m de hauteur, de 5 à 10 cm de diamètre et à l’entre-nœud de 35 à 60 cm, de couleur verte initialement recouvertes d’une pruine blanche ; souvent, les inter-nœuds inférieurs ont 2 ou 3 rayures jaune pâle.

Un anneau de duvet blanchâtre est présent sur les nœuds, les basaux sont en outre dotés de courtes racines aériennes.

Les chaumes, creux entre les nœuds et aux parois épaisses, sont initialement protégés par des bractées trapézoïdales caduques, longues de 15 à 25 cm et larges de 16 à 28 cm, coriaces, couvertes de poils bruns hérissés.

Ramifications à partir du quatrième nœud, nombreuses, les trois centrales plus longues que les autres, chacune avec de 6 à 10 feuilles alternes, distiques, linéaires lancéolées à l’apex longuement pointu, de 10 à 25 cm de long et 2 à 4 cm de large, de couleur vert intense au-dessus, grisâtres et velues en-dessous.

La floraison, en règle générale grégaire (floraison simultanée, partout dans le monde, de toutes les touffes ayant la même origine, même plusieurs générations auparavant), se produit sur les plantes âgées de nombreuses années, entre 25 et 60 ans, avec une grande inflorescence en panicule dépourvue de feuilles avec de 3 à 5 épillets aux nœuds, longs de 2,5 à 8 cm, portant de 4 à 6 fleurs fertiles ; après la fructification la plante meurt.

JPEG - 123.4 ko
Les chaumes sont utilisés pour les échafaudages. Pousses comestibles et vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les fruits sont des caryopses oblongs, d’environ 8 mm de long, à l’apex hirsute.

Il se reproduit par graines, lorsqu’elles sont disponibles, qui ont un pouvoir germinatif de courte durée, 1 à 2 mois si elles ne sont pas conservées correctement, dans un terreau organique drainant maintenu constamment humide à une température de 22-24 °C, avec un temps de germination de 1 à 3 semaines.

Habituellement, on a recours à la division, en extrayant une portion de rhizome avec au moins 3 chaumes, coupés au-dessus du premier nœud, et au bouturage en été, en utilisant une portion de chaume d’un an avec 2 ou 3 nœuds.

Les nouvelles plantes ainsi obtenues sont d’abord placées dans un environnement légèrement ombragé et avec une humidité atmosphérique élevée jusqu’à ce qu’elles soient bien enracinées.

Espèce à croissance rapide, atteignant, dans les meilleures conditions, une hauteur proche du maximum en environ un mois, non-invasive, très utile pour les populations locales et avec des caractéristiques décoratives remarquables, tant en touffes isolées qu’en haies et en barrières coupe-vent et anti-bruit, cultivable dans les régions aux climats tropicaux, subtropicaux et tempérés chauds, où elle peut résister à des températures allant jusqu’à -5 ° C pendant une courte période.

Elle nécessite le plein soleil, pour croître au mieux, ou un léger ombrage, et des sols fertiles, drainants, acides ou neutres, maintenus constamment humides, bien qu’elle puisse supporter, bien enracinée, des périodes de sécheresse avec une éventuelle perte de feuilles.

Les chaumes, à la résistance mécanique élevée et durables, sont largement utilisés, après une maturation dans l’eau pendant quelques semaines suivie d’un séchage au soleil, dans la construction civile, la réalisation d’échafaudages, de ponts, de clôtures, de fenêtres, de meubles, d’outils, d’ustensiles de pêche et d’objets artisanaux ; ils sont également utilisés dans l’industrie du papier, en particulier en Inde, et comme combustible. Les jeunes pousses, à la saveur légèrement amère, sont utilisées dans différents plats locaux typiques et les feuilles comme fourrage pour les animaux. Ils revêtent enfin également une grande importance dans les cérémonies religieuses et dans la médecine traditionnelle.

Synonymes : Dendrocalamus tulda Voigt (1845) ; Bambusa macala Buch.-Han. ex Munro (1868) ; Bambusa trigyna Roxb. ex Munro (1868).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des POACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-203-1_bambusa_tulda
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants