Banksia coccinea

Famille : Proteaceae

Texte © Pietro Puccio

GIF - 5.7 ko

 

Traduction en français par Marie Malo

 

 

JPEG - 93.7 ko
Pour ses spectaculaires inflorescences, Banksia coccinea est aussi cultivée comme fleur coupée © Mazza

L’espèce est originaire du sud-ouest de l’Australie, entre les villes d’Albany et de Espérance, où elle pousse dans les forêts côtières sur des sols profonds et sableux.

Le genre honore le botaniste et naturaliste Joseph Banks (1743-1820) qui a participé à l’expédition scientifique (1768-1771) du Capitaine James Cook sur l’Endeavour ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin ‘coccineus,a,um’ = écarlate, et fait référence à la couleur des fleurs. Noms communs : Albany banksia, scarlet banksia, waratah banksia (anglais).

Le Banksia coccinea R.Br. (1811) est un arbuste ou un petit arbre érigé, sempervirent, mesurant jusqu’à 8 m de haut, bien qu’en culture il soit plus petit, avec une écorce grisâtre et des branches tomenteuses.

Les feuilles, sur un pétiole d’environ 0.5 cm de long, sont alternes, obovale-cunéiformes ou oblongues avec un sommet tronqué et des bords dentés ; elles font 3 à 9 cm de long et 2-7 cm de large, vertes sur les dessus et blanc grisâtre sur le dessous.

Les inflorescences terminales et érigées sont cylindriques, de 4-8 cm de long et environ 8 cm de diamètre, portant de nombreuses fleurs alignées verticalement avec des corolles gris pâle, velues à l’extérieur, de 3 cm de long et avec un style écarlate enroulé horizontalement avant l’ouverture, puis détendu faisant 4-5 cm de long. Les fruits sont des follicules ligneux, ellipsoïdes, tomenteux, d’environ 0.7 cm de long. Cette plante se reproduit par graines, sans prétraitement particulier, et prend 2 à 8 semaines à germer et 4 à 5 ans pour la première floraison ; les graines sont à placer dans un terreau sableux maintenu humide jusqu’à la germination, en utilisant de préférences des contenants individuels car cette plante est assez sensible à la transplantation. La reproduction par bouture est assez difficile.

C’est l’une des plus cultivées des Banksia pour des fins ornementales, pour son feuillage et aussi pour son inflorescence très voyante ; elle pousse bien dans les climats de type méditerranéen avec des hivers doux et des étés longs et secs ; elle supporte des températures allant jusqu’à -4°C pendant de très courtes périodes, et si elle est bien enracinée, elle peut résister à de longues périodes de sécheresse.

Elle nécessite le plein soleil ou une ombre partielle, et des sols même pauvres à condition qu’ils soient bien drainés, sableux, acides et avec des faibles niveaux de phosphore ; il faut donc éviter l’utilisation d’engrais qui contiennent phosphore. Elle est particulièrement sensible au pourrissement des racines causé par Phytophthora cinnamomi, dans les endroits humides et les zones avec beaucoup de précipitations estivales.

Elle ne résiste pas bien au feu, n’ayant pas de lignotuber, cette partie supérieure de la racine, épaissie et lignifiée, qui permet à la plante de se régénérer après un incendie. Elle est très utilisée pour ses fleurs coupées dans les compositions florales et pour cette raison est très largement cultivée ; ses fleurs fraiches ou sèches sont exportées.

Synonymes : Banksia purpurea Schnizl. (1849) ; Sirmuellera coccinea Kuntze (1891).

 

→ Voir aussi l’article sur le genre Banksia.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PROTEACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_B-100-1_Banksia_coccinea
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants