Banksia praemorsa

Famille : Proteaceae

Texte © Pietro Puccio

GIF - 5.7 ko

 

Traduction en français par Marie Malo

 

 

JPEG - 110.4 ko
Les inflorescences de Banksia praemorsa atteignent 30 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du sud ouest de l’Australie, où elle pousse sur les dunes près de la ville d’Albany.

Le genre honore le botaniste et naturaliste Joseph Banks (1743-1820) qui a participé à l’expédition scientifique du Capitaine James Cook sur l’Endeavour (1768-1771) ; le nom de l’espèce est le participe passé du verbe latin « praemordeo » = mordant à la pointe, en référence à l’aspect des extrémités des feuilles.

Nom commun : cut-leaf banksia ( anglais)

Banksia praemorsa Andrews (1802) est un arbuste sempervirent très ramifié et compacte, mesurant jusqu’à 4 m de haut, avec de jeunes branches tomenteuses.

Les feuilles, sur un pétiole d’environ 0.5 cm, sont rigides, oblongues avec une base cunéiforme, mesurant 3-6 cm de long et 1-2 cm de large, avec des bords dentelés dans la partie supérieure, entière dans la partie inférieure, et avec un sommet tronqué ; elles sont d’un vert intense sur le dessus et blanchâtres dessous.

Les inflorescences sont terminales, cylindriques, mesurant 10-32 cm de long et faisant 10 cm de diamètre, portant une multitude de fleurs en paires, avec un périanthe tubulaire et filiforme de 3-4 cm de long et d’une couleur rouge vin ou jaune verdâtre, et divisées dans la seconde moitié en quatre segments, avec un style filiforme un peu plus long.

Les fruits sont des follicules ligneux ellipsoïdes d’environ 2 cm de long et 1 cm de large, dont les ouvertures et la conséquente libération des graines sont généralement causées par les incendies périodiques qui ont lieu dans cette région. Elle se reproduit par graines sans prétraitement particulier ; celles-ci mettent 4 à 10 semaines à germer à une température de 18-22 °C, et les plants doivent être placés dans un terreau sablonneux maintenu humide jusqu’à la germination, en utilisant de préférence des contenants individuels, les plantes étant plutôt sensibles à la transplantation ; la reproduction par boutures est assez difficile.

D’un aspect ornemental assez spectaculaire grâce à un feuillage et de grandes inflorescences perdurant dans le temps, cette plante nécessite un climat de type méditerranéen avec des hivers doux et de long étés secs ; dans des conditions sèches elle supporte des températures allant jusqu’à -4 °C durant une très courte période ; elle résiste au vent, aux embruns marins, et si bien enracinée, à des périodes de sécheresse.

On peut la cultiver en plein soleil sur des sols même pauvres, à condition qu’ils soient bien drainés, de préférence sablonneux, acides, neutres ou légèrement alcalins et avec des niveaux de phosphore faibles ; de ce fait, il faut éviter l’utilisation de fertilisants en contenant.

Elle est idéale pour les jardins de type méditerranéens, comme spécimen isolé ou pour des haies, également comme brise-vent ; on peut aussi la cultiver dans des zones avec des étés humides, contrairement à d’autres espèces venant de l’Australie occidentale.

Des tailles légères peuvent s’avérer utiles pour obtenir une forme plus compacte et doivent être effectuées dans la partie où les branches ont des feuilles, car elles ne se ramifieraient pas en-dessous. Elle ne résiste pas aux incendies, n’ayant pas de lignotuber, cette partie de la racine épaissie et lignifiée, qui permet à la plante de se régénérer après les incendies. Les inflorescences sont de longue durée, même une fois coupées et sont donc bien adaptées pour être utilisées dans les arrangements floraux.

Synonymes : Banksia marcescens R.Br. (1811).

 

→ Voir aussi l’article sur le genre Banksia.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PROTEACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_B-103-1_Banksia_praemorsa
_B-103-10_Banksia_praemorsa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants