Barringtonia calyptrata

Famille : Lecythidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 339 ko
Barringtonia calyptrata est originaire d’Australie, des îles Aru et de Nouvelle-Guinée © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland), des îles Aru et de Nouvelle-Guinée où elle vit dans les forêts pluviales côtières, souvent le long des rives des cours d’eau, à basse altitude.

Le genre est dédié à l’avocat et naturaliste anglais Daines Barrington (1727-1800) ; le nom spécifique est l’adjectif latin “calyptratus, a, um” = doté de calyptre, sorte de voile avec lequel les femmes se couvraient la tête, dérivé du nom grec "καλύπτρα" (calyptra) = voile, capuchon, en référence au calice.

Noms communs : Australian barringtonia, blue-fruited barringtonia, cassowary pine, china pine, corned-beef wood, mango pine (anglais) ; tufan (îles Aru).

Barringtonia calyptrata (Miers) R.Br. ex Benth. (1907) est un arbre décidu pendant une courte période, haut de 10 à 30 m, à l’écorce gris-brun fissurée verticalement et aux feuilles regroupées à l’extrémité des branches, simples, ovales-oblongues à l’apex obtus et aux marges entières, de 12 à 35 cm de longueur et de 5 à 12 cm de largeur, de couleur vert foncé brillant au-dessus, vert pâle en-dessous, coriaces.

Longues inflorescences pendantes portant de nombreuses fleurs sessiles ou subsessiles hermaphrodites au calice initialement entier, qui se divise à l’ouverture en lobes pointus ou plus souvent en s’ouvrant le long d’une circonférence et en détachant la partie supérieure en forme de capuchon (calyptre). Corolle, d’environ 2,5 cm de diamètre, à 4 pétales oblongs à apex pointu, de 1 à 2 cm de long et 0,5 cm de large, de couleur blanche ou crème, nombreuses, plus d’une centaine, étamines de couleur blanche, longues de 2,5 cm, et style de la même longueur. Les fleurs, riches en nectar, émettent au crépuscule une odeur de moisi et de miel qui attire les chauves-souris, les oiseaux nectarivores et les insectes qui se chargent de la pollinisation.

Les fruits sont des drupes oblongues charnues, de 5 à 9 cm de long et de 2,5 à 5 cm de diamètre, toxiques, de couleur bleuâtre à maturité et à l’odeur de mangue (d’où lui vient l’un de ses noms communs), ne contenant qu’une seule graine ; les fruits ne sont consommés que par les casoars (cassowaries en anglais, qui est à l’origine d’un autre de ses noms communs).

Il se reproduit par graines, qui devront être plantées dès qu’elles sont retirées du fruit en raison de la très courte durée de la germinabilité, dans un terreau organique drainant maintenu humide à une température de 24 à 26 °C.

JPEG - 263.1 ko
Dans les forêts pluviales côtières, où il pousse souvent le long des berges des cours d’eau, il peut atteindre 30 m de haut. Les longues inflorescences pendantes sont riches en nectar et émettent au crépuscule une odeur de moisi et de miel qui attire les chauves-souris, les oiseaux et les insectes qui se chargent de la pollinisation © Giuseppe Mazza

Arbre au feuillage luxuriant et aux longues inflorescences attrayantes cultivé dans les régions au climat tropical et subtropicale humide comme plante ornementale dans les parcs et les grands jardins et comme arbre de rue.

Il exige le plein soleil et n’est pas particulièrement regardant sur le type de sol, de légèrement acide à légèrement alcalin, de préférence maintenue constamment humide, bien qu’il puisse supporter des périodes de sécheresse, mais au prix d’une croissance moins vigoureuse. Le bois clair, doux, de bonne qualité, rappelant celui des Pinacées d’où plusieurs noms communs, a diverses utilisations au niveau local, tandis que de l’écorce on extrait des fibres résistantes.

JPEG - 261 ko
Les fruits, de 5 à 9 cm de long sont toxiques. Bleuâtres à maturité, à odeur de mangue, ils ne sont consommés que par les casoars. Graines et écorce sont utilisées par les aborigènes pour étourdir les poissons et en faciliter la capture. Les décoctions de feuilles et d’écorce sont employées contre les douleurs thoraciques et la fièvre © Giuseppe Mazza

Graines et écorce sont utilisées par les aborigènes pour étourdir les poissons et faciliter leur capture, tandis que les décoctions de feuilles et d’écorce sont employées contre les douleurs thoraciques et dans les états fébriles.

Synonymes : Butonica calyptrata Miers (1875) ; Michelia calyptrata (Miers) Kuntze (1891) ; Huttum calyptratum (Miers) Britten (1901) ; Barringtonia flava Lauterb. (1910).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LECYTHIDACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-207-3_barringtonia_calyptrata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants