Brassavola cucullata

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Béatrice Udé

 

 

JPEG - 49.3 ko
La Brassavola cucullata se cultive assez facilement © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’une grande partie de l’Amérique tropicale (Antilles vénézuéliennes, Belize, Colombie, Le Salvador, Guatemala, Guyane, Guyane française, Honduras, Les îles sous le vent, Mexique, Nicaragua, Panama, République dominicaine, Surinam, Trinidad et Tobago et Venezuela) où elle vit dans les forêts pluviales généralement vers 500 m d’altitude, même si on peut la trouver jusqu’à 1 800 m.

Le nom de genre est dédié au médecin et botanique italien Antonio Musa Brassavola (1500-1555). Le nom d’espèce dérive du terme latin « cucullus » = capuche, donc encapuchonnée, en référence à la forme du labellum.

Brassavola cucullata (L.) R.Br. (1813) est une espèce épiphyte avec des pseudobulbes sur un court rhizome traçant, à demi érigés ou pendants, cylindriques, longs d’environ 20 cm au maximum et larges d’environ 0,3 cm, recouverts de gaines tubulaires membraneuses blanches, portant à l’apex une feuille persistante solitaire, rigide, presque cylindrique, longue de 18 à 35 cm et large de 0,5 à 0,7 cm.

L’inflorescence poussant à la base de la feuille sur un court pédoncule, 1 à 2 cm, porte 1 à 3 fleurs sur une tige (pédicelle) particulièrement longue , 15 à 22 cm, possédant des sépales et des pétales de couleur blanche à jaune pâle ombré de brun-rouge, plus ou moins intense, sur le dos ainsi qu’un labellum blanc.

Les sépales sont linéaires-lancéolés, affinés à l’extrémité, longs de 7 à 12 cm et larges de 0,6 à 0,8 cm, retombants. Les pétales sont similaires mais de largeur inférieure, environ 0,4 mm. Le labellum, long de 6 à 9 cm et large de 1,5 à 2,5 cm, est cordé à la base, trilobé, avec les lobes latéraux dentelés sur les marges et le lobe central longuement acuminé. Les fleurs, qui s’ouvrent en été-automne pendant 3 à 5 semaines, dégagent un intense parfum la nuit pour attirer les insectes pollinisateurs.

Elle se reproduit par semis, in vitro, et par division, à partir de chaque section pourvue d’au moins 3 à 4 pseudobulbes. Espèce particulièrement attractive et de culture plutôt facile, s’adaptant à diverse situation, comme le démontre sa large aire de répartition d’origine, elle apprécie un climat tempéré à chaud avec des températures nocturnes minimales de 13 à 15 °C même si elle peut résister sur de brèves périodes à des chutes de température de quelques degrés, ainsi que des températures journalières de 20 à 30 °C, bien qu’elle soit en mesure de supporter des températures supérieures.

Elle nécessite une luminosité élevée ainsi que quelques heures de soleil direct en matinée et/ou fin d’après-midi, une humidité de 60-80%, et une bonne ventilation constante. Durant la période de pousse des pseudobulbes, les arrosages doivent être réguliers et abondants, mais quelquefois plus distants pour permettre aux racines de sécher complètement. Après la floraison, l’arrosage doit être diminué afin de permettre une brève période de repos, tout en évitant le dessèchement des feuilles. Pour l’arrosage et la brumisation, il faut utiliser de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée. L’engrais, distribué de façon à éviter l’accumulation de sels, pendant le période végétative, doit être de préférence composé de produits balancés hydrosolubles, avec des micro-éléments, et dilué à la moitié, voire moins, de la dose indiquée par le fabriquant.

Soit pour un port retombant, soit pour éviter une eau stagnante (ce à quoi elle est particulièrement sensible), il est préférable de l’installer sur de l’écorce, des troncs, du liège ou des racines de fougères arborescentes ou au pire dans des petits paniers avec un compost très drainant et aéré, qui peut être constitué de fragments d’écorce de taille moyenne. Elle n’aime pas être perturbée, aussi les rempotages et les déplacements ne seront effectués que si strictement nécessaire.

L’espèce est inscrite à l’appendice II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonimes : Epidendrum cucullatum L. (1763) ; Cymbidium cucullatum (L.) Sw. (1799) ; Brassavola cuspidata Hook. (1839) ; Brassavola appendiculata A.Rich. & Galeotti (1845) ; Brassavola odoratissima Regel (1852) ; Bletia cucullata (L.) Rchb.f. (1862).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_B-157-1_Brassavola_cucullata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants