Bulbophyllum digoelense

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 60.7 ko
Bulbophyllum digoelense est une épiphyte de Nouvelle-Guinée à pseudobulbes ovoïdes d’environ 2 cm et à feuilles longues de 16 cm, poussant à 2-5 cm de distance sur un rhizome rampant radicant aux nœuds © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Nouvelle-Guinée où elle pousse épiphyte dans les forêts humides à basse altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs “βολβός” (bolbos) = bulbe et “φύλλον” (phyllon) = feuille, en référence à la feuille poussant à l’apex des pseudobulbes ; le nom spécifique latin se réfère à la ville près de la rivière Digul (en néerlandais Digoel) où a été trouvée l’espèce type. Bulbophyllum digoelense J.J.Sm. (1911) est une espèce épiphyte à pseudobulbes ovoïdes, d’environ 2 cm de long, espacés de 2 à 5 cm sur un rhizome rampant radicant au niveau des nœuds, pourvus à l’apex d’une feuille oblongue de 14 à 16 cm de longueur et environ 3 cm de largeur, coriace, de couleur vert intense et brillante sur la face supérieure.

Inflorescence de la base des pseudobulbes, longues de 30 à 50 cm, portant des fleurs pendantes, de 5 à 6 cm de diamètre, s’ouvrant successivement les unes après les autres pour une longue période.

Sépales lancéolés à apex longuement pointu, de couleur blanchâtre marbrée de pourpre, longs de 3 à 3,6 cm, pétales quadrangulaires tridentés d’environ 1 cm de longueur, à la dent centrale longue et filiforme, labelle trilobé long de 2,7 cm aux lobes latéraux minuscules et au lobe médian lancéolé à apex longuement pointu, sillonné longitudinalement de couleur pourpre foncé, verruqueux. La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division à partir de chaque section pourvue d’au moins 3 ou 4 pseudobulbes. Bulbophyllum qui se caractérise par des fleurs grandes par rapport à la plante, produites en succession pendant des mois, nécessitant une exposition semi-ombragée, des températures moyennes à élevées, de 22 à 32 °C en été, légèrement plus fraîches en hiver, avec des minimas nocturnes non inférieurs à 14 °C, une humidité élevée, de 70 à 85 %, et de l’air en mouvement constant.

Les arrosages devront être fréquents en été, plus réduits en hiver, en laissant partiellement sécher le substrat avant d’arroser à nouveau, en utilisant de l’eau de pluie, de l’eau déminéralisée ou osmosée.

Fertilisation hebdomadaire en été, mensuelle en hiver, avec un produit équilibré hydrosoluble, contenant des oligoéléments, au quart de la dose mentionnée sur le conditionnement.

JPEG - 66.4 ko
L’inflorescence, longue de 30-50 cm de la base du pseudobulbe, porte des fleurs pendantes de 5-6 cm de diamètre s’épanouissant en succession pour une longue période © Giuseppe Mazza

Cultivable en pots ou en paniers peu profonds et assez larges, pour permettre aux pseudobulbes de se développer librement, sur des fragments d’écorce de calibre moyen-gros et de charbon végétal, avec ajout éventuel de matériaux inertes, tel que du polystyrène, pour une aération optimale des racines. Les rempotages seront effectués, lorsque cela est nécessaire, à la reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-191-1_bulbophyllum_digoelense
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants