Bulbophyllum maxillare

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Béatrice Udé

 

 

JPEG - 60.2 ko
Bulbophyllum maxillare est une épiphyte d’Australie et du Sud Est asiatique © G. Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland), de Bornéo, des Philippines, de Java, des îles Nicobar, des îles Salomon, de Malaisie péninsulaire, de Nouvelle Guinée, de Singapour, du Sulawesi et de Sumatra, où elle pousse de manière épiphyte dans les forêts humides aussi bien en plaine, particulièrement le long des côtes et des rives des rivières, qu’en montagne jusqu’à environ 800 m d’altitude.

Le nom de genre est issu de la contraction des substantifs grecs « βολβός » (bolbos) = bulbe et « φύλλον » (phyllon) = feuille, en référence aux feuilles poussant à l’extrémité des pseudobulbes. Le nom d’espèce est l’adjectif latin « maxillaris » = maxillaire, qui à rapport avec la mâchoire, en référence à la formes des sépales.

Bulbophyllum maxillare (Lindl.) Rchb.f. (1861) est une espèce épiphyte avec des pseudobulbes ovoïdes, cannelés, distants de 2 à 5 cm sur un rhizome traçant, longs de 3 à 4 cm et larges d’environ 0,8 cm, avec à l’apex une seule feuille lancéolée avec un apex pointu, longue de 12 à 15 cm et large de 2 à 2,5 cm, portée par un pétiole de 2 cm.

Les pseudobulbes portent latéralement à leur base une inflorescence mesurant jusqu’à 20 cm présentant une seule fleur avec un sépale dorsal lancéolé à l’apex pointu et aux marges ciliées, long de 2,5 à 3,5 cm et large de 0,4 cm, de couleur rouge pourpre, des sépales latéraux ovalo-lancéolés, légèrement courbes et longuement effilés, longs jusqu’à 6 cm et larges de 0,7 cm, de couleur rouge pourpre avec des marges et un apex jaunâtre, des pétales ovales, courbés, longs de 0,6 cm et larges à la base de 0,2 cm, et un labelle linéaire longuement effilé, long d’environ 0,7 cm, de couleur brun rouge.

Cette espèce se reproduit par graines, in vitro, et par division, avec chaque section comprenant au moins 3 à 4 pseudo- bulbes.

Elle demande une exposition très lumineuse, mais pas au soleil direct, sauf éventuellement aux premières heures du matin, des températures moyennes à hautes, 22 à 36 °C en été, 15 à 26 °C en hiver, une humidité constante élevée, 70 à 90%, avec l’air en mouvement permanent. Les arrosages doivent être fréquents durant la période végétative, plus espacés en hiver, mais sans laisser sécher complètement le substrat. Pour les arrosages et les brumisations, il faut utiliser de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée. L’engrais, opportunément distribué en fonction de l’état végétatif de la plante et alterné, de façon à éviter l’accumulation de sels aux racines, doit de préférence être un produit équilibré hydrosoluble, contenant des oligoéléments et distribué au quart de la dose conseillée sur l’emballage. Elle peut être installée sur des radeaux de racines de fougères arborescentes ou plantée dans des pots ou des paniers, eux aussi suspendus, plutôt larges pour permettre aux rhizomes de s’allonger librement, avec un substrat particulièrement aéré et drainant qui peut être constitué d’écorces de taille moyenne additionnées de billes d’argile ainsi que de fragments de charbon de bois et éventuellement de sphaignes pour maintenir une humidité élevée si l’air ambiant est plutôt sec. Les rempotages doivent être effectués seulement si ils sont strictement nécessaires, à la reprise végétative, signalée par l’apparition de nouvelles racines.

L’espèce est inscrite à l’appendice II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Ephippium ciliatum Blume (1825) ; Cirrhopetalum blumei Lindl. (1830) ; Cirrhopetalum maxillare Lindl. (1843) ; Bulbophyllum cuspidilingue Rchb.f. (1861) ; Phyllorchis maxillaris (Rchb. f.) Kuntze (1891) ; Phyllorkis blumei Kuntze (1891) ; Phyllorkis maxillaris (Lindl.) Kuntze (1891) ; Bulbophyllum masdevalliaceum Kraenzl. (1904) ; Bulbophyllum blumei (Kuntze) J.J.Sm. (1905) ; Bulbophyllum ephippium Ridl. (1907) ; Ephippium masdevalliaceum (Kraenzl.) M.A.Clem. & D.L.Jones (2002).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/b-174-1_bulbophyllum_maxillare
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants