Burchellia bubalina

Famille : Rubiaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

Burchellia bubalina (L.f.) Sims (1822) est originaire d’Afrique du Sud (Natal, Province du Cap, Swaziland et territoire de l’ex Transvaal), où il pousse principalement dans les forêts sempervirentes, ou à l’orée de celles-ci, dans les zones montagneuses ou de plaine caractérisées par de fortes précipitations.

Le genre est dédié au naturaliste et explorateur anglais William John Burchell (1781-1863) ; le nom spécifique dérive du latin “bubalus” = de bœuf, bovin, en référence probable aux lobes du calice en forme de corne.

Noms communs : “wildegranaat” (afrikaans) ; “wild pomegranate”, “buffalo wood”, “buffalo horn” (anglais) ; “wilder granatapfel”, “afrikanischer granatapfel” (allemand).

Arbuste ou petit arbre à croissance lente, sempervirent, au bois particulièrement dur, avec des spécimens qui, dans la nature, atteignent parfois une hauteur de 8-10 m, mais qui généralement se maintient beaucoup plus bas (2-4 m), aux feuilles ovales coriaces et brillantes, de couleur vert foncé, longues de 6-16 cm et larges de 3-8 cm largeur. Les inflorescences sont terminales, aux nombreuses fleurs tubulaires, longues d’environ 25 mm, de couleur rouge vif à orangé et recouvertes d’un fin duvet.

JPEG - 160.7 ko
Espèce arbustive sempervirente sud-africaine à croissance lente, Burchellia bubalina peut parfois atteindre 10 m de hauteur. Fleurs voyantes tubulaires de 25 mm © Giuseppe Mazza

Les fruits, au calice aux lobes caractéristiques, sont des capsules ligneuses longues de 10-15 mm, de couleur brune à maturité, persistant sur la plante pendant longtemps. La reproduction se fait par les graines, qui ont un pouvoir germinatif de courte durée, et par boutures semi-ligneuses à l’automne.

Espèce appréciée par ses caractéristiques décoratives, adaptée même aux petits jardins en raison de ses dimensions réduites, dues à sa croissance lente. Elle peut être cultivée aussi bien en plein soleil que sous une ombre partielle dans les zones au climat tropical, subtropical et tempéré, en prenant soin d’effectuer une irrigation régulière en période sèche ; relativement sensible aux basses températures au stade juvénile, elle peut supporter des abaissements ponctuels de quelques degrés en dessous de 0 °C ; enfin, il faut garder présent à l’esprit, à des fins d’implantation, qu’il s’agit d’une espèce à tendance acidophile.

Synonymes : Lonicera bubalina L.f. (1782) ; Canephora capitata Willd. (1798) ; Cephaelis bubalina (L.f.) Pers. (1805) ; Burchellia capensis R.Br. (1820) ; Burchellia parviflora Lindl. (1825) ; Cinchona capensis Burm. ex DC. (1830) ; Burchellia kraussii Hochst. (1842) ; Burchellia major Heynh. (1846) ; Burchellia speciosa Heynh. (1846) ; Burchellia capensis var. parviflora (Lindl.) Sond. (1865) ; Genipa capensis (R.Br.) Baill. (1880).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des RUBIACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/v_b-68-2_burchellia_bubalina
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants