Cacatua moluccensis

Famille : Cacatuidae

 

GIF - 5.4 ko

 

Texte © D. Sc. Giuliano Russini - Biologiste Zoologiste

 

 

GIF - 5.7 ko

 

Traduction en français par le Prof. Renata Rasia

 

 

JPEG - 26 ko
Avec 50 cm de long et 850-900 g de poids, le Cacatua moluccensis est parmi les plus grands du genre © G. Mazza

Le Cacatoès à huppe rouge ( Cacatua moluccensis - Gmelin 1788 ) appartient à l’ordre des Psittaciformes (Psittaciformes), famille Cacatuidae (Cacatuidae) et genre Cacatua.

Cet oiseau splendide fait partie du groupe dit des cacatoès blancs, pour sa couleur blanche, du corps à la tête, sauf la crête volontairement érectile qui, comme son nom suggère, est saumonée.

Comme les autres membres du genre Cacatua ( soit blancs que noirs ) et les membres du genre Eolophus, même le Cacatoès à huppe rouge est caractérisé par un cri très fort, quasi assourdissant et par une remarquable mobilité qui les rend difficile à élever dans un milieu domestique ; au contraire on ne conseille pas du tout l’achat.

Jusqu’à 1996 la IUCN considérait ce merveilleux oiseau “ espèce vulnérable “. Actuellement on le classe comme “ espèce à risque d’extinction “ présent dans la liste rouge, et elle en protège les populations naturelles de l’Indonésie, grâce aux Species Survival Programs ( SSP ) alors que la CITES en interdit le trafic à des buts commerciaux.

En reculant de quelques dizaines d’années, pendant les années ’70 du XX siècle, en Indonésie cet oiseau était devenu objet du désir des collectionneurs, ou des personnes qui le voulaient comme un objet d’ornement chez elles.

Comme il s’adaptait assez bien à la captivité, malgré des réserves déjà dites pour les milieux domestiques, les éleveurs de l’Indonésie exploitèrent cette occasion pour créer un vrai commerce en bâtissant des fermes d’élevage où ces oiseaux étaient élevés pour la reproduction et la vente à l’étranger de milliers d’exemplaires.

En 1987, l’Indonesian Direction General of Forest Protection and Nature Conservation a interdit l’élevage et l’exportation da Seram ( connue aussi comme Ceram, Seran ou Serang ) île de la province indonésienne de Maluku, dans les îles Moluques.

Malgré cet interdiction, jusqu’à 1990, ces oiseaux étaient encore vendus dans l’île d’ Amboine et dans la ville de Jakarta ( Jakarta ), capitale de l’Indonésie.

Ensuite la population a diminué sans cesse même à cause de l’activité de déboisement présente dans ces régions. Aujourd’hui la population naturelle est estimée par les biologistes zoologues entre 2000 et 8000 unités, bien que avec les exemplaires présents dans les jardins zoologiques grâce à la reproduction , selon quelques auteurs, on arrive à 10.300 oiseaux environ.

Les biologists ornithologues Bowler et Taylor ont démontré que le Cacatua moluccensis est plus fréquent dans le nord-est de l’île de Seram, dans des régions où le braconnage est plus difficile .

Zoogéografie

Endémique de l’Indonésie, notamment dans les îles Moluques, Seram, Amboine, Separua et Haruku.

Ecologie-Biologie

Ce sont des oiseaux à vie surtout arboricole, même s’ils peuvent marcher sur le sol pour cueillir les fruits mûrs tombés dont ils se nourrissent.

Généralement ils colonisent des aires boisées tropicales pluviales.

Leur bec très robuste leur permet de casser la coque des noix brésiliennes, ils se nourrissent aussi de différents type de graines, de figues, bulbes et racines, d’ oignons sauvages et aussi de quelques larves de coléoptère.

En captivité, le régime peut être intégré avec des trognons de chou, choux-fleurs et poivrons, pignes et arachides.

Morphophysiologie

La morphologie est en général similaire à celle des autres espèces du genre Cacatua blancs, comme le Cacatoès de Leadbeater ( Kakatoe leadbeateri le Cacatoès à huppe blanche ( Cacatua alba ), etc.

Ils appartiennent aux représentants les plus grands du genre Cacatua, avec 50 cm de long dont 17 cm représentés par la queue, ils pèsent en moyen 850-900 g.

Les ailes ont une longueur de 31 cm chacune, le bec gris- foncé, recourbé et robuste, le pied zygodactyle.

Aucun dimorphisme sexuel ; mâle et femelle ont la même taille.

Quand ils sont excités, la grande crête couleur saumon peut s’élever volontairement jusqu’à 18 cm de haut ; quand la rage est au maximum ils emmêlent aussi les plumes du cou, du corps jusqu’à celles de la queue.

Ils peuvent vivre jusqu’à 60 ans environ.

En captivité il faut utiliser des volières assez grandes pour qu’ils puissent déployer les ailes et les battre mais pas pour voler, étant donné qu’ils peuvent se faire mal à cause de leurs dimensions.

Ethologie-Biologie Reproductive

Le Cacatoès à huppe rouge vit en nature avec d’autres espèces de cacatoès blancs ; en captivité cette présence en stimule de 75% la prolificité selon des études faites dans plusieurs jardins zoologiques.

Le mâle fait le nid où la femelle pendant la saison de nidification pond 2-4 œufs (il est possible d’avoir deux couvée par an ).

Différemment des autres psittaciformes, le mâle du Cacatoès à huppe rouge se relaye à la femelle et couve généralement le jour.

La couvaison dure 28 jours. Les petits restent dans le nid pour 10-11 semaines, mais en quelques cas jusqu’à 12.

En captivité, les couples auxquels on a donné la possibilité d’élever leurs petits, sont sociables et tranquilles alors que quand on leur interdit l’élevage, ils sont agressifs entre eux.

 

→ Pour des informations générales sur les Psittaciformes voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein des PSITTACIFORMES cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-416-1_Cacatua_moluccensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants