Calocedrus formosana

Famille : Cupressaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 301 ko
Dans les forêts de Taïwan, de 300 à 2.000 m d’altitude, Calocedrus formosana peut dépasser 30 m de haut © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de Taïwan où elle pousse dans les forêts d’arbres sempervirents des parties centrale et septentrionale de l’île, d’environ 300 à 2.000 m d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison de l’adjectif grec "kalos" = beau et du substantif "kédros" = cèdre, nom employé pour un conifère mal défini. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin "formosus, a, um" = de Formose, ancien nom portugais de Taïwan.

Noms communs : Taïwan incense-cedar (anglais), tai wan xiào nan, tai wan cui bai (chinois), cedro-do-incenso-de-taiwan (portugais),

La Calocedrus formosana (Florin) Florin (1956) est un arbre sempervirent monoïque dont la hauteur dépasse 30 m chez les individus âgés et dont la base du tronc peut atteindre un diamètre de 1,5 m, à l’écorce lisse tendant avec l’âge à s’écailler sous forme de bandes et de couleur brun grisâtre à brun rougeâtre et aux rameaux alternes disposés sur un même plan.

Les feuilles sont squamiformes avec un apex pointu, décussées, imbriquées, disposées en verticilles au nombre de 4, de 2 à 5 mm de long et d’environ 2 mm de large.

Les cônes mâles sont solitaires, placés à l’apex des rameaux terminaux, oblongs, d’environ 4 mm de long et 2 mm de large, de couleur rougeâtre tendant vers le marron à maturité, constitués de 8 à 14 microsporophylles (des feuilles modifiées qui portent les sacs polliniques) à l’apex pointu et portant 2 à 4 sacs polliniques. Les cônes femelles sont terminaux, solitaires, oblongs, de 1 à 1,5 cm de long et de 0,5 cm de diamètre et de couleur marron à maturité. Elles ont trois paires d’écailles, dont seule celle du milieu est fertile, et contiennent 1 à 2 graines ovoïdes, à l’apex pointu, aplaties latéralement, de 4 à 6 mm de long et 2 mm de large et dotées de deux ailes inégales dont la plus grande est longue d’environ 1 cm alors que la plus petite se réduit à une courte lamelle.

On reproduit cette plante en semant ses graines dans un terreau organique sableux maintenu humide à la température de 22 à 24 °C.

C’est une espèce presque inconnue en dehors de son aire d’origine. En 2016 elle était essentiellement présente dans des jardins botaniques. Elle mériterait une plus grande diffusion en raison de ses caractéristiques ornementales et de sa capacité d’adaptation à une grande variété de climats, du climat tropical au climat tempéré où elle peut supporter des températures descendant jusqu’à -6 °C à condition qu’elles soient exceptionnelles et de courte durée, et aussi de sols, d’acides à légèrement alcalins, bien qu’elle préfère ceux qui sableux, drainants et maintenus presque constamment humides.

JPEG - 255.7 ko
Peu commune en dehors de son aire d’origine cette belle plante, qui pourrait avoir un avenir horticole dans les climats tempérés, est aujourd’hui sur la "liste rouge" des espèces en danger à cause de l’exploitation de son bois et de la déforestation liée aux activités agricoles. Vertus médicinales et huiles pour la lutte contre les termites © Giuseppe Mazza

Le bois, odorant, de bonne qualité et facile à travailler et à polir, a été utilisé localement pour la construction de bâtiments, la fabrication de meubles et d’objets artisanaux et d’art. Des études en laboratoire ont démonté la présence dans différentes parties de la plante de composés aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Les huiles essentielles extraites des feuilles se sont révélées efficaces contre les termites et représentent ainsi une alternative biologique aux produits chimiques.

À cause de son exploitation excessive et de la réduction des zones forestières due à l’expansion de l’agriculture sa présence se limite désormais à un petit nombre de zones isolées. Pour cette raison elle a été inscrite dans la liste rouge de l’IUCN ( International Union for Conservation of Nature) parmi les espèces en très grand danger d’extinction dans un très proche avenir (Endangered).

Synonymes : Libocedrus formosana Florin (1930) ; Libocedrus macrolepis var. formosana (Florin) Kudô (1931) ; Heyderia formosana (Florin) H.L.Li (1953) ; Calocedrus macrolepis var. formosana (Florin) W.C.Cheng & L.K.Fu (1978).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CUPRESSACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-595-1_calocedrus_formosana
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants