Carallia brachiata

Famille : Rhizophoraceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 266.3 ko
La Carilla brachiosa est un arbre sempervirent très ramifié qui peut atteindre 30 m de haut dans les forêts humides souvent marécageuses qui vont de Madagascar à l’Inde et jusqu’à l’Australie © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Australie (Australie occidentale, Queensland et Territoire du Nord), du Bhoutan, du Cambodge, de la Chine (Fujian, Guangdong, Guangxi, Hainan et Yunnan), des Philippines, de l’Inde, de l’Indonésie, des îles Salomon, du Laos, de Madagascar, de la Malaisie, du Myanmar, du Népal, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de la Thaïlande et du Vietnam où elle vit dans les forêts humides, souvent à proximité des marais et des cours d’eau, depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 1.500 m d’altitude.

Le nom du genre vient de "karalli" qui est le nom donné à l’une de ses espèces en langue télougou. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin "brachiatus, a,um" = ramifié.

Noms communs : corkwood, corkybark, freshwater mangrove (anglais), kanthekera (assamais), kierpa (bengali), maniauga (birman), ngo shen muk, nik nga tsai (chinois), dom-trameng, tromeng (khmer), bong nang, halay (laotien), varanga (malayalam), kesinga, meransi, sisek puyu (malais), amparimamy, farimamy (malgache), panasi (marathi), kathe kera (népalais), anosep, bakawan gubat, bakhaw bukid, malabakhaw, sigiran (tagalog), chiang phra nang ae, to tsai (thaïlandais).

La Carallia brachiata (Lour.) Merr. (1919) est un arbre sempervirent très ramifié, de 10 à 30 m de haut, au tronc cylindrique de 25 à 50 cm de diamètre à sa base, à l’écorce grisâtre, lisse chez les individus jeunes et fissurée chez les plus âgés.

Les feuilles, portées sur un pétiole long d’environ 1 cm, sont simples, opposées, obovées-oblongues avec un apex pointu et un bord entier ou parfois légèrement denté, de 6 à 15 cm de long et de 2 à 8 cm de large, coriaces, de couleur verte et brillantes en partie supérieure. Les stipules ( les appendices situées à la base de la feuille qui ont principalement pour fonction de la protéger pendant sa phase initiale de croissance ) sont lancéolées, caduques et longues de 1,5 à 2 cm.

JPEG - 119 ko
Les fruits, comestibles, sont des baies de 0,5-0,8 cm. Ils ont, comme l’écorce, des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les inflorescences sont axillaires, en forme de cymes compactes, longues de 1 à 6 cm et résineuses, elles portent des fleurs sessiles ou sub-sessiles, hermaphrodites, de 2,5 mm de diamètre qui ont un calice cupuliforme vert à 5 à 7 lobes triangulaires et longs de 3 à 4 mm, une corolle constituée généralement de 5 pétales ( 4 au minimum et 8 au maximum ) blancs, onguiculés, au limbe orbiculaire et au bord irrégulièrement laciné et des étamines dont le nombre est le double de celui des pétales et longs d’environ 2 mm. Les fruits, comestibles, sont des baies sphériques de 0,5 à 0,8 cm de diamètre, de couleur rose à rouge à maturité, brillantes et contenant des graines réniformes ( une en général ou sinon moins de 5 ).

On la reproduit au moyen de ses graines qui doivent être semées rapidement, leur capacité à germer étant de courte durée, dans un terreau organique drainant maintenu humide à la température de 24 à 26 °C, la durée de germination étant de 1 à 3 mois, ou bien par bouturage apical ou encore au moyen des drageons radicaux. Cette espèce est cultivée dans les zones aux climats tropical et subtropical humide, en plein soleil, sauf pendant la phase initiale de croissance où un léger ombrage est utile, et dans des terrains maintenus constamment humides vu qu’ elle est assez sensible à la sécheresse. On la cultive de façon limitée comme plante ornementale, en particulier la variété ’Honiara’ aux branches retombantes ( cf photo ) qui est utilisée sous forme de spécimen isolé ou en groupes dans des parcs et jardins et dans les alignements d’arbres le long des rues car elle s’est révélée résistante à la pollution urbaine.

Le bois, de bonne qualité, facile à travailler et à polir mais peu résistant aux agents atmosphériques est employé dans les parties intérieures des constructions à usage d’habitation, pour la fabrication de meubles, d’ustensiles, d’instruments de musique et d’objets d’art et artisanaux. Il est, de plus, un très bon bois de chauffage et est aussi excellent pour la production de charbon.

Les fruits et l’écorce sont utilisés dans la médecine traditionnelle, en particulier pour les maladies de la bouche et de la gorge.

Synonymes : Diatoma brachiata Lour. (1790) ; Barraldeia madagascariensis DC. (1824) ; Carallia integerrima DC. (1828) ; Petalotoma brachiata (Lour.) DC. (1828) ; Carallia baraldeia Arn. (1838) ; Carallia sinensis Arn. (1838) ; Eugenia cupulifera H. Perrier (1952) ; Carallia madagascariensis (DC.) Tul. (1856).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des RHIZOPHORACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-597-2_carallia_brachiata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants