Caryota obtusa

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 321.1 ko
Originaire des montagnes de Chine, d’Inde, du Laos, du Myanmar et de Thaïlande, Caryota obtusa atteint 15 m de hauteur avec d’énormes feuilles, de grand effet. Hélas, il ne fleurit qu’une fois puis meurt à 15 à 20 ans © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Chine (Yunnan), d’Inde (Arunachal Pradesh, Assam et Manipur), du Laos, du Myanmar (Birmanie) et de Thaïlande, où elle pousse à la lisière des forêts montagneuses humides entre 1200 et 1800 m d’altitude.

Le nom de genre est le substantif latin dérivé du grec "caryota, ae" = date, fruit du palmier ; le nom spécifique est l’adjectif latin “obtusus, a, um” = émoussé, obtus, en référence à la dentelure émoussée de l’apex des folioles.

Noms communs : black trunk palm, fishtail palm, giant fishtail palm, mountain fishtail palm, Thai mountain giant palm (anglais) ; dong zong (Chine) ; bura suwar (Inde) ; tao rang yak, tao rang yak nan, tao rang yak phukha (Thaïlande).

Caryota obtusa Griff. (1845) est une espèce monoïque, monocarpique (qui ne fructifie qu’une seule fois puis meurt), mesurant en culture 10-15 m de hauteur, et plus de 30 m dans la nature, au stipe cylindrique solitaire, de 40-80 cm de diamètre, souvent renflé vers la partie centrale et pourvu à la base d’un cône de racines aériennes à fonction de soutien. Le stipe est de couleur gris clair marqué par les cicatrices foliaires, distantes de 20-30 cm, des feuilles tombées, et recouvert d’une mince pubescence noirâtre à proximité de la cime. Les feuilles, sur un pétiole long de 1-2 m pourvu aux marges de fibres noirâtres, sont bipennées (sauf dans la phase juvénile) à profil triangulaire, longues de 4-6 m et larges de 3 m, avec 18-22 pinnules primaires de chaque côté du rachis, mesurant jusqu’à environ 3 m de longueur avec la partie terminale recourbée vers le bas, et folioles coriaces obliquement cunéiformes, longues de 20-30 cm et larges de 7-12 cm, à apex denté-crénelé. Inflorescences très ramifiées, sur un robuste pédoncule, pendantes, longues de 3-6 m, aux ramifications du premier ordre, produites en séquence du haut vers le bas (basipète), portant des fleurs unisexuelles jaunâtres disposées en triades (une fleur femelle entre deux mâles) ; les fleurs mâles arrivent à maturité avant les fleurs femelles (protérandrie) favorisant la fertilisation croisée. La floraison dure quelques années et une fois achevée la maturation des fruits de l’inflorescence la plus basse, la plante meurt. Fruits globuleux de couleur rougeâtre à maturité, de 2,5-3,5 cm de diamètre, à la pulpe irritant en raison de la présence de cristaux aciculaires d’oxalate de calcium, à manipuler avec précaution et contenant une ou, le plus souvent, deux graines.

La reproduction se fait par les graines, préalablement immergées dans l’eau pendant deux jours, dans un substrat drainant maintenu constamment humide à une température de 26-28 °C, avec des temps de germination de 1-3 mois. Un des palmiers les plus spectaculaires dans l’absolu pour ses feuilles énormes, d’un grand effet en tant que spécimen isolé, mais à la vie plutôt courte, environ 15-20 ans, ne convenant pas par ses dimensions aux jardins petits et moyens et posant beaucoup de problèmes au moment de l’élimination des feuilles et des plantes mortes. Cultivable dans les régions tropicales et subtropicales humides et marginalement tempérées-chaudes, où il peut résister à des températures voisines de - 3 °C pendant une courte durée. Il exige le plein soleil, à l’exception d’un léger ombrage dans la phase juvénile, et des terrains riches, drainants, de légèrement acides à légèrement alcalins, maintenus humides, mais il résiste à de courtes périodes de sécheresse, bien qu’avec une croissance plus lente. La partie centrale du stipe, riche en amidon, est utilisé dans certains endroits comme aliment, en coupant le stipe avant la floraison, ce qui a provoqué une diminution du nombre de spécimens dans la nature.

Synonymes : Caryota obtusidentata Griff. (1850) ; Caryota rumphiana var. indica Becc. (1877) ; Caryota gigas Hahn ex Hodel (1998).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-628-1_caryota_obtusa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants