Centaurium erythraea

Famille : Gentianaceae

 

GIF - 6.2 ko

 

Texte © Eugenio Zanotti

   

GIF - 5.7 ko

 

Traduction en français par Marie Malo

   

JPEG - 95.7 ko
Centaurium erythraea , plante herbacée paléo-tempérée de 10-30 cm de haut © Giuseppe Mazza

Le genre Centaurium comprend une cinquantaine d’espèces dont la petite centaurée commune ( Centaurium erythraea - Rafn,1800 ) présente dans une vaste partie du monde (distribution paléo-tempérée) incluant l’Europe, l’Asie ( en Chine et au nord de l’Inde jusqu’à l’ Himalaya) et l’Afrique du Nord.

Le nom du genre vient du centaure mythologique Chiron, le précepteur d’Achille connu pour ses habiletés à guérir de nombreuses maladies ; l’épithète de l’espèce vient du grec « erythros » = rouge, à cause de la couleur rouge de ses fleurs.

Noms communs : centauro maggiore, erba-china, chironia, biondella (italien) ; common centaury, bitter herb, small centaury (anglais) ; petite centaurée rouge, érythrée petite-centaurée, herbe à la fièvre (français) ; centaurea umbelada, centaurea menor (espagnol) ; Echtes Tausendgüldenkraut, Fieberkraut (allemand).

C’est une plante herbacée avec un cycle annuel ou bisannuel, glabre, de 10-30 (50) cm de haut, avec une fine tige érigée, angulaire dû à des nervures protubérantes presque ailées, simple dans le bas, avec des branches ascendantes dans le haut, et une racine pivotante. Les feuilles basales forme une rosette persistante, et sont obovales, obtuses, atténuées à la base ; les feuilles caulinaires sont opposées, sessiles, ovales ou lancéolées, pointues, décroissantes et entières.

Les fleurs, faisant jusqu’à 1 cm de diamètre, avec des pétales roses, plus ou moins violacés, ovales, avec un sommet obtus, unifiés à la base en un tube, sont en forme d’étoiles et sont réunies dans des corymbes terminaux foliacés. Le calice mesure 4 à 5mm. La floraison a lieu de mai à septembre. Les fruits sont des capsules cylindriques de 2 à 10 mm, qui s’ouvrent à maturité par deux valves libérant de toutes petites graines brunâtres dont la surface est finement réticulée. La plante entière a un fort goût amer.

De cette petite mais élégante et plante polymorphe, plusieurs sous espèces et variétés ont été décrites. D’après Prof. Pignatti (Flora d’Italia : 1982) les espèces tétraploïdes ont réussi à s’étendre amplement dans toute l’Eurasie tempérée et tempérée froide, et, plus récemment, ont été introduites par l’homme en Amérique du Nord.

La petite centaurée commune pousse dans des habitats très différents tels que la vase et les sables humides ( même saumâtres), les chemins ombragés, les pâturages, les prairies rocailleuses, les prés arides, les landes, les fourrés et la garrigue, de la plaine jusqu’à 1500 mètres d’altitude.

C’est une herbe connue et utilisée depuis des temps anciens, appréciée des grecs et des gaulois, et toujours utilisée dans la médecine populaire de nombreuses régions. En italien , elle est connue sous le nom de « biondella » (= petite blonde) dû à la propriété de ses décoctions d’éclaircir les cheveux et les tâches de rousseur.

JPEG - 81.4 ko
Les corymbes roses ou violacées ont des vertus médicinales. Cultivée aussi pour l’industrie des spiritueux © Mazza

Une légende rappelle qu’une guirlande composée de ses fleurs, portée sur la tête durant la nuit de Walpurgis, entre le 30 avril et le 1er mai, protège de l’influence maléfique des sorcières.

Dans plusieurs pays européens (Bulgarie, Hongrie, les pays de l’ex-Yougoslavie) et au Maroc, cette espèce fait l’objet de culture à la fois pour des usages médicinaux et pour l’industrie de spiritueux.

Récoltée pendant la période de pleine floraison (temps balsamique en Juillet), elle contient des glycosides amers (éritaurine, éritrocentaurine, éritramine), une lactone, des flavonoïdes, des tri terpènes, des traces d’alcaloïdes acridiniques, de la pyridine et, de l’acide cérotique , de la phytostérine, de l’inuline, et de l’acide stéarique, de l’acide palmitique, une huile essentielle, des cires, des gommes, des tanins, des sucres, etc.

Ont été prouvée à maintes reprises, ses propriétés bien connues de tonique amer, d’appétissant, d’eupeptique, de stimulant de la sécrétion gastrique, d’activateurs du processus digestif, d’antipyrétique, qui trouvent un emploi dans les cas de digestions difficiles et d’inappétence, particulièrement sous forme d’infusion et de teinture. En usage externe, elle est efficace comme détergent et cicatrisant.

Elle n’est pas recommandée pour les sujets souffrant d’hyperacidité gastrique (hyperchlorhydrie), de gastrite et d’ulcères. En médecine populaire, elle a été pendant longtemps utilisée comme la quinine pour combattre les fièvres de la malaria. L’infusion de centaurée est préparée avec deux grammes de plante séchée dans 150 ml d’eau bouillante pendant 15 minutes, à boire tiède une demi-heure avant les repas.

Infusion apéritive contre l’anorexie

Une cuillérée de sommités fleuries dans une tasse d’eau ; à l’ébullition, retirer du feu et laisser infuser pendant 10 à 12 minutes. Boire une demi-tasse, une demi-heure avant les deux principaux repas, et sucrer selon votre goût.

Vin médicinal apéritif, tonique et digestif

Une poignée de sommités fleuries dans un litre de vin blanc doux liquoreux (par exemple Passito di Pantelleria) ; laisser macérer pendant une semaine et remuer de temps en temps ; filtrer et consommer un verre avant les repas comme apéritif tonique ou après les repas comme digestif.

Synonymes

Centaurium minus Weinm. (1764) ; Centaurium umbellatum Gilib. (1781) ; Centaurium minus Moench (1794) ; Erythraea centaurium (L.) Pers. (1805).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des GENTIANACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_E-72-10_Centaurium_erythraea
_E-72-7_Centaurium_erythraea
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants