Centratherum punctatum

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 150.6 ko
Le Centratherum punctatum est une espèce herbacée pérenne d’environ 70 cm de haut. Décoratif par ses feuilles et sa floraison précoce il est souvent utilisé pour des bordures et comme couvre-sol dans les jardins tropicaux et s’accommode des climats secs comme humides. Capitules élégants de couleur lavande à pourpre d’environ 3,5 cm © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Argentine ( Corrientes et Misiones), de l’Australie ( Nouvelle-Galles du Sud, Queensland et Territoire du Nord), de la Bolivie, du Brésil (Acre, Amazonas, Bahia, Ceara, Espirito Santo, District fédéral, Goias, Maranhao, Mato Grosso, Minas Gerais, Para, Parana, Pernambuco, Piaui, Rio de Janeiro, Santa Catarina et Sao Paulo), de la Colombie, de l’Équateur, des îles Philippines, du Guyana, de la Guyane française, du Panama, du Paraguay, du Pérou et de Trinidad où elle pousse dans des espaces herbeux ouverts et en bordure des forêts depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 1.200 m d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison des substantifs grecs "kentron" = pointe, épine et "ather" = barbe, par allusion, selon certains, aux soies du pappus. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin "punctatus, a, um" = piqueté, par allusion aux minuscules glandes présentes sur les feuilles.

Noms communs : Brazilian button flower, lark daisy, Manaos beauty, porcupine flower, purple flower (anglais), aletria, balainho-de-velho, botao-de-lapela, cravorana, melosa, perpétua-do-mato, perpétua-roxa, perpétua-roxa-do-mato, suspiro-de-cachorro, vassoura-roxa (portugais-Brésil), alcano, chupon, cravo de urubu, margarita, mejorana, siempreviva, verbena, virginia (espagnol).

Le Centratherum punctatum Cass. (1817) est une espèce herbacée pérenne, en général dressée, dont la hauteur peut atteindre 70 cm et qui a une tige cylindrique pubescente se ramifiant en partie haute. Les feuilles, portées sur un court pétiole ailé, sont simples, alternes, ovées à lancéolées, avec des bords dentés et un apex pointu, longues de 2 à 8 cm et larges de 0,8 à 4 cm, piquetées de minuscules glandes transparentes, aromatiques quand elles sont froissées.

Les capitules, ces inflorescences typiques des Compositae, sont terminaux, solitaires, sessiles, subsphériques, d’environ 3,5 cm de diamètre, constitués de 30 à 60 fleurs tubulées (les floscules), hermaphrodites, insérées sur une base discoïdale plane, le réceptacle, entourée d’un involucre hémisphérique de 1 à 2 cm de diamètre constitué de 30 à 50 bractées. Celles qui sont placées à l’extérieur sont larges de 1 à 2 cm, foliacées et recourbées alors que celles qui sont situées à l’intérieur sont larges de 0,6 cm, scarieuses (membraneuses) et spinuleuses. La corolle est infundibuliforme, de couleur lavande à pourpre, longue de 0,8 à 1,4 cm, avec un tube cylindrique et 5 lobes linéaires, à l’apex pointu et longs d’environ 3mm.

Les fruits sont des akènes (ou plus exactement des cypsèles) de couleur marron clair, linéaires, striés, longs de 1 à 2,5 mm, dotés d’un pappus caduc constitué d’écailles filiformes de couleur jaune pâle, longues de 1 à 3 mm, qui facilitent la dispersion par le vent. Cette plante s’auto-dissémine facilement à tel point qu’elle est devenue envahissante dans divers pays tropicaux. On la reproduit facilement en semant ses graines dans un terreau organique drainant maintenu humide à la température de 20 à 22 °C, la première floraison survenant après 3 mois environ. C’est une espèce ornementale, facile à cultiver et qui fleurit longtemps , que l’on peut utiliser pour des bordures et comme couvre-sol dans les jardins des zones au climat tropical et subtropical aussi bien humide que relativement sec.

JPEG - 135.7 ko
Originaire de l’Amérique tropicale et de l’Australie il s’est répandu dans divers pays au climat chaud en devenant souvent invasif. Dans les climats tempérés on peut aussi le cultiver en plein soleil comme annuel. Il s’adapte bien à la culture en pot à condition d’utiliser un substrat particulièrement drainant et riche. Les feuilles, aromatiques quand elle sont froissées, contiennent des composés bioactifs aux propriétés antimicrobiennes et antioxydantes qui pourraient être utilisés en médecine © G. Mazza

Elle a besoin d’une exposition de préférence en plein soleil et d’arrosages modérés et n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol. Elle supporte de courtes périodes de sécheresse mais est sensible aux basses températures. Des valeurs autour de -1 °C détruisent sa partie aérienne alors qu’elle peut résister au niveau des racines jusqu’à environ -3 °C. En dehors des zones tropicales et subtropicales on peut la cultiver comme une plante annuelle étant donné sa floraison précoce. Elle s’adapte bien à la culture en pot à condition d’utiliser un substrat particulièrement drainant et riche en substances organiques et d’effectuer des arrosages réguliers, mais sans rétention d’eau, et des apports d’engrais, au printemps et en été, avec des produits ayant un contenu élevé en phosphore et faible en azote.

Des études en laboratoire ont démontré la présence dans les feuilles de composés bioactifs aux propriétés antimicrobiennes et antioxydantes qui pourraient être utilisés par la médecine.

Synonymes : Spixia violacea Schrank (1819) ; Ampherephis aristata Kunth (1820) ; Ampherephis mutica Kunth (1820) ; Ampherephis intermedia Link (1822) ; Amphibecis violacea (Schrank) Schrank (1824) ; Crantzia ovata Vell. (1827) ; Ampherephis pilosa Cass. (1828) ; Ampherephis pulchella Cass. (1828) ; Centratherum brevispinum Cass. (1828) ; Centratherum longispinum Cass. (1828) ; Centratherum intermedium (Link) Less. (1829) ; Centratherum muticum (Kunth) Less. (1829) ; Centratherum pulchellum (Cass.) Steud. (1840) ; Centratherum brachylepis Sch. Bip. ex Baker (1873) ; Centratherum holtonii Baker (1873) ; Centratherum parviflorum Moric. ex Baker (1873) ; Centratherum punctatum var. parviflorum Baker (1873) ; Baccharoides brachylepis (Sch. Bip. ex Baker) Kuntze (1891) ; Baccharoides holtonii (Baker) Kuntze (1891) ; Baccharoides muticum (Kunth) Kuntze (1891) ; Baccharoides punctatum (Cass.) Kuntze (1891) ; Baccharoides violaceum (Schrank) Kuntze (1891) ; Centratherum aristatum Cass. ex B.D. Jacks. (1895) ; Centratherum punctatum var. foliosum Chodat (1902) ; Centratherum punctatum fo. brachyphyllum Hassl. (1913) ; Centratherum punctatum fo. foliosum (Chodat) Hassl. (1913) ; Centratherum punctatum subsp. camporum Hassl. (1913) ; Centratherum punctatum var. longipes Hassl. (1913) ; Centratherum violaceum (Schrank) Gleason (1922) ; Centratherum punctatum var. viscosissimum Hassl. (1913) ; Centratherum camporum (Hassl.) Malme (1931) ; Centratherum camporum var. longipes (Hassl.) Malme (1931).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-586-1_centratherum_punctatum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants