Cephalopholis miniata

Famille : Serranidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 97.8 ko
Cephalopholis miniata a une splendide livrée rouge orange, aux taches bleues caractéristiques © Giuseppe Mazza

Le beau Mérou rouge ou Vieille de corail ( Cephalopholis miniata - Forsskål, 1775 ), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Serranidae, qui compte 75 genres et plus de 500 espèces.

L’étymologie du genre Cephalopholis vient de "kephale" = tête et de "pholis" = écaille, en référence au fait que l’avant du museau, jusqu’aux narines, est sans écailles.

Le nom de l’espèce miniata = coloré de rouge, en latin, fait référence à la livrée.

Zoogéographie

Il a une large distribution dans les eaux tropicales de l’Océan Indien et du Pacifique occidental.

A titre indicatif, on le trouve de l’Afrique du Sud, Madagascar et les Comores, à la Mer Rouge, aux Seychelles, à l’Île Maurice, à la Réunion et aux Maldives, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande, en Malaisie, aux îles Andaman, en Australie, en Indonésie, en Micronésie, en Nouvelle-Guinée, aux Palaos, aux Philippines, à Taiwan, en Chine, et jusqu’aux îles Ryükyü et Ogasawara, dans la partie méridionale du Japon. A l’est, il a colonisé les Fidji, les Samoa, les Tonga et les Kiribati. Vers le sud, dans le Pacifique, il atteint la Nouvelle-Calédonie.

Écologie-Habitat

Il vit dans les formations coralliennes, souvent sur l’extérieur du récif, jusqu’à 150 m de profondeur.

JPEG - 111.6 ko
Comme pratiquement tous les mérous, c’est une espèce à la croissance lente, trop pêchée © Giuseppe Mazza

Morphophysiologie

Le mérou rouge peut atteindre 50 cm, mais il dépasse rarement 40 cm.

Elancé, il a l’apparence caractéristique des serranidés, avec la mâchoire inférieure plus longue et une grande bouche armée de plusieurs rangées de dents, avec des éléments crochus et caniniformes, sur le devant, afin d’éviter que leurs proies s’échappent.

La nageoire dorsale a 9 rayons épineux et 14 ou 15 rayons mous ; l’anale a 3 rayons épineux et 8 à 9 inermes ; les ventrales sont modestes, la caudale est grande et enroulée, comme les pectorales qui ont 17 ou 18 rayons inermes. Elles sont de couleur unie, rouge orangé, tandis que tous les autres et l’ensemble du corps apparaissent constellés de taches bleu clair caractéristiques.

Chez les jeunes, la couleur de fond est jaune, tandis que chez les spécimens les plus âgés, à partir de l’âge de huit ans, elle tend à devenir rouge foncé.

Éthologie-Biologie reproductive

Le mérou rouge se nourrit presque exclusivement de poissons, en particulier des flamboyants Pseudanthias squamipinnis, , longs d’une douzaine de centimètres, qui virevoltent à longueur de journée parmi les coraux ; mais dans le menu de ce prédateur insatiable entrent également un bon 20% de crustacés et de céphalopodes de passage.

La livrée, extrêmement mimétique en pleine lumière dans le monde bariolé des récifs, l’est également dans les eaux profondes où le rouge devient noir et les spécimens les plus gros bondissent ainsi, à l’improviste, sur les espèces de taille adéquate.

JPEG - 194.6 ko
Cephalopholis miniata en accouplement. Les innombrables œufs fécondés sont abandonnés aux courants © Giuseppe Mazza

Cephalopholis miniata est une espèce vraiment territoriale, protogyne hermaphrodite, c’est-à-dire dont les femelles, dès qu’elles atteignent une certaine taille, peuvent devenir des mâles. Ceux-ci contrôlent une zone plus ou moins vaste, d’environ 500 m², avec un harem de 2 à 12 compagnes (exceptionnellement 20 en Nouvelle-Calédonie !) auxquelles ils assignent, selon une hiérarchie précise, des zones personnelles de chasse.

Les innombrables œufs fécondés sont abandonnés aux courants, mais la croissance est très lente et il faut souvent 14 ans pour doubler les populations décimées par les événements.

Marché aquariologique mis à part, si on ajoute la chasse sous-marine et la pêche à but alimentaire, l’indice de vulnérabilité de l’espèce ne peut être qu’inquiétant. En fait, il a déjà atteint 63 sur une échelle de 100, presque comme notre mérou de Méditerranée Epinephelus marginatus, protégé dans plusieurs Etats, tels que la Principauté de Monaco, pour le triste record de 72 sur 100.

Synonymes

Cephalopholis miniatus - Forsskål, 1775 ; Cephalopolis miniatus - Forsskål, 1775 ; Epinephelus miniatus - Forsskål, 1775 ; Perca miniata - Forsskål, 1775 ; Serranus miniatus - Forsskål, 1775 ; Pomacentrus burdi - Lacepède, 1802 ; Serranus cyanostigmatoides - Bleeker, 1849 ; Cephalopholis maculates - Seale & Bean, 1907 ; Cephalopholis formosanus - Tanaka, 1911 ; Cephalopholis boninius - Jordan & Thompson, 1914.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

_C-125-2_Cephalopholis_miniata
_C-125-9_Cephalopholis_miniata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants