Chamaedorea elegans

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

JPEG - 45.4 ko
Un des palmiers les plus utilisés en décoration intérieure © Giuseppe Mazza

Chamaedorea elegans Mart. (1830) est originaire du Belize, du Guatemala et du Mexique, où il grandit dans les forêts pluvieuses jusqu’à une altitude de 1.400 mètres.

Le nom du genre vient du grec "chamai" = "près du sol », et par extension, "bas", et de "dorea" = "cadeau, don" ; peut-être en référence à la posture basse de la plante. Wildenow, qui a créé le genre en 1806, ne mentionne pas explicitement la signification précise de ce nom. Le nom d’espèce provient du latin "elegans".

Dans les pays d’origine, il est connu comme pacaya, xate, palmilla, palma fina ; dans les pays anglo-saxons, comme good-luck palm, parlour palm, collinia.

Ce palmier présente un stipe solitaire, haut parfois de plus de deux mètres avec un diamètre de 1 à 1,5 cm, dressé, ou incurvé, en particulier chez les vieux spécimens. De couleur verte, le stipe a des anneaux bien évidents, marquant les traces des cicatrices foliaires. Les feuilles sont pennées, longues de 30 à environ 80 cm, avec des pinnules vert foncé, d’une apparence voisine du papier, jusqu’à 30 cm de longueur.

Palmier dioïque (chaque individu porte soit des fleurs mâles soit des fleurs femelles), il présente des inflorescences érigées avec un pédoncule de couleur verte lorsqu’elles sont en floraison, et rouge orangé lorsqu’elles sont en fructification. Les fleurs sont petites, de 3-4 mm et de couleur jaune ; les fruits sont globuleux, d’environ 6 mm de diamètre, de couleur noire. Cette espèce se reproduit par graines, qui mettent de 3-4 mois à germer.

Introduite dans la culture au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, cette espèce est devenue immédiatement très populaire en raison de sa capacité d’adaptation à des endroits peu éclairés, et à sa facilité de culture. Habituellement, elle est commercialisée avec d’autres plantes dans le même pot, en raison d’une apparence plus dense. Elle a été pendant longtemps en compétition avec Howea forsteriana ( Kentia), comme plante pour la décoration intérieure ; ce n’est que dans les années les plus récentes que l’approvisionnement dans ce secteur a commencé à se diversifier. Comme plante extérieure, elle peut être cultivée dans les zones tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, dans une situation ombragée, sur des sols riches en matières organiques et maintenus humides ; elle résiste à des températures aussi basses que -4 °C.

Synonymes : Neanthe bella O.F. Cook (1937) ; Neanthe elegans (Mart.) O.F.Cook (1937) ; Chamaedorea deppeana Klotzsch, (1852) ; Chamaedorea helleriana Klotzsch, (1852) ; Chamaedorea humilis (Liebm. ex Oerst.) Mart., (1849) ; Chamaedorea pulchella Linden, (1887) ; Collinia deppeana Klotzsch, Allg.Gartenzeitung 20 : 362 (1852) ; Collinia elegans (Mart.) Liebm. ex Oerst. (1846) ; Collinia humilis Liebm. ex Oerst. (1846) ; Nunnezharia humilis (Liebm. ex Oerst.) Kuntze, (1891).

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-132-5_Chamaedorea_elegans
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants