Chamaedorea geonomiformis

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire du Belize, du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras et du Mexique (Chiapas, Oaxaca et Vera Cruz) où elle vit dans les sous-bois des forêts humides, sur des sols rocheux principalement calcaires, jusqu’à 1000 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison de l’adverbe grec “χαμαί” (chamai) = sur la terre, au sol, et du substantif “δωρέα” (doréa) = don ; le botaniste allemand Carl Ludwig Willdenow (1765–1812), qui a établi le genre en 1806, n’a pas précisé la signification exacte du nom. Le nom spécifique est la combinaison du nom de genre Geonoma et du suffixe latin “formis” = en forme de, en référence évidente.

Noms communs : necklace palm, necklace Chamaedorea (anglais) ; capuca-capocha (Guatemala) ; pacaya (Honduras).

JPEG - 249.4 ko
Native d’Amérique centrale, Chamaedorea geonomiformis est un petit palmier dioïque aux stipes longs jusqu’à 2 m, de 0,5-1 cm. Les inflorescences mâles ont des fleurs jaunâtres rapprochées. Culture facile © Giuseppe Mazza

Chamaedorea geonomiformis H. Wendl. (1852) est une espèce dioïque très variable au stipe solitaire, dressé ou incliné, mesurant jusqu’à 2 m de hauteur et 0,5-1 cm de diamètre, de couleur verte avec les traces annulaires des feuilles tombées, distantes de 1-2,5 cm, proéminentes, et à racines adventives à la base. Les feuilles, sur un pétiole long de 2-12 cm, sont simples, oblancéolées à apex bifide et à marges légèrement ondulées à crénelées, longues de 10-15 cm et larges de 15-30 cm, coriaces, de couleur vert foncé brillant. La base foliaire tubulaire, ouverte obliquement à l’apex, longue de 4-10 cm, entourant complètement la tige sur une longueur de 2-6 cm, persiste pendant longtemps une fois sèche.

Inflorescences entre les feuilles (interfoliaires), souvent sous les feuilles en fruits, sur un mince pédoncule ascendant, long de 10-20 cm, initialement vert, puis rouge-orangé.

Les inflorescences mâles sont généralement ramifiées, à 2-6 rachillets pendants de couleur jaune clair, rarement en épi, de 15-20 cm de longueur, portant de nombreuses fleurs rapprochées de couleur jaunâtre, d’environ 4 mm de diamètre.

Inflorescences femelles généralement ramifiées, dressées, à 2-3 rachillets, rarement en épi, mesurant jusqu’à 15 cm de longueur, initialement de couleur verte, puis rouge-orangé en fruits, aux fleurs plutôt distantes et légèrement enfoncées dans le rachis, d’environ 2 mm de diamètre, de couleur jaune.

Fruits globuleux de 0,8-1 cm de diamètre, initialement de couleur verte, puis noir bleuâtre à maturité, ne contenant qu’une seule graine globuleuse d’environ 0,7 cm de diamètre.

Il est reproduit à partir des graines placées dans un sol drainant maintenu humide à une température de 26-30 °C, avec des temps de germination à partir de 2-3 mois.

Introduit en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la fois sous le nom de Chamaedorea geonomiformis et de Chamaedorea tenella, il a suscité un intérêt immédiat, comme plante de serre et pour la décoration d’intérieur, pour ses petites dimensions, son feuillage brillant et ses inflorescences ornementales, intérêt qui s’est estompé au fil du temps en raison de l’introduction massive en culture de nouvelles espèces ornementales.

Simultanément s’est accru son utilisation comme plante pour les jardins ombragés, solitaire ou en groupe, dans les zones tropicales, subtropicales et marginalement tempérées chaudes, où il peut résister à des températures allant jusqu’à environ -2 °C pendant de courtes périodes de temps. De culture facile, il n’a pas d’exigences particulières concernant le type de sol, pourvu qu’il soit drainant et maintenu constamment humide.

Synonymes : Chamaedorea humilis hort. ; Chamaedorea fenestrata H.Wendl. (1854) ; Nunnezharia geonomiformis (H.Wendl.) Hook.f. (1874) ; Geonoma fenestrata (H.Wendl.) H.Wendl. (1878) ; Chamaedorea tenella H.Wendl. (1880) ; Nunnezharia tenella (H.Wendl.) Hook.f. (1881) ; Nunnezharia fenestrata (H.Wendl.) Kuntze (1891) ; Nunnezharia humilis Kuntze (1891) ; Geonoma humilis auct. (1904).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-632-1_chamaedorea_geonomiformis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants