Cirrhitichthys falco

Famille : Cirrhitidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 103.8 ko
Petits mais accrocheurs, les mâles de Cirrhitichthys falco possèdent un territoire et un harem © Giuseppe Mazza

Le Poisson-faucon nain ou Poisson-faucon tacheté ( Cirrhitichthys falco - Randall, 1963 ) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la petite famille des Cirrhitidae qui compte 9 genres et 32 espèces.

L’étymologie du genre Cirrhitichthys vient du latin "cirrus" = touffe de cheveux et du grec "ichthus" = poisson, en référence aux petites touffes qu’on peut voir sur les rayons épineux de la nageoire dorsale.

Le nom de l’espèce, falco = faucon en latin, rappelle que ce poisson frétille plus qu’il ne nage et qu’il reste perché pendant des heures comme un rapace, sur les branches des coraux, prêt à fondre sur les proies.

Zoogeographie

Il vit dans les eaux tropicales des Océans Indien et Pacifique. A titre indicatif, on le trouve aux Seychelles, aux Maldives, en Australie, en Indonésie, en Nouvelle Guinée, en Micronésie, aux Palaos, aux Philippines, à Taïwan et dans la partie méridionale du Japon. Dans l’hémisphère Sud, il atteint la Nouvelle Calédonie, les îles Fidji et Samoa et l’archipel des Tonga.

Écologie-Habitat

C’est un animal benthique, élisant domicile dans les formations coralliennes, jusqu’à 40 m de profondeur.

Morphophysiologie

JPEG - 149.2 ko
Mesure 7 cm. Touffes caractéristiques sur le dos et rayons des pectorales libres pour se déplacer parmi les coraux © Giuseppe Mazza

La forme du corps est très semblable à celle de Cirrhitichthys oxycephalus mais il est nettement plus petit, atteignant au maximum 7 cm. Il n’y a ici aussi qu’une seule nageoire dorsale avec 10 rayons épineux, terminés par les petites touffes et 12 rayons mous. La nageoire anale compte 3 rayons épineux et 6 inermes, tandis que les pectorales montrent, comme cela est l’usage chez les poissons-faucons, des rayons longs et épais, libres entre eux, lui servant à se déplacer entre les coraux. La nageoire caudale est plus ou moins tronquée.

La tête, au museau plus allongé que celui d’ oxycephalus, semble presque être un bec, mais elle ne manque pas de dents minuscules, orientées vers l’intérieur, afin de retenir les proies. La livrée mimétique prévoit des taches alignées rouges et brunes avec des bandes plus ou moins verticales de la même couleur. Il n’a pas de vessie, mais elle ne lui servirait à rien, étant donné qu’il passe la plus grande partie de son temps immobile, ne bougeant que les yeux à la recherche d’une proie facile.

Éthologie-Biologie reproductive

Le poisson-faucon nain se nourrit goulument de petits poissons et de petits crustacés. L’espèce est protogyne hermaphrodite : c’est-à-dire que tous les individus naissent femelle, mais ils peuvent ensuite, en vieillissant, changer de sexe. Chaque mâle possède un petit territoire de chasse, qu’il défend vis-à-vis de ses rivaux, laissant uniquement entrer les femelles. Quand il meurt, contrairement à ce qui se passe dans le monde des Amphiprion, c’est ici la plus grosse femelle qui change de sexe et qui, ainsi, hérite du petit harem. Le schéma est cependant moins rigide car, lorsque les effectifs sont nombreux, il peut se faire aussi qu’une femelle impatiente devienne mâle avant l’heure, détrônant par des luttes furieuses, le souverain.

JPEG - 243.1 ko
Maître du mimétisme, il observe les alentours pour fondre, comme un faucon, sur les petits poissons et les petits crustacés de passage. Contrairement à Amphiprion, chez qui les mâles peuvent se transformer en femelles, ici c’est la femelle la plus grande qui, à la mort du souverain, change rapidement de sexe et hérite du harem © Giuseppe Mazza

L’accouplement a lieu, nageoires déployées, avec des bonds spectaculaires allant jusqu’à 60 cm du fond et fécondation à la volée des œufs planctoniques. Étant donné la vaste distribution et le fait qu’il n’a pratiquement pas d’ennemis, l’indice de vulnérabilité de Cirrhitichthys falco est très faible : seulement 10 sur une échelle de 100.

Synonymes

Cirrhitichthys serratus - Randall, 1963.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-430-1_Cirrhitichthys_falco
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants