Cirsium arvense

Famille : Compositae

 

 

Texte © Jean-Marc Reboul

 

 

JPEG - 305.8 ko
Bien qu’il orne souvent nos pâturages alpins, le Cirse des champs est une adventice d’origine eurasiatique © Giuseppe Mazza

Le Cirse des champs ( Cirsium arvense (L.) Scopoli ) est une plante vivace adventice appartenant à la vaste famille des Asteraceae qui regroupe environ 23.600 espèces.

Pourtant proche de l’artichaut et du cardon avec qui il partage le même nombre de chromosomes (2n=34), le cirse n’est cependant pas l’ami de l’homme. Déjà qu’il a le pouvoir d’irriter notre peau, il réussit aussi à irriter les agriculteurs et maraîchers de nombreux pays.

Au championnat des « mauvaises herbes » qui piquent et égratignent, l’équipe des Chardons peut prétendre au podium. Quand ces envahisseurs se sont installés sur leur terrain, plus question de se promener pieds ou jambes nus, de s’allonger dans l’herbe, d’admirer son jardin et ses cultures, ou de brouter paisiblement si vous êtes du genre vache ou mouton.

Pour les combattre efficacement (car il faut hélas s’y résoudre), le mieux est de bien les connaître. Voici donc la carte d’identité d’un de ses pires représentants : Cirsium arvense , le cirse des champs. Et surtout, pas trop de pitié si vous l’identifiez autour de vous !

L’étymologie du genre Cirsium provient du grec “kirkos” = varices, veines variqueuses et de « kirsion » l’ancien nom d’un chardon employé autrefois pour soigner cette pathologie. Dans certaines régions, il a encore l’appellation populaire d’herbe aux varices.

L’épithète latine "arvense" = des champs, évoque l’environnement où il vit.

À cause de sa très grande vaste diffusion en Europe, les noms populaires sont innombrables.

En France, on l’appelle chardon des champs, chardon hémorroïdal, chardon des vignes, cirse champêtre, sarette, sarrète des champs, ... En Italie, stoppione minore, scardaccione, spione, cardo campestre ; dans les pays anglo-saxons, Creeping Thistle et Canadian Thistle, depuis sa récente installation en Amérique du Nord ; en Allemagne Acker-Kratzdistel.

En ce qui concerne la taxonomie, il appartient à la sous-famille des Cardueae ( = Cynareae ), dont les fleurs roses, bleues ou pourpres sont toutes en tube. Le genre Cirsium compte environ une centaine d’espèces dans l’hémisphère nord, caractérisées par la présence d’épines et les aigrettes (pappus) plumeux.

Cirsium arvense est une plante eurasiatique de toute l’Europe, du moyen Orient, de la Sibérie au Japon en passant par le nord du continent africain. En Italie, il est amplement répandu sur tout le territoire, pouvant même coloniser l’étage subalpin. Dans les autres continents, il a été introduit accidentellement par l’homme, comme dans l’Amérique du Nord où sont touchées les cultures étasuniennes et canadiennes, tandis qu’au sud le Brésil est le plus concerné.

C’est une plante très commune dont les étages de végétation vont de la plaine jusqu’au subalpin en passant par le collinéen et le montagnard. Rudérale, elle se plaît dans les champs, les chemins, les lieux incultes avec décombres et ruines mais aussi les zones à culture intensive.

JPEG - 313.6 ko
Il peut atteindre 1,50 m d’hauteur avec une tige ramifiée. Au départ simple pivot vertical, les racines s’étendent en rhizomes rampants qui survivent aux intempéries et pérennisent la plante © G. Mazza

C’est une plante de lumière, héliophile et neutronitrocline (qui apprécie un sol neutre et assez riche en nitrates. Plante adventice envahissante nuisible pour les cultures, elle se propage très vite par ses rhizomes difficiles à extirper et, dans les sols cultivés soumis au machinisme agricole, elle se reproduit par fragments de racines.

Les plantes adventices regroupent toutes les espèces qui croissent sur un terrain cultivé sans y avoir été semées et s’y multiplient momentanément. Elles sont gênantes pour la culture en place, en détournant, à leur profit, l’eau et la lumière. Elles peuvent aussi héberger de nombreux ravageurs et transmettre des maladies nuisibles aux cultures. L’impact économique de cette concurrence se manifeste, à court terme, par une diminution des rendements et, à long terme, par l’augmentation du stock semencier du sol. De plus, le coût du désherbage chimique représente l’une des principales dépenses pour l’agriculteur, en particulier dans le cas du colza ou de la betterave sucrière. Parmi les ennemis des grandes cultures, les mauvaises herbes occupent une place importante.

Morphologie

Le cirse des champs est une plante herbacée vivace très répandue, aux feuilles épineuses et aux fleurs en capitules lilas.

Dressée, à tige ramifiée supérieurement, non ailée, inerme (sans épines), glabre en bas, laineuse en haut, avec sa haute taille de 50-120 cm (jusqu’à 1,50 m), elle dépasse facilement les plantes voisines. Les feuilles caulinaires sont sessiles, quelquefois légèrement décurrentes, jamais embrassantes, raides, vert foncé, glabre sur le dessus, verdâtre à gris-tomenteuses en dessous, oblongues-lancéolées, dentées, penna- tifides ou pennatipartites, à bords ciliés-épineux. Involucre ovoïde ou subcylindrique, glabre ou à peu près, à folioles moyennes et extérieures lancéolées, aiguës, dressées, à pointe un peu étalée. Capitules petits, unisexués (plante presque toujours dioïque), en panicule corymbiforme, fleurs tubuleuses purpurines odorantes (juillet-septembre). C’est une plante mellifère qui attire les syrphes, abeilles et papillons pollinisateurs.

À maturité, les capitules femelles portent une grosse touffe de soies blanches (les aigrettes). Les fruits du cirse des champs sont des akènes allongés munis d’une aigrette (pappus) à soies plumeuses, facilement disséminés par le vent (anémochore). Ces fruits attirent bon nombre de passereaux granivores, en particulier des fringillidés comme le verdier, la linotte, mais surtout le bien nommé Chardonneret élégant Carduelis carduelis qui avec son long bec pointu s’est spécialisé dans la recherche de graines difficilement accessibles comme celles des chardons et des cirses, en automne et en hiver.

Les racines présentent au départ une racine pivotante d’où partent des racines latérales rampantes (rhizomes blanchâtres, horizontaux, profonds) et produisant pour la pérennité de la plante de nombreux bourgeons adventifs. Ce système racinaire explique que les populations deviennent des "ronds" plus ou moins circulaires, de plus en plus étendus. La plante est classée géophyte, dont les bourgeons portés par des rhizomes sont enfouis dans la terre. La partie aérienne de la plante disparaît pendant la saison défavorable et les organes de survie qui sont dans le sol peuvent ainsi résister à des conditions difficiles. Ils donnent naissance à des rosettes au printemps, puis produisent au début de l’été des tiges dressées qui peuvent s’allonger de 3 cm par jour.

JPEG - 153 ko
Les capitules, riches en nectar attirent papillons et abeilles pollinisateurs © Giuseppe Mazza

Ennemis naturels

Le cirse fait partie du menu du campagnol des champs, Microtus sp. Les vaches ne le broutent pas, mais avant la floraison et non monté, les ânes peuvent l’apprécier. Le chardon des champs est attaqué par une quarantaine d’espèces d’insectes, dont une moitié s’attaque aux tissus internes des parties aériennes (collet, tige, feuilles et capitules) et l’autre moitié aux tissus externes. Un petit nombre ne s’attaque qu’aux racines.

On peut citer des acariens ériophyides Eriophyoidea Aceria anthocoptes, des parasites du type Urophora cardui (L.1758) ou des pucerons Aphidiidae. Larinus planus est une espèce d’insectes coléoptères de la famille des Curculionidae (Charançons) classée dans la tribu des Lixini. Elle est originaire d’Europe centrale et d’Europe de l’Est, jusqu’au Caucase, et s’étend au nord jusqu’au Danemark et au sud de la Norvège, mais s’est aussi répandue dans les années 1970 à l’est des États-Unis. Elle est utilisée en Amérique du Nord pour lutter contre l’invasion du cirse des champs, mais s’étend aussi à Cirsium undulatum, cirse endémique du centre et de l’ouest de ce continent.

JPEG - 154.5 ko
Les graines contiennent des alcaloïdes toxiques, mais sont une ressource alimentaire précieuse
en hiver pour des passereaux granivores, notamment les chardonnerets © Giuseppe Mazza

Cueillette et usage culinaire

D’une manière générale, toutes les espèces de cirse, des jeunes pousses aux involucres en passant par la moelle de la tige et la nervure centrale des feuilles sont comestibles (surtout chez le cirse maraîcher, Cirsium oleraceum, appelé justement « chardon chou » par les Anglais). La difficulté consiste à atteindre les parties tendres sans s’égratigner. Les toutes jeunes tiges sont bonnes crues, lorsqu’elles sont encore bien tendres. Leur saveur est à la fois sucrée et salée, un peu comme l’artichaut.

Propriétés médicinales

Comme tous les cirses, la plante est peu utilisée à des fins médicinales. Les akènes contiendraient des alcaloïdes toxiques, et dans les parties souterraines on trouve de l’inuline, un oligosaccharide commun et typique aux Asteraceae.

Le cirse des champs renferme un glucoside donnant sous l’action de l’enzyme de l’acide cyanhydrique, un second glucoside, la tiliacine, également présente dans les fleurs de Tilleul. Le cirse des champs renferme un glucoside donnant sous l’action de l’enzyme de l’acide cyanhydrique, un second glucoside, la tiliacine, également présente dans les fleurs de Tilleul.

Récemment, un procédé permettant d’obtenir, à partir du Cirsium arvense, un extrait enzymatique de C-protéase coagulant a été décrit. On a déterminé les propriétés physiques, chimiques et biochimiques de cet extrait en les comparant avec les propriétés correspondantes de la présure. La C-protéase s’est montrée la plus stable à la chaleur de toutes les enzymes coagulantes connues jusqu’à ce jour. À des températures comprises entre 30° C et 50° C l’enzyme obtenue se comportait d’une manière semblable à celle de la présure ; pourtant, elle révélait des propriétés protéolytiques marquées au-dessus de 50° C et, à partir de 60° C, l’augmentation de l’azote non protéique devenait proportionnelle au temps. L’aptitude de la C-protéase à hydrolyser les protéines à 100° C environ peut rendre de grands services. Le Cirsium arvense représente une matière première peu coûteuse et facile à se procurer pour la production d’une préparation enzymatique. (S. POZNANSKI, A. REPS et ELZBIETA DOWLASZEWICZ, " Propriétés coagulantes et protéolytiques de la protéase extraite de Cirsium arvense " - Institut du Génie et de la Biotechnologie Alimentaire Université Agricole d’Olsztyn.)

Synonymes

Serratula arvensis L. ; Carduus arvensis  ; Cnicus arvensis  ; Breea arvensis Less ; Breea incana (Gmel.) W.A. Weber ; Carduus arvensis (L.) Robson ; Cirsium incanum (Gmel.) Fisch ; Cirsium setosum (Willd.) Bess. ex Bieb.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-439-10_Cirsium_arvense
_C-439-11_Cirsium_arvense
_C-439-12_Cirsium_arvense
_C-439-13_Cirsium_arvense
_C-439-14_Cirsium_arvense
_C-439-15_Cirsium_arvense
_C-439-16_Cirsium_arvense
_C-439-7_Cirsium_arvense
_C-439-8_Cirsium_arvense
_C-439-9_Cirsium_arvense
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants