Cissus quadrangularis

Famille : Vitaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 162.7 ko
Cissus quadrangularis est originaire d’Afrique et d’Asie tropicale où elle pousse dans la savane, dans les forêts sèches décidues et en général dans les zones semi arides jusqu’à environ 2000 m d’altitude. Les jeunes pousses et les feuilles, caustiques et à la saveur acre, riches en vitamine C, en carotène et en calcium, sont consommées localement comme légume. Vertus médicinales utilisées depuis les temps anciens en médecine traditionnelle. Des études de laboratoire sont en cours © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Afrique (Angola, Benin, Cameroun, Tchad, Côte d’Ivoire, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Kenya, Mali, Malawi, Mozambique, Nigeria, République Centrafricaine, Sénégal, Somalie, Afrique du Sud, Soudan, Tanzanie, Zaïre et Zimbabwe) et d’Asie (Arabie Saoudite, Bangladesh, Philippines, Inde, Indonésie, Malaisie, Birmanie, Oman, Pakistan, Sri Lanka et Thaïlande) où elle pousse dans la savane, dans les forêts sèches décidues et dans les zones semi arides du niveau de la mer jusqu’à environ 2000 m d’altitude.

Le nom de genre dérive du nom grec du lierre “κισσός (cissos) ; le nom spécifique est l’adjectif latin “quadrangularis” = quadrangulaire, en référence à la forme de la tige.

Noms communs : adamant creeper, bone-setter, cactus vine, climbing cactus, edible stemmed vine, veld grape (anglais) ; harbhanga, hasjiora (bengali) ; cissus de Galam, raisin de Galam, vigne de Galam (français) ; hadjod, harjora (hindi) ; sunduballi (kannada) ; channamparanta, peranta (malayalam) ; hadachud (népalais) ; asthisanhari, vajravalli (sanscrit) ; hirassa (singalais) ; perandai, piranthai (tamil) ; nalleru (telugu).

JPEG - 74.9 ko
Les inflorescences, rouges en croissance, sont des ombelles composées sur un court pédoncule © Giuseppe Mazza

Cissus quadrangularis L. (1767) est une espèce herbacée pérenne, décidue, procombante ou grimpante, ramifiée, pouvant atteindre une longueur de plusieurs mètres fixée aux supports au moyen de vrilles simples opposées aux feuilles. Tiges succulentes de couleur verte rétrécies aux nœuds, distants entre eux de 10 à 20 cm, à la section quadrangulaire, de 0,5 à 2,5 cm de large, aux bords saillants margés de brun rougeâtre. Les feuilles, sur un pétiole de 0,5 à 2 cm de long, sont alternes, plutôt charnues, ovales-cordées à l’apex obtus et aux marges entières ou crénelées-sérulées, parfois trilobées, longues et larges de 2 à 6 cm, de couleur vert clair, de courte durée sur la plante, de 2 à 4 mois, la fonction chlorophyllienne étant exercée en grande partie par les tiges. Les inflorescences, sur un pédoncule opposé aux feuilles de 1 à 2,5 cm de long, sont des ombelles composées portant de minuscules fleurs bisexuelles verdâtres ou blanc-rosâtre au calice avec 4 petites dents, d’environ 1 mm de long, corolle à 4 pétales oblongues-ovales à l’apex pointu, rétrofléchis, prématurément décidus, d’environ 2 mm de long, et 4 étamines opposées aux pétales. Les fruits sont des baies globuleuses charnues, à la saveur particulièrement acide, de 0,7 à 1,2 cm de diamètre, d’abord de couleur verte, puis rouge foncé à maturité, contenant une graine obovale de 0,4 à 0,6 cm de diamètre.

La reproduction se fait par semis, dans un terreau drainant maintenu humide à une température de 24 à 26 °C, et par marcottage et bouture de tiges avec 2 ou 3 nœuds. Espèce largement diffusée dans les zones les plus arides d’Afrique et d’Asie, elle est parfois cultivée à des fins ornementales en plein soleil et dans des sols parfaitement drainés, même pauvres, de légèrement acides à légèrement alcalins, dans les régions tropicales et subtropicales semi arides et marginalement dans celles au climat tempéré-chaud le plus doux dans un endroit à l’abri des pluies d’hiver. Elle est le plus souvent cultivée en pots par les collectionneurs de plantes succulentes, en plein soleil ou au moins avec une luminosité maximale, avec un arrosage très modéré en hiver et des valeurs minimales de température nocturnes non inférieures à 10 °C

JPEG - 98.1 ko
Les minuscules fleurs, verdâtres ou blanc-rosâtre, ont une corolle à 4 pétales oblongs-ovales à l’apex pointu, rétrofléchis, prématurément décidus, longs d’environ 2 mm © Giuseppe Mazza

Les jeunes pousses et les feuilles, bien que caustiques et de saveur acre, riches en vitamine C, en carotène et en calcium, sont consommées localement comme légume ; à partir des tiges et des racines on obtient une fibre robuste. Toutes les parties de la plante sont utilisées depuis les temps anciens en médecine traditionnelle, notamment indienne, pour leurs propriétés supposées analgésiques, antioxydantes, antimicrobiennes, gastroprotectives et pour leurs effets positifs dans le traitement de l’obésité, de l’ostéoporose et dans les processus de guérison des fractures ; des études de laboratoire sont en cours pour vérifier ces propriétés, les effets secondaires et pour isoler les principes actifs présents.

Synonymes : Cissus quadrangula L. (1787) ; Cissus quadrangula Salisb. (1796) ; Cissus bifida Schumach. & Thonn. (1827) ; Cissus triandra Schumach. & Thonn. (1827) ; Vitis quadrangularis (L.) Wall. ex Wight (1833) ; Cissus tetraptera Hook.f. (1849) ; Cissus edulis Dalzell (1857) ; Cissus tetragona Harv. (1860) ; Vitis succulenta Galpin (1895) ; Cissus succulenta (Galpin) Burtt-Davy (1912).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des VITACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-606-2_cissus_quadrangularis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants