Clappertonia ficifolia

Famille : Malvaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire d’Afrique (Angola, Benin, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Liberia, Mozambique, Niger, Nigeria, République Centrafricaine, Sierra Leone, Soudan, Togo, Ouganda, Zaïre et Zambie) où elle pousse dans les bosquets et à l’orée des forêts marécageuses du niveau de la mer jusqu’à environ 1200 m d’altitude.

Le genre est dédié à l’explorateur et collectionneur écossais Hugh Clapperton (1788-1827) ; le nom spécifique est l’adjectif latin “ficifolius, a, um” de “ficus, i” = figuier et “ folium, ii” = feuille, par conséquent aux feuilles semblables à celles du figuier.

Noms communs : bolo-bolo (anglais) ; arbrisseau des marais (français).

Clappertonia ficifolia (Willd.) Decne. (1846) est un arbuste pérenne sempervirent dressé, haut de 1 à 3 m, au tronc couvert de poils étoilés de couleur brun-orangé et aux jeunes branches rougeâtres. Les feuilles, sur un pétiole long de 0,5 à 1 cm recouvert d’une courte pilosité rougeâtre, sont alternes, très variables, de forme oblongue-ovoïde à 3-7-lobée, à l’apex arrondi et aux marges dentées, longues de 4 à 13 cm et larges de 1,5 à 10 cm, rugueuses sur la face supérieure, recouvertes d’une courte et dense pilosité fauve en-dessous. Inflorescences terminales, d’environ 15 cm de long, portant quelques fleurs bisexuelles généralement tétramères, de 6 à 9 cm de diamètre, aux sépales pétaloïdes oblongs-linéaires, de 3 à 4 cm de long et de 0,4 à 0,6 cm de large, de couleur allant du rose au rouge pourpre, aux pétales onguiculés (pétales à la base longuement amincie semblable à une tige) à la lame obovale de 3 à 4,5 cm de longueur et de 2 à 3 cm de largeur, de couleur allant du rose au bleu mauve vif, rarement blanche, aux nombreuses étamines fertiles et aux staminoïdes de couleur jaune ou rose et à l’ovaire supère.

JPEG - 133.7 ko
Originaire d’Afrique tropicale, Clappertonia ficifolia est un arbuste de 1-3 m aux fleurs de 6-9 cm de diamètre et aux fruits épineux. Fibres résistantes pour cordages, sacs, nattes et bons résultats pour la fabrication du papier ; caractéristiques non encore exploitées commercialement, comparables, voire meilleures, que celles du jute © Giuseppe Mazza

Les fruits sont des capsules déhiscentes oblongues, de 3 à 6 cm de long et de 1,5 à 2,5 cm de diamètre, recouvertes de poils épais et hérissés surmontés de soies, contenant de nombreuses graines globuleuses légèrement aplati, d’environ 2 mm de diamètre, grisâtres.

La reproduction se fait par semis, dans un terreau organique additionné de 30 % de sable ou d’agriperlite maintenu constamment humide à la température de 24 à 26 °C, et par bouturage.

Espèce largement répandue dans les régions d’origine et d’importance considérable pour les populations locales pour les fibres particulièrement résistantes qui en sont extraites, utilisées pour réaliser des cordages, des filets de pêche, des sacs, des nattes, des objets d’usage courant et dans la fabrication du papier, mais qui ne sont pas exploitées commercialement, malgré des caractéristiques comparables, voire meilleures, que celles du jute. Il est parfois utilisé comme plante d’ornement dans certains pays au climat tropical et subtropical humide, pour sa floraison presque continue et sa facilité de culture, en plein soleil et avec une large disponibilité de l’eau, avec une taille fréquente pour maintenir un port plus compact et pour stimuler la floraison. Lorsque le climat ne permet pas la culture en plein air il peut être cultivé en pots dans un terreau organique drainant, maintenu constamment humide, à une exposition la plus lumineuse possible et avec des valeurs minimales de températures non inférieures à 16 °C.

Synonymes : Honckenya ficifolia Willd. (1793).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MALVACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-608-1_clappertonia_ficifolia
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants