Coelogyne tomentosa

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 121.3 ko
Les inflorescences pendantes de Coelogyne tomentosa atteignent 30 à 50 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Java, de Malaisie péninsulaire, de Sumatra et de Thaïlande péninsulaire, où elle pousse dans les forêts montagneuses humides, entre 600 et 2000 m d’altitude, souvent le long des ruisseaux.

Le nom de genre est une combinaison des mots grecs “Koïlos" = creux et de “gyne” femme, en référence à la partie concave du stigmate ; le nom d’espèce est l’adjectif latin "tomentosus, a, um" = tomenteux, en référence à l’ovaire pubescent.

Noms communs : necklace orchid (anglais).

Coelogyne tomentosa Lindl. (1854) est une espèce herbacée épiphyte aux rhizomes rampants d’où proviennent des pseudobulbes ovoïdes, de 5 à 10 cm de long et d’environ 3 cm de diamètre, avec à l’apex, sur un long pétiole de 7 à 8 cm, 1 ou 2 feuilles lancéolées à l’apex pointu, plissées, mesurant de 20 à 50 cm de long et 3-8 cm de large.

Inflorescences terminales pendantes, de 30 à 50 cm de long, provenant d’un bourgeon basal ne produisant que des feuilles et des pseudobulbes rudimentaires, portant de 10 à 30 fleurs qui s’épanouissent en même temps, d’environ 6 cm de diamètre, sur un pédicelle d’environ 2 cm de long, avec des bractées persistantes longues d’environ 2,5 cm ; sépales et pétales sont jaune crème, le labelle est de couleur marron avec des marbrures plus pâles et des lamelles jaunes. Les sépales sont lancéolés à l’apex pointu, longs d’environ 3 cm et larges de 0,7 cm ; les pétales oblongs-lancéolés à l’apex pointus mesurent 2,5 cm de long et 0,8 cm de large ; le labelle trilobé est long de 2,5 cm et large de 1,7 cm avec des lobes latéraux arrondis et dressées de chaque côté de la colonne et un lobe médian ovale à l’apex pointu parcouru par trois lamelles ondulées, avec deux autres latérales dans la partie terminale. La reproduction se fait facilement par division de chaque section pourvue d’au moins 3 ou 4 pseudobulbes.

Espèce facile à cultiver, donc adaptée pour les débutants, pouvant fleurir plusieurs fois dans l’année, bien que plus fréquemment en été, aux fleurs parfumées de durée relativement brève, de 12 à 15 jours. Nécessite un climat chaud et humide avec des températures de 22 à 30 °C, une humidité de 70 à 90 % et un ombrage partiel en été, des températures légèrement plus basses en hiver, de 15 à 20 °C, bien qu’elle puisse supporter, complètement au sec, des températures proches de 0 °C pendant une très courte période, une luminosité maximale, voire la lumière solaire filtrée, avec une luminosité insuffisante, elle ne fleurit pas, et une humidité de 60 à 80 % ; en toutes saisons une bonne circulation de l’air est indispensable. Les arrosages doivent être fréquents en été, légèrement réduits en hiver, en maintenant constamment le substrat humide, mais sans stagnation qui pourrait provoquer la pourriture. Utiliser pour les arrosages et les nébulisations de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée ; les apports d’engrais, distribués de manière appropriée pour éviter l’accumulation de sels, doivent être effectués pendant la période végétative de préférence avec des produits équilibrés hydrosolubles, contenant des oligoéléments, à la moitié de la dose recommandée sur l’emballage, voire moins. A cultiver en pots ou en paniers suspendus en utilisant un substrat parfaitement drainant et aéré qui peut être constitué par un mélange d’écorce de calibre moyen, de sphaigne, de fibre de coco et de fragments de charbon de bois. Les éventuels divisions et rempotages seront effectués à la reprise végétative à l’apparition de nouvelles racines.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Coelogyne massangeana Rchb.f. (1878) ; Pleione massangeana (Rchb.f.) Kuntze (1891) ; Pleione tomentosa (Lindl.) Kuntze (1891) ; Coelogyne densiflora Ridl. (1903) ; Coelogyne dayana var. massangeana Ridl. (1907) ; Coelogyne cymbidioides Ridl. (1908) ; Coelogyne tomentosa var. cymbidioides Ridl. (1924).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-556-1_Coelogyne_tomentosa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants