Copernicia baileyana

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

JPEG - 168.2 ko
Copernicia baileyana provient de Cuba et peut atteindre 20 m de hauteur © G. Mazza

Cette espèce est originaire de Cuba où elle pousse dans les savanes et dans les bois sur des sols argileux, à basse altitude, dans la partie centrale-est de l’île.

Le nom de genre honore l’astronome polonais Nicolas Copernic (1473-1543), le nom d’espèce l’horticulteur et botaniste américain Liberty Hyde Bailey (1858-1954).

Noms communs : Cuban paddle palm, Bailey palm, yarey palm (en anglais) ; carnauba-de-Bailey (en portugais-brésilien) ; yarey, yarey hembra, yareyòn (en espagnol-cubain).

Copernicia baileyana León (1931) est une espèce monoïque, solitaire, avec un stipe jusqu’à environ 20 m de haut avec un diamètre d’environ 40 cm, souvent fusiforme ou avec un léger élargissement jusqu’à 60 cm, et couvert à partir d’une certaine hauteur par les restes des pétioles des vieilles feuilles chez les jeunes plants, mais lisse et de couleur grise ou blanchâtre dans les spécimens adultes.

Les feuilles ont un pétiole robuste et épineux sur les bords, jusqu’à 1,3 m de longueur et environ 16 cm de largeur à la base et 8 cm au sommet. Elles sont nombreuses, palmées, orbiculaires, de 1,5-2 m de longueur, de couleur verte sur la face supérieure, recouverte d’une mince pellicule cireuse grisâtre en dessous, divisées en 110-130 segments particulièrement rigides, unis à la base sur une partie de leur longueur.

Les inflorescences sont disposées entre les feuilles, elles ont jusqu’à 3 m de long, s’étendant au-delà des feuilles, bien ramifiées, portant des fleurs hermaphrodites jaunâtres avec les lobes de la corolle pointus, d’environ 3 mm de long, recouverts extérieurement par une couche duveteuse épaisse et poilue, chaque fleur a 6 étamines. Les fruits sont globuleux, de 1,8-2 cm de long et de 1,8 cm de diamètre, noirâtres à maturité, ils contiennent une seule graine globuleuse d’environ 1,2 cm de diamètre.

Ce palmier se reproduit par graines dans un sol sablonneux maintenu humide à la température de 22-24 °C, la germination ayant lieu en 1-3 mois. C’est une espèce imposante et parmi les plus ornementales du genre en raison du tronc colonnaire et des feuilles épaisses et rigides, à croissance relativement lente ; elle est cultivable en plein soleil dans les zones climatiques tropicales et subtropicales, marginalement dans des zones tempérées chaudes, plus douces, où les plantes adultes résistent à des baisses exceptionnelles de température, pour un temps très court, jusqu’à environ -3 ° C mais avec certains dommages pour le feuillage.

Ce palmier n’est pas particulièrement exigeant pour les sols, même pauvres, à condition d’être bien drainés, il peut supporter des périodes de sécheresse, mais en présence d’un arrosage régulier, et d’engrais, la croissance est plus rapide. Il est de valeur paysagère remarquable lorsqu’il est utilisé dans les parcs et dans de très vastes jardins, aussi bien isolé qu’en groupe ou en rangée.

Les feuilles sont utilisées comme couverture des bâtiments ruraux et pour la fabrication de chapeaux, sacs, sandales et autres objets d’artisanat.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-546-1_Copernicia_baileyana
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants