Cosmos caudatus

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Valerie Huneault

 

 

JPEG - 43.2 ko
Le cosmos caudatus est natif d’Amérique tropicale mais s’adapte aussi aux climats tempérés chauds © G. Mazza

L’espèce est native du Bélize, de Colombie, du Costa Rica, du Salvador, Guatemala, Honduras, Mexico (Chiapas, Michoacan, Sinaloa, Tabasco, Tama- ulipas, Veracruz and Yucatan), Nicaragua, Panama et Vénézuéla, où elle pousse principalement dans les prairies humides.

Le nom du genre descend du grec “κόσμος” (kosmos) = ornement, le nom spécifique vient de l’adjectif latin “caudatus, a, um” = caudé, ayant une queue.

Noms communs : cosmos, Spanish needle, wild cosmos (en anglais) ; cosmos sauvage (français) ; kenikir (japonais) ; hulam raja, ulan raja (malais) ; daoruang-phama, khamhae (en thai) ; rau sao nhái (vietnamien).

Le Cosmos caudatus Kunth (1820) est une espèce herbacée annuelle à tige droite, ramifiée, de 0,3-2,5 m de hauteur, avec des tiges glabres ou hispides, et des feuilles sur un pétiole de 1-7 cm de long, communément opposées, et sectionnées, (sous-divisées en segments étroits et profonds), de 5-20 cm de long, lancéolées avec des apex pointus de 0,3-1 cm de large de couleur vert clair. Les capitules, les fleurs typiques des Compositae, portées sur un pédoncule long de 5-28 cm, généralement isolées, terminales, d’environ 4 cm de diamètre, sont formés de nombreuses fleurs sessiles, disposées en spirales sur une base arrondie, le réceptacle, entouré d’un involucre campanulé de 0,5-1,5 cm de diamètre, se compose d’une série de bractées oblongues et lancéolées de 0,7-1 cm de long. Les fleurs de la couronne extérieure, appelées les fleurs du rayon, au nombre de 8, ont une corolle oblancéolée avec un apex tridenté, de 1-1,8 cm de long, de couleur blanche, rose, ou pourpre. Ces dernières sont stériles et ont pour seule fonction d’attirer l’attention des insectes pollinisateurs, comme d’habitude les pétales d’une fleur solitaire. Les fleurs à l’intérieur de la couronne, les fleurs du disque, sont bissexuelles, faisant une corolle en forme d’entonnoir, avec un tube de 0,8-1 cm de long et 5 lobes, de 2 mm environ, de couleur jaune.

Les fruits sont des akènes linéaires, (ou mieux, cypselae) à section quadrangulaire, presque noirs, de 1-3,5 cm de long, dont 1-1,5 cm ressemble à un bec (ou prolongement pointu) de couleur brune. Il n’y a pas d’aigrette mais 2-3 crochets divergents et rétrofléchis, de 3-5 mm de long, qui s’accrochent sur la peau des animaux favorisant ainsi leur dispersion. Dans de nombreux pays tropicaux et subtropicaux, où l’espèce fut introduite, elle a échappé à la culture, devenant invasive.

Elle se propage facilement par semis au printemps sur un sol fertile et drainant, maintenu humide à une température de 20-22 °C. La première floraison survient 2 mois après germination.

JPEG - 163 ko
Les feuilles, riches en minéraux, en particulier en calcium et en vitamines B1, B2 et C, sont appréciées pour leur goût spécial. On les mange crues, en salades ou ajoutées en accompagnement de plats, et sont réputées en médecine populaire comme remède à diverses pathologies. Substances bioactives avec un fort pouvoir antioxydant © Giuseppe Mazza

Espèce ornementale, facile à cultiver et à croissance rapide, bien qu’elle soit des régions tropicales à subtropicales, elle s’adapte, étant annuelle, à de nombreux climats du chaud-tempéré jusqu’au continental, où elle est utilisée, riche de toutes ses variétés, dans les jardins en groupe, ou pour les bordures, aussi mixtes. Cette plante requiert le plein soleil et des sols drainants, de préférence fertiles et un arrosage modéré pour les climats d’été sec, elle s’adapte bien à la culture en pot.

Naturalisée dans certains pays d’Asie du Sud-Est, et tout particulièrement en Malaisie, on apprécie ses feuilles, riches en minéraux, au taux record en calcium et aussi en vitamines B1, B2 et C, pour leur goût spécial ; elles sont ajoutées crues aux salades, ou servant d’accompagnement aux plats. Elles figurent même dans la médecine populaire comme remède à diverses pathologies. Des études laborantines ont mis en évidence la présence de nombreux agents bioactifs au fort pouvoir antioxydant.

Synonymes : Bidens berteriana Spreng. (1826) ; Cosmea caudata (Kunth) Spreng. (1826) ; Bidens carnea Heer (1842) ; Bidens caudata (Kunth) Sch.Bip. (1856) ; Bidens artemisiifolia subsp. caudata (Kunth) Kuntze (1891) ; Cosmos caudatus var. exaristatus Sherff (1964).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-589-1_cosmos_caudatus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants