Crateva religiosa

Famille : Capparaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 283.6 ko
Crateva religiosa est un arbre très ramifié d’Inde et du sud-est asiatique © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Asie (Cambodge, Philippines, Japon, Inde, Indochine, Laos, Malaisie, Birmanie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Thaïlande et Vietnam), d’Australie (Queensland) et du Pacifique (Îles Salomon, Micronésie et Polynésie Française) où elle vit dans les forêts sempervirentes, souvent le long des rives des cours d’eau, du niveau de la mer jusqu’à environ 700 m d’altitude.

Le nom de genre fait référence à Crateuas (ou Cratevas), médecin de Mithridate VI roi du Pont (environ 132-63 av. J.-C.), auteur du plus ancien herbier illustré dont on a connaissance, dont il ne reste du texte que les citations de Pedanius Dioscoride (1er siècle après J.-C.) dans son traité De Materia Medica.

Le nom spécifique est l’adjectif latin “religiosus, a, um” = religieux, pour la signification que l’arbre revêt auprès des Hindous.

Noms communs : garlic-pear, sacred barma, sacred garlic-pear, templeplant, three-leaved caper (anglais) ; tonliem (Cambodge) ; yu mu (Chine) ; banugan, salingbobog (Philippines) ; gyo-boku (Japon) ; barna, bila, bilasi, cinnavulimidi, maredu, nervala, setu, tellavulimidi, usiki, varno, veruna, vayvarna, vitusi (Inde) ; barunday, marana (Indonésie) ; kumz (Laos) ; dala, kepayan (Malaisie) ; hkan-tak (Birmanie) ; kum nam (Thaïlande) ; bún thiêu, bún lợ (Vietnam).

Crateva religiosa G.Forst. (1786) est un arbre très ramifié, inerme, décidu, haut de 3 à 15 m, au tronc, mesurant jusqu’à environ 40 cm de diamètre, à l’écorce rugueuse grisâtre.

Les feuilles, sur un pétiole long de 5 à 10 cm et regroupées à l’extrémité des branches, sont alternes, trifoliées aux folioles elliptiques-lancéolées à apex pointu et à marge entière, de 5 à 10 cm de long et de 2,5 à 5 cm de large, de couleur verte au-dessus, gris-vert en-dessous. Inflorescences terminales corymbeuses, sur un pédoncule long de 2 à 6 cm, portant de 10 à 25 fleurs, de 5 à 7 cm de diamètre, riches en nectar, de couleur blanche ou crème le premier jour, tendant au jaune orangé le deuxième et dernier jour d’ouverture. La fleur est constituée de 4 sépales ovales à l’apex pointu, de 2 à 5 mm de long et de 2 à 3 mm de large, verdâtres, de 4 pétales onguiculés (pétales à la base longuement amincie semblable à une tige), longs de 2 à 3,5 cm et larges de 1 à 2 cm, à la lame ovale-elliptique, de 16 à 30 étamines rouge-pourpre aux anthères orangées, de 3 à 7 cm de long, et d’un gynophore (pédoncule supportant l’ovaire) de 3 à 6 cm de long. Les fleurs sont hermaphrodites, mais autoincompatibles, nécessitent donc une fécondation croisée. Les fruits sont des baies obovoïdes grisâtres à l’épicarpe ligneux, de 6 à 10 cm de long et de 4 à 7 cm de diamètre, contenant de nombreuses graines ellipsoïdes légèrement comprimées, de 1,5 cm de longueur et 0, 5 cm de large, immergées dans une pulpe de couleur jaune à odeur piquante d’ail.

La reproduction se fait à partir des graines qui doivent être semées le plus rapidement possible, car elles n’ont pas une longue durée de germinabilité, et par bouture semi ligneuse.

JPEG - 214.5 ko
Plante médicinale, alimentaire et décorative, souvent cultivée à proximité des temples pour la signification religieuse qu’elle revêt pour les adeptes de l’hindouisme © Giuseppe Mazza

Espèce largement répandue dans les régions d’origine, où elle est également utilisée comme plante médicinale, décorative, et à proximité des temples et des cimetières pour la signification religieuse profonde qu’elle a pour les adeptes de l’hindouisme. Cultivable dans les régions au climat tropical et subtropical humide en plein soleil ou sous un léger ombrage, elle n’est pas particulièrement exigeante sur le sol, pourvu qu’il soit drainant. Le bois, dur, de couleur jaune tendant vers le brun avec l’âge, facile à travailler, est utilisé localement pour faire des objets d’usage courant. Certaines parties de la plante sont diversement utilisées en médecine traditionnelle, en particulier indienne, pour différentes pathologies, en particulier dans les troubles des voies urinaires et les maladies rhumatismales. Les feuilles et les pousses sont parfois consommées cuites comme légume.

Synonymes : Capparis magna Lour. (1790) ; Crateva magna (Lour.) DC. (1824) ; Crateva membranifolia Miq. (1861) ; Crateva brownii Korth. ex Miq. (1870) ; Crateva macrocarpa Kurz (1874) ; Crateva hansemannii K.Schum. (1888) ; Crateva speciosa Volkens (1901).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CAPPARACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/c-610-2_crateva_religiosa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants