Cypripedium reginae

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 37.1 ko
Cypripedium reginae est la plus grande orchidée spontanée d’Amérique du Nord © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Canada (Nouveau Brunswick, île du Prince Edouard, Manitoba, Nouvelle Ecosse, Ontario, Québec, Saskatchewan et Terre Neuve) et des USA (Arkansas, Connecticut, Indiana, Iowa, Kentucky, Maine, Maryland, Massachusetts, Michigan, Minnesota, Missouri, New Hampshire, New Jersey, New York, Caroline du Nord, Dakota du Nord, Ohio, Pennsylvanie, Tennessee, Vermont, Virginie et Virginie Occidentale), où elle vit sur des sols généralement calcaires à la lisière des forêts humides, des marais, des marécages, des prés, des prairies, des dunes, des collines, jusqu’à 600 m d’altitude, dans des zones caractérisées par des étés frais et humides et des hivers très rudes.

Le nom de genre est la combinaison des termes du latin tardif “Cyprius” = de Chypre, l’un des surnoms de Vénus et de “pedium” = chaussure, sandale, en référence à la forme du labelle ; le nom d’espèce est le génitif du terme latin “regina” = reine.

Noms communs : indian-shoe, pink moccasin flower, queen lady’s-slipper, queen slipper-orchid, royal lady’s-slipper, showy lady’s-slipper, white-petaled lady’s slipper (anglais) ; cypripède royal (français).

Cypripedium reginae Walter (1788) est une orchidée terrestre décidue, totalement recouverte de courts poils glandulaires, haute de 40 à 90 cm, au robuste rhizome rampant et à la tige dressée portant de 3 à 9 feuilles nervurées, alternes, ascendantes, de forme elliptique ou ovale-lancéolée, longues de 10 à 25 cm et larges de 6 à 16 cm, aux marges ondulées.

Inflorescence terminale dressée portant de 1 à 3 (rarement 4) fleurs aux sépales et pétales blanc pur faisant ressortir le labelle, habituellement de couleur rose vif avec des stries blanches ; il existe une forme entièrement blanche. Le sépale dorsal est dressé ou ascendant, ovale, long de 2,5 à 4,5 cm et large de 2 à 4 cm, tandis que les latéraux sont réunis sur toute leur longueur et forment, derrière le labelle, une sorte d’unique sépale (synsépale), long de 2,5 à 4,5 cm et large de 1,5 à 3,5 cm ; les pétales sont oblongs ou elliptiques, de 2,5 à 4,5 cm de longueur et 1 à 1,5 cm de largeur, et enfin, le labelle, sacciforme, aux marges recourbées, est long de 2,5 à 5 cm et large de 1,5 à 3,5 cm. Les fruits sont des capsules ellipsoïdales de 3 à 4 cm de longueur et environ 1,5 cm de diamètre. La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division à la fin de la période de repos.

C’est la plus grande, et considérée par beaucoup comme la plus ornementale, des orchidées spontanées nord-américaines, de culture relativement facile à condition de respecter ses exigences de culture.

Elle demande un climat non différent de celui de son lieu d’origine, tel que des étés frais et humides, ne supportant pas les températures élevées et l’air sec, une exposition en plein soleil ou un léger ombrage, avec au moins 2 à 3 heures de soleil direct par jour, et un terrain neutre, ou, mieux, légèrement alcalin, léger et parfaitement drainant, maintenu constamment humide ; elle souffre en terrains compacts ou trop argileux et pourrit en présence d’humidité stagnante ou de manque d’oxygène au niveau des racines. Cultivable en pots, en tenant compte de ses besoins, sur un substrat qui peut être constitué de tourbe alcaline, de terreau de feuilles et de sable calcaire en proportions égales, en étant particulièrement attentif au drainage.

Cypripedium reginae est le symbole floral du Minnesota.

Le contact avec le duvet des feuilles peut provoquer des réactions allergiques chez les sujets particulièrement sensibles. Espèce protégée, menacée d’extinction dans la plupart de ses régions d’origine en raison de l’anthropisation excessive et de sa récolte sans discrimination, qui est inutile étant donné que la plante prélevée dans la nature survit rarement. L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Cypripedium album Aiton (1789) ; Cypripedium spectabile Salisb. (1791) ; Cypripedium canadense Michx. (1803) ; Calceolus reginae (Walter) Nieuwl. (1913).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_C-253-1_Cypripedium_reginae
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants