Dacrycarpus imbricatus

Famille : Podocarpaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 301.4 ko
Originaire d’Asie du Sud-Est, Dacrycarpus imbricatus est une dioïque haute jusqu’à 40 m © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de l’archipel Bismarck, de Bornéo, du Cambodge, de Chine (Guangxi, Hainan et Yunnan), des Fidji, des Philippines, de Java, du Laos, de Malaisie, des Moluques, de Birmanie, de Nouvelle-Guinée, des Petites Îles de la Sonde, du Sulawesi, de Sumatra, de Thaïlande, du Vanuatu et du Vietnam, où elle vit dans les forêts pluviales, représentant l’espèce dominante dans certaines régions, de basse altitude jusqu’à environ 3000 m.

Le nom de genre est la combinaison des noms grecs "δάκρυ" (dacry) = larme et "καρπός" (carpos) = fruit, par conséquent fruit en forme de larme ; le nom spécifique est l’adjectif latin "imbricatus, a, um" = imbriqué, en référence aux feuilles.

Noms communs : Malayan yellowwood (anglais) ; tarupanda, uamanga (Bali) ; dusun lang (Borneo) ; ji mao song (chinois) ; kau tambua (Fiji) ; igem (Philippines) ; djamudju, kipuiri (Java) ; ili goru (Indonésie) ; rempayan (Malaisie) ; thitmin (Birmanie) ; cemba-cemba, kayu angin (Sulawesi) ; kayu embun (Sumatra) ; mạy hương (Thaïlande) ; bạch tùng, ca do, savat, thông lông gà, thông nàng, vra panh (Vietnam).

Dacrycarpus imbricatus (Blume) de Laub. (1969) est un arbre résineux sempervirent dioïque, mesurant jusqu’à 40 m de haut pour les vieux spécimens dans la nature, au tronc cylindrique dressé, atteignant jusqu’à environ 2 m de diamètre, à l’écorce rugueuse brun foncé se détachant en petites écailles et au feuillage dense avec des branches inférieures généralement pendantes. Les feuilles des jeunes plantes sont presque linéaires, distiques, longues de 10 à 17 mm et larges de 1 à 2 mm, sauf à la base des branches où elles sont courtes et aciculaires, de couleur verte à vert glauque. Chez les spécimens matures et sur les branches fertiles les feuilles deviennent plus courtes et aciculaires, longues de 1 à 3 mm, imbriquées et disposées en spirale.

Cônes mâles latéraux, rarement terminaux, sous-tendus par quelques feuilles réduites à des écailles, initialement ovoïdes, puis cylindriques à maturité, de 6 à 12 mm de long et de 2 à 2,5 mm de diamètre ; microsporophylles (feuilles modifiées portant les sacs polliniques) aux apex pointus portant chacun deux sacs polliniques. Cônes femelles terminaux, solitaires ou par paires dont un seul est fertile, de 3 à 6 mm de long, sous-tendu par des feuilles involucrées aciculaires de 3 à 5 mm de long, avec une-deux bractées élargies à la base pour former le réceptacle et une-deux bractées fertiles à l’apex ; le réceptacle à maturité devient charnu, initialement glauque, puis rouge ou rouge-orangé. Les graines sont globuleuses, de 5 à 6 mm de long et de 4 à 6 mm de diamètre, recouvertes d’une mince couche charnue appelée "epimatium", rouge à maturité.

La reproduction se fait par graines, libérées dans les plus brefs délais de la couche charnue qui contient des inhibiteurs de la germination, dans un terreau organique drainant maintenu humide à une température de 24 à 26 ° C, avec des temps de germination de 1 à 3 mois.

JPEG - 344.3 ko
Plante ornementale dans les parcs et les jardins tropicaux, elle est aussi d’une certaine importance économique dans les zones d’origine pour son bois de bonne qualité © Giuseppe Mazza

Conifère parmi les plus répandus dans le sud-est asiatique revêtant une certaine importance économique dans les régions d’origine pour son bois de bonne qualité, utilisé localement et, dans une moindre mesure, exporté. Souvent cultivé comme plante ornementale dans les parcs et les jardins des zones tropicales et subtropicales, incapable de supporter des températures à peine inférieures à 0 °C, si elles ne sont pas exceptionnelles, et pour une très courte période. Il nécessite une luminosité élevée, sauf au stade juvénile où il supporte un ombrage partiel, et des sols fertiles, drainants, maintenus presque constamment humides. Le bois de couleur jaune et à grain fin, facile à travailler et à finir, est utilisé dans la construction, pour réaliser des meubles, des embarcations, des panneaux, du contreplaqué, des outils et des objets artisanaux et artistiques. L’espèce est souvent utilisée dans le reboisement des zones dégradées, et c’est enfin un sujet très utilisé et apprécié comme bonsaï.

Synonymes : Thuja javanica Burm.f. (1768) ; Podocarpus javanicus (Burm.f.) Merr. (1821) ; Podocarpus imbricatus Blume (1827) ; Podocarpus horsfieldii R.Br. ex Wall. (1831) ; Podocarpus cupressinus R.Br. ex Benn. (1838) ; Nageia cupressina (R.Br. ex Benn.) F.Muell. (1873) ; Podocarpus kawaii Hayata (1917) ; Dacrycarpus imbricatus var. patulus de Laub. (1969) ; Dacrycarpus kawaii (Hayata) Gaussen (1974) ; Bracteocarpus imbricatus (Blume) A.V.Bobrov & Melikyan (1998) ; Bracteocarpus kawaii (Hayata) A.V.Bobrov & Melikyan (1998).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PODOCARPACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/d-216-3_dacrycarpus_imbricatus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants