Dendrobium glomeratum

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

L’espèce est originaire des Moluques et des Célèbes où elle pousse sur les arbres des forêts humides entre 1200 et 1500 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des mots grecs "δένδρον" (dendron) = arbre et "βίος" (bios) = vie, en référence aux nombreuses espèces de ce genre vivant sur des arbres ; le nom d’espèce est l’adjectif latin "glomeratus, a, um" = aggloméré, regroupé, en référence aux inflorescences denses.

Dendrobium glomeratum Rolfe (1894) est une espèce épiphyte avec des pseudobulbes cylindriques retombant de 0,6-1 m de long et d’environ 1 cm de diamètre au maximum, et des feuilles caduques sur presque toute leur longueur. Les feuilles elliptiques-lancéolées avec un sommet aigu ont de 5 à 10 cm de long et 1,5-3 cm de large, de couleur verte intense, coriaces. Les inflorescences sessiles sont regroupées en racèmes denses, à partir de bourgeons latéraux dans la moitié supérieure des pseudobulbes des années précédentes et sans feuilles, avec 3-10 fleurs durant environ un mois, avec des sépales et des pétales violet intense, lumineux, avec des stries longitudinales plus foncées, le labelle est orange, de 4 à 6 cm de diamètre. Le sépale dorsal elliptique a un sommet obtus, 2-3,5 cm de long et 1-1,5 cm de large, les sépales latéraux sont ovales et triangulaires avec un sommet obtus, 2,5-3 cm de long et 1,5 cm de large, ils sont réunis à la base en formant un éperon conique (mentum) avec un sommet obtus de 1,8-2 cm de long. Les pétales obovo-elliptiques avec un sommet obtus ont de 2,2-2,8 cm de long et 1-1,5 cm de large, le labelle a des bords dentés et érodés, de 0,8-2 cm de long et 0,6-0,8 cm de large, le pédicelle et l’ovaire ont 2,5-3 cm de long.

JPEG - 148.7 ko
Native des Moluques et des Célèbes, Dendrobium glomeratum est une épiphyte avec des pseudobulbes de 60-100 cm. Les inflorescences durent pendant presque un mois © Giuseppe Mazza

Cette orchidée se reproduit par graines, in vitro, et par division, chaque section fournissant au moins 3-4 pseudobulbes.

C’est une espèce florifère aux couleurs vives, très appréciée des collecteurs, nécessitant une situation légèrement ombragée et aérée, des températures moyennes, de 20 à 30 °C, avec des valeurs hivernales supérieures à 14 °C, une variation thermique quotidienne et une humidité élevée, 80-90%. Elle nécessite des arrosages réguliers et abondants pendant la phase de croissance, plus espacés en hiver, mais sans jamais permettre au substrat de sécher complètement, en utilisant de l’eau de pluie, déminéralisée ou produite par osmose inverse. Il faut procéder à des fertilisations mensuelles, du printemps à l’automne, en utilisant un produit spécifique pour orchidées dilué à 50% par rapport à la dose indiquée sur l’emballage. En raison de sa position inclinée, il faut la cultiver en pots ou dans des paniers suspendus, à moins de disposer de supports appropriés, avec du compost à base de fragments d’écorces de taille moyenne, ou disposé sur des écorces en radeau avec du sphaigne à la base pour maintenir l’humidité. Les rempotages doivent être effectués lors du redémarrage végétatif lorsque le compost donne des signes clairs de détérioration et de perte des propriétés de drainage.

L’espèce est signalée à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé internationalement).

Synonymes : Dendrobium crepidiferum J.J.Sm. (1922) ; Pedilonum crepidiferum (J.J.Sm.) Rauschert (1983) ; Pedilonum glomeratum (Rolfe) Rauschert (1983) ; Dendrobium sulawesiense Erfkamp & O.Gruss (2000) ; Chromatotriccum crepidiferum (J.J.Sm.) M.A.Clem. & D.L.Jones (2002) ; Chromatotriccum sulawesiense (Erfkamp & O.Gruss) M.A.Clem. & D.L.Jones (2002) ; Coelandria glomerata (Rolfe) M.A.Clem. (2003).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/d-236-1_dendrobium_glomeratum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants