Dendrobium nobile

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 65.1 ko
Dendrobium nobile, est une épiphyte ou lithophyte, aux tiges noueuses rapprochées, dressées, légèrement comprimées et cannelées, longues de 20 à 70 cm et aux fleurs de 6 à 8 cm © Mazza

L’espèce est originaire du Bangladesh, du Bhoutan, de Chine (Guangxi, Guizhou, Hainan, Hong Kong, Hubei, Sichuan, Xizang et Yunnan), d’Inde, du Laos, de Birmanie, du Népal, de Taïwan, de Thaïlande et du Vietnam, où elle croit épiphyte sur le tronc des arbres ou lithophyte sur les rochers entre 500 et 1700 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des mots grecs “déndron” = arbre et “bios” = vie, en référence aux nombreuses espèces du genre qui vivent sur les arbres ; le nom d’espèce et le mot latin “nobilis, e” = noble.

Noms communs : cane orchid (anglais) ; jin-chai-shi-hu (chinois) ; orquídea olho-de-boneca (portugais du Brésil).

Dendrobium nobile Lindl. (1830) est une espèce épiphyte ou lithophyte aux tiges noueuses rapprochées, dressées, légèrement comprimées et cannelées, longues de 20 à 70 cm, de couleur vert jaunâtre et aux feuilles coriaces persistant pendant deux années, alternes, distiques, oblongues, de 6 à 10 cm de longueur et 1 à 3 cm de largeur.

Inflorescences en hiver et au printemps depuis les nœuds des tiges d’au moins deux ans portant de 1 à 4 fleurs de 6 à 8 cm de diamètre aux sépales et aux pétales généralement de couleur blanche, plus ou moins nuancée de rose pourpre à l’extrémité, et labelle taché de rouge pourpre au centre, parfumées.

Les sépales oblongs à l’apex pointu mesurent environ 3,5 cm de longueur et 1,5 cm de largeur, les pétales sont ovales, de même longueur que les sépales et larges de 2 à 2,5 cm avec des marges légèrement ondulées, le labelle est obovale, pubescent, long de 4 cm et large d’environ 3 dont la base enveloppe la colonne longue d’environ 0,5 cm.

La reproduction se fait par semis, in vitro, par division et via les jeunes plantes qui se forment aux nœuds qui n’ont pas porté de fleurs (en argot “keiki”, ce qui signifie en hawaïen, “fils”), qui peuvent être détachées lorsqu’elles ont formé un bon système racinaire ; Les keiki peuvent également se former à partir des nœuds de tiges placés horizontalement, entières ou en portions d’environ 15 cm, sur de la sphaigne maintenue constamment humide. Avec ses nombreux hybrides et variétés il s’agit probablement de la plus populaire et de la plus cultivée depuis longtemps des Dendrobium en raison de la beauté et de la délicatesse de ses fleurs de longue durée, 4 à 6 semaines.

JPEG - 80.5 ko
Il existe divers hybrides qui fleurissent facilement à l’intérieur © Giuseppe Mazza

De culture facile à condition de respecter les exigences minimales qui découlent des caractéristiques climatiques de ses lieux d’origine, en particulier une période de repos au frais et au sec de 4 à 8 semaines en automne et en hiver, avec des températures nocturnes voisines de 10 à 14 °C, avec des valeurs plus élevées à l’endroit des fleurs où se forment de jeunes plantes (“keiki”) ; certains hybrides récents ne nécessitent pas cette période pour fleurir et sont, par conséquent, plus faciles à cultiver.

Au printemps et en été elle exige des températures et une humidité élevées avec des arrosages fréquents le matin, des apports réguliers d’engrais jusqu’en août et un ombrage léger ; en automne les arrosages seront réduits jusqu’à être pratiquement stoppés, en évitant toutefois le flétrissement excessif des tiges, en installant la plante dans un endroit frais et très lumineux, voire au soleil direct pendant quelques heures par jour, comme une fenêtre exposée au sud si elle est cultivée en appartement, avec une bonne circulation de l’air.

A l’apparition des bourgeons floraux, augmenter graduellement la fréquence des arrosages pour ensuite les reprendre régulièrement à l’apparition des nouvelles racines. Utiliser pour les arrosages et les nébulisations de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée ; les apports d’engrais, distribués convenablement de façon à éviter l’accumulation de sels, seront faits de préférence avec des produits équilibrés hydrosolubles, contenant des oligoéléments, à la moitié de la dose conseillée sur l’emballage, voire moins.

Elle peut être montée sur écorce, troncs, radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes ou bien cultivée en pots de petite taille sur un substrat très drainant et aéré, qui peut être constitué de fragments d’écorce de calibre moyen, de sphaigne et de charbon de bois. Rempotage, transplantation et division seront effectués à la fin de la floraison.

Les tiges fraîches ou séchées, qui contiennent divers alcaloïdes, parmi lesquels le plus abondant est la dendrobine, sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise pour différentes pathologie ; la dendrobine est également extraite industriellement et exportée, ce qui a contribué à la raréfaction de l’espèce dans la nature.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Dendrobium coerulescens Wall. ex Lindl. (1838) ; Dendrobium lindleyanum Griff. (1851) ; Callista nobilis (Lindl.) Kuntze (1891) ; Dendrobium formosanum (Rchb.f.) Masam. (1933).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_D-86-8_Dendrobium_nobile-Hybrid
_D-88-4_Dendrobium_nobile
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants