Dillenia philippinensis

Famille : Dilleniaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 65.6 ko
La Dillenia philippinensis est un arbre de 6 à 15 m. Sa splendide corolle est hélas éphémère © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire des îles Philippines où elle vit dans les forêts humides à basse et moyenne altitudes, souvent le long des rives des fleuves.

Le genre a été dédié au botaniste allemand Johann Jacob Dillen (latinisé en Dillenius) (1687-1747). Le nom latin de l’espèce "philippinensis" = des îles Philippines fait référence à son lieu d’origine.

Noms communs : Philipppine dillenia, Philippine katmon, Philippines simpoh (anglais), kalambug, kalambok kambug, katmon, palali (Philippines).

La Dillenia philippinensis Rolfe (1884) est un arbre sempervirent haut de 6 à 15 m, au tronc droit, à l’écorce lisse ou légèrement fissurée de couleur brun rougeâtre.

Les feuilles sont simples, alternes, coriaces, de forme elliptique ou oblongue-ovée avec un apex pointu, des bords dentés et des nervures latérales parallèles et saillantes, de 10 à 25 cm de long et de 6 à 12 cm de large, d’une couleur vert intense. Le pétiole, long de 3 à 5 cm, a des stipules caduques de forme semi-elliptique larges jusqu’à environ 1 cm, de couleur verte au début puis marron avant leur chute. Les inflorescences, racémeuses et portées sur un pédoncule long de 5 à 15 cm situé à l’aisselle des feuilles supérieures, ont de 1 à 3 fleurs de 10 à 15 cm de diamètre qui ont cinq sépales arrondis, trois internes longs et larges d’environ 2 cm et deux externes légèrement plus petits, concaves, épais et charnus, de couleur verte.

La corolle, formée de cinq pétales obovés blancs, éphémères, longs de 4 à 6 cm et larges de 2 à 5 cm, entoure deux anneaux distincts d’étamines. Celles qui sont à l’extérieur, plus nombreuses, étalées, longues d’environ 1 cm, sont de couleur rouge dans leur moitié supérieure et jaune dans leur moitié inférieure. Celles qui sont à l’intérieur, moins nombreuses, de 1,5 à 2 cm, de couleur pourpre, sont adossées aux carpelles de couleur rouge.

Le fruit est un syncarpe sphérique indéhiscent constitué par plusieurs carpelles assemblés et soudés entre eux, de 5 à 6 cm de diamètre et entièrement enfermé par les sépales qui subsistent. Chaque carpelle contient de 1 à 5 graines d’un brun rougeâtre, larges de 0,5 cm et larges de 0,3 cm, avec un arille à leur base et plongées dans une pulpe gélatineuse.

JPEG - 76.7 ko
Le fruit est un syncarpe sphérique indéhiscent constitué de plusieurs carpelles assemblés et soudés entre eux © Giuseppe Mazza

On reproduit en général cette plante en semant ses graines dans un terreau organique auquel on ajoute du sable ou de la perlite au taux de 30 % et maintenu humide à la température de 24 à 26 °C.

C’est une espèce qui est cultivée assez rarement en dehors de sa zone d’origine mais qui est d’une grande valeur ornementale et paysagère tant en raison de son feuillage que de ses grandes fleurs. On la cultive exclusivement dans les zones aux climats tropical et subtropical, en plein soleil ou sous un léger ombrage sur des sols maintenus presque constamment humides.

On peut l’utiliser dans les parcs et les jardins sous forme de spécimen isolé ou en groupes ou comme arbre d’alignement le long des routes. Là où le climat ne permet pas de la laisser en permanence à l’extérieur elle peut être cultivée dans des bacs de grande capacité pour la décoration de serres ou de jardins d’hiver avec des températures hivernales minimales supérieures à 15 °C. Les arrosages doivent être réguliers et abondants en été, espacés en hiver, en laissant le substrat s’assécher partiellement. Les apports d’engrais pendant la période végétative doivent être effectués avec des produits équilibrés comportant des micro-éléments.

Les sépales charnus, au goût acidulé, sont consommés crus ou cuits ou employés pour préparer des sauces et des confitures. Le jus est utilisé pour préparer un sirop contre la toux tandis que les bourgeons et les fleurs sont employés pour aromatiser les soupes de poissons.

Le bois est largement utilisé dans les constructions pour des parquets, des plafonds et des encadrements ainsi que pour des meubles et des objets d’usage courant. De l’écorce enfin on extrait un colorant rouge.

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature ( IUCN ) a inscrit cette espèce dans la liste rouge des espèces menacées d’extinction sous le qualificatif de "vulnérable".

Synonymes : Dillenia catmon Elmer (1915) ; Dillenia philippinensis var. pubifolia Merr. (1923).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des DILLENIACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_D-157-1_Dillenia_philippinensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants