Dimorphotheca jucunda

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 194.2 ko
Idéale pour les jardins de rocaille et comme couvre-sol la Dimorphotheca jucunda a une croissance rapide © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire du Lesotho, de l’Afrique du Sud ( Gauteng, KwaZulu-Natal, Limpopo, Mpumalanga, province du Cap Oriental et État-Libre ) et du Swaziland où elle pousse sur des sols tant rocheux que sableux entre 1.000 et 3.300 m d’altitude.

Le nom du genre est issu de la combinaison des termes grecs « dis » = deux fois », « morphé » = forme et « théké » = récipient, boîte, par allusion à la forme différente des fruits produits par les fleurs du rayon et du disque. Le nom de l’espèce est le mot latin « jucunda » = agréable, gaie, l’explication étant évidente.

Noms communs : bergbietou, bloubietou (afrikaans), trailing pink daisy, trailing mauve daisy (anglais), umasigcolo nkonekasi (zoulou).

La Dimorphotheca jucunda E. Phillips ( 1936 ) est une plante herbacée pérenne sempervirente dotée d’une racine pivotante, haute de 20 à 50 cm, ramifiée, aux tiges prostrées s’enracinant facilement au sol et rugueuses au toucher en raison de la présence de poils glanduleux.

Elle a des feuilles aromatiques alternes, longues d’environ 6 cm et larges de 2 cm, de forme assez variable, de lancéolée, oblancéolée à oblongue avec des bords habituellement dentés et une surface rugueuse comme les tiges.

Les inflorescences, terminales et solitaires, ont de 5 à 6 cm de diamètre et sont portées sur un pédoncule long de 10 à 24 cm. Ce sont les capitules typiques des Compositae constitués d’une multitude de fleurs sessiles insérées en spirale sur une base campanulée, le réceptacle, entourée d’un involucre formé de deux séries de 15 à 21 bractées lancéolées de couleur vert clair, longues de 0,7 à 1 cm, minces et pointues. Les fleurs de l’anneau extérieur, dites fleurs du rayon, au nombre de 13 à 21, ont une corolle obovale, longue de 2,5 cm avec un apex tridenté, constituée de cinq pétales soudés ensemble, de couleur magenta ou pourpre de différents tons. Les fleurs du rayon sont femelles et ont aussi pour rôle d’attirer l’attention des pollinisateurs, comme les pétales d’une fleur simple. À l’intérieur de l’anneau se trouvent les fleurs bisexuées, dites fleurs du disque, qui ont une corolle tubulaire à 5 lobes de couleur pourpre foncé avec une bordure de couleur pourpre tirant sur le noir.

Les fruits, qui contiennent une seule graine et sont appelés akènes ( ou plus correctement cypsèles ) chez les Compositae sont de formes différentes : ceux des fleurs du rayon sont trigones et ont une paroi épaisse et verruqueuse et sont longs d’environ d’environ 5 à 7 mm tandis que ceux des fleurs du disque sont longs d’environ 7 mm et larges de 5 mm, aplatis, cordiformes et ont une paroi lisse et mince et deux protubérances ailées.

JPEG - 79.9 ko
Son abondante floraison s’étend du printemps à l’automne avec des capitules de 5 à 6 cm © G. Mazza

On reproduit cette plante en semant ses graines à la fin de l’hiver dans un milieu protégé à une température de 18 à 20 °C, ou bien directement sur place au printemps ou encore par un bouturage herbacé au printemps et semi-ligneux à la fin de l’été ou encore, de façon aisée, par division des touffes.

C’est une espèce appréciée en raison de sa culture facile, de sa croissance rapide et de sa floraison abondante et de longue durée qui s’étend du printemps à l’automne.

Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol, pourvu qu’il soit bien drainant, car elle est assez sensible au pourrissement racinaire provoqué par la stagnation de l’eau. En été les arrosages doivent être réguliers mais espacés de façon à bien faire sécher le sol entre deux arrosages. Une fois bien enracinée elle résiste plutôt bien aux périodes de sécheresse.

Elle est relativement rustique et peut résister à des températures allant jusqu’à environ -5 °C mais on peut facilement la cultiver comme une plante annuelle dans les zones où elle ne survivrait pas à la saison hivernale.

Elle doit obligatoirement être exposée en plein soleil : les capitules ne s’ouvrent, en effet, qu’en présence de la lumière du soleil, lorsqu’elle est directe, et se ferment dès qu’elle est interceptée par des nuages ou tout autre obstacle. Elle est idéale pour les jardins de rocaille, les bordures, les parterres de fleurs et comme couvre-sol.

Elle s’adapte bien également à la culture en pot pour la décoration des balcons, des terrasses et des vérandas, à condition d’utiliser des substrats riches en substances organiques et d’ajouter du sable ou de la perlite agricole pour améliorer le drainage.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_D-57-1_Dimorphotheca_Jocundum
_D-57-5_Dimorphotheca_Jocundum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants