Drymophloeus pachycladus

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

JPEG - 105.9 ko
Le Drymophloeus pachycladus peut atteindre les 10 m de haut avec un port très élégant © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire des Îles Salomon, en particulier de l’île Makira, où elle vit dans les forêts pluviales épaisses jusqu’à environ 600 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des termes grecs "drymos" = bois, forêt et "phloeos" = écorce, mais d’origine inconnue ; le nom de l’espèce est la combinaison des termes grecs "pachys" = épais et "klados" = branche, faisant référence aux ramifications de l’inflorescence.

Drymophloeus pachycladus (Burret) H.E. Moore (1969) est une espèce monoïque non épineuse avec un seul stipe d’une hauteur allant jusqu’à environ 10 m et avec un diamètre de 6-10 cm, grisâtre, sur lequel sont visibles des anneaux, traces de la jonction des feuilles disparues. Les feuilles vert foncé, avec un court pétiole, sont pennées, de 1,8-2,4 m de long, légèrement arquées, avec la base foliaire enveloppant entièrement la tige, sur une hauteur de 0,8-1 m, formant ainsi une sorte de cape élégante de couleur vert pâle. Les pinnules, presque obovales, sont obliquement tronquées et minutieusement dentées au sommet, elles ont environ 52 cm de long et 14 cm de large dans la partie médiane.

Les inflorescences apparaissent sous les feuilles, elles sont ramifiées, avec des fleurs disposées en spirale sur des rachillae (ramifications secondaires de l’inflorescence) de 0,6-0,8 cm de diamètre, en formant une triade typique (une fleur femelle au milieu de deux fleurs mâles), sauf dans la partie apicale où ne sont présentes que des fleurs mâles, ces dernières ayant un nombre élevé d’étamines (environ 300).

Les fruits sont obovoïdes, de 2,5 cm de longueur et 1,5 cm de diamètre, d’abord de couleur verte puis jaune et enfin rouge à maturité, contenant une seule graine ovoïde. Ce palmier se reproduit par graines qui germent en 2-3 mois à la température de 22-24 ° C.

C’est une espèce peu répandue avec un port très élégant, mais il ne convient que pour les climats tropicaux et subtropicaux humides. Elle doit être utilisée comme spécimen isolé ou en groupe ; il lui faut un emplacement semi-ombragé et des sols bien drainés, riches en matière organique et maintenus constamment humides, sans stagnations qui peuvent causer des pourritures. Les jeunes spécimens en pot peuvent être utilisés pour la décoration intérieure, dans des serres et des jardins d’hiver dans un endroit lumineux, mais en évitant le soleil direct.

Synonyme : Rehderophoenix pachyclada Burret (1936).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_D-148-1_Drymophloeus_pachycladus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants