Echinopsis atacamensis

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

Echinopsis atacamensis (Phil.) Friedrich & GD Rowley (1974) est originaire du nord-ouest de l’Argentine et du sud de la Bolivie où il pousse dans les hautes vallées et le long des pentes rocheuses de la Cordillère des Andes entre 2000 et 3500 m d’altitude, représentant souvent la végétation prédominante.

Le nom du genre est la combinaison des mots grecs "Echinos" = hérisson et "opsis" = apparence, avec une signification évidente ; le nom de l’espèce "atacamensis" = d’Atacama fait référence à son lieu d’origine, le désert d’Atacama.

Noms communs : “pasacana tree cactus” (anglais) ; “cardón“, “cardón grande”, “cardón santos”, “palo immenso” (espagnol).

Plante impressionnante, au port colonnaire, peu ramifiée, mesurant jusqu’à 8 à 10 m de haut, à la tige principale pouvant atteindre 50 cm de diamètre à la base et aux tiges latérales en forme de massue dont le diamètre, au voisinage du sommet, peut atteindre 30 cm.

JPEG - 160.7 ko
Echinopsis atacamensis de la cordillère des Andes, pousse en Bolivie et en Argentine entre 2000 et 3500 m d’altitude. Source de fruits et de bois pour les populations locales, il atteint 8-10 m de hauteur avec des tiges basales de 50 cm. Il résiste au froid sec, jusqu’à -10 °C, mais pas au froid humide © Giuseppe Mazza

Les tiges peuvent avoir plus de 30 côtes vert clair, mesurant environ 2 cm de profondeur, et des aréoles très proches, de couleur brune portant de nombreuses épines robustes et rigides, de longueur variable pouvant atteindre jusqu’à 12 cm, de couleur allant du gris au brun-rouge chez les jeunes plantes, de hauteur pouvant atteindre environ 1,5 m, tandis que dans la partie supérieure des spécimens les plus âgés les épines deviennent plus minces, flexibles, et de couleur blanche ou jaune.

Les fleurs en forme d’entonnoir, mesurant environ 15 cm de long, s’épanouissent le soir et restent ouvertes pendant 18 à 40 heures ; elles apparaissent au sommet des tiges et sont blanches avec l’ovaire et le tube recouverts de longs poils noirâtres.

Les fruits, comestibles, globuleux, mesurant de 3 à 5 cm de diamètre, de couleur verte et couverts d’épines rougeâtres, contiennent de nombreuses petites graines noires. Echinopsis atacamensis se reproduit par semis, à une température optimale de 20 à 25 °C, ou par bouturage.

Espèces de croissance lente, mais remarquablement répandue dans la région d’origine, elle a joué, pendant des siècles, une importance considérable pour les populations de ces zones semi-arides, étant pratiquement la seule source de fruits et de bois disponible localement. Ces populations consommaient aussi bien les fleurs que les fruits, appelés pasacana, tandis que la partie ligneuse des tiges a été largement utilisé dans la construction, pour réaliser des charpentes, des meubles et des objets d’usage quotidien et est encore utilisée, de nos jours, pour fabriquer des objets d’artisanat principalement pour le marché touristique.

Echinopsis atacamensis doit être cultivé en plein soleil, ou au moins dans des conditions de luminosité maximale, sur des sols particulièrement drainants, pouvant être composés, d’une part, d’environ 50% de terre ordinaire de jardin, fumée, et d’autre part, de sable grossier et de gravier concassé sans poussière, en proportions égales.

Il résiste bien au froid sec, étant capable de supporter, pendant une courte durée, des températures descendant jusqu’à -10 °C ; il ne résiste pas au froid humide qui peut facilement provoquer la pourriture. En plein air, lorsque le climat le permet, les vastes jardins « désertiques » constituent son lieu de culture idéal, associé à d’autres xérophytes ; ailleurs, il doit être cultivé en pot dans les conditions mentionnées ci-dessus. Par conséquent, sous les climats caractérisés par des hivers humides, il doit être protégé et conservé au sec à des températures comprises entre 5 et 10 °C, tandis qu’en été, il doit être arrosé régulièrement, tout en laissant le sol s’assécher complètement entre les arrosages.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Cereus atacamensis Phil. (1860) ; Trichocereus pasacana (F.A.C. Weber) Britton & Rose (1920) ; Trichocereus atacamensis (Phil.) W.T. Marshall (1941) ; Helianthocereus atacamensis (Phil.) Backeb. (1959).

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_T-52-2_Trichocereus_pasacana
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants